Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Passion des livres
  • : Les coups de coeur de mes lectures. Venez découvrir des classiques, des romans français ou étrangers, du policier, du fantastique, de la bande dessinée et des mangas...et bien des choses encore !
  • Contact

Bienvenue sur mon Blog !




Internautes lecteurs, bonjour !

J'ai découvert l'univers des blogs très récemment. Je suis bibliothécaire et mon métier est donc de faire partager ma passion. Voici donc mes coups de coeurs et n'hésitez pas à me faire partager les vôtres !

Je vous parlerai surtout de littérature française et étrangère contemporaine sans oublier bien sûr mes classiques préférés...

Une rubrique est également réservée aux lectures pour adolescents ainsi qu'à la BD et aux mangas.

Bonne lecture !

 

 

Recherche

22 novembre 2007 4 22 /11 /novembre /2007 22:34
ETATS-UNIS, 1979

Harlem quartet

James Baldwin (1923-1987) est le plus grand écrivain noir américain avec Richard Wright. Ayant vécu longtemps en France, on lui doit beaucoup de chefs d'oeuvre qui sont autant une réflexion sur la communauté noire que sur le destin de l'homme moderne (notamment l'homosexualité). Il s'est ardemment batuu pour la reconnaissance des droits civiques aux Etats-unis.

Harlem Quartet, son dernier roman, est une véritable chef d'oeuvre d'émotion. La violence est tempérée par une immense tendresse et une compassion pour les êtres humains.

Ce roman retrace l'histoire de la vie de quatre noirs de Harlem (deux frères et une soeur et un frère) qui se sont connus enfants dans le ghetto. Hall, le narrateur, prend la plume après la mort de son petit frère Arthur. Tout en criant sa douleur, il se souvient....

A Harlem dans les années 50, la famille Miller élève ses deux fils ; alors que Hall s'apprête à partir pour la guerre de Corée, Arthur se prend de passion pour le gospel et chante dans les églises.

Cette famille fait la connaissance de Julia, une petit fille évangéliste qui prêche à  l'Eglise et qui refuse de faire soigner sa mère malade ; Julia est l'ange de la famille alors que le petit frère Jimmy vit sous l'emprise de sa soeur. Mais un drame va se nouer qui changera à jamais le destin des personnages....

Puis vient l'adolescence et les doutes de l'âge adulte.

Religiosité à travers les évangélistes, chants de gospel à la gloire de Dieu, émergence des droits civiques sont présents et offre ainsi une multiplicité d'approche de la culture noire américaine. Le titre évoque certes le groupe que fonde Arthur mais aussi les liens indéfectibles qui uniront pour la vie Hall, Arthur, Julia et Jimmy. 

La violence et le sexe sont très présents ; Baldwin évoque d'une manière très lyrique et poétiques des scènes sexuelles ; il est le  premier écrivain noir à évoquer le thème de l'homosexualité d'une manière très passionnelle mais aussi très culpabilisante. Le regard des autres et aussi la peur du jugement de la famille est très présente. Au centre de tout, il y a cet amour qu'éprouve Hall pour son frère et son désespoir de ne pas avoir pu le sauver. 

La violence est également présente dans le destin atroce de Julia subissant l'inceste de son père alcoolique. Mais cette violence est ranscendée par une tendresse, un lyrisme estraordonaire qui transparaissent dans les chants de gospel et dans les chants d'amour de Hall et du couple homosexuel.

Si la défense des droits civiques et la colère contre les blancs est bien présente sos forme de cri, elle n'enlève rien à l'atmosphère poétique générale qui règne sur le roman. Un grand récit sur la destinée humaine.

Repost 0
18 novembre 2007 7 18 /11 /novembre /2007 20:17
Récit fantastique

Histoire de feu M. Evelsham

Editions Gallimard, Folio Junior

HG Wells, le célèbre auteur de science-fiction (La guerre des mondes) a aussi écrit des récits fantastiques peu connus.

Pour les non initiés à ces récits de l’imaginaire, sachez seulement que la science-fiction imagine toujours un récit dans le futur alors que le récit fantastique place l’être humain devant la peur et l’effroi face à un événement surnaturel.

Et là, avec L’histoire de feu M. Evelsham, nous avons un exemple magistral du récit fantastique qui n’est pas sans faire penser au Portait de Dorian Gray d’Oscar Wilde.

Un jeune étudiant intelligent mais sans ressource est interpellé un soir sur le pas de sa porte par un vieux monsieur, un brillant professeur d’Université, proche de la mort. Ce dernier affirme le connaître alors que le jeune homme ne l’a jamais croisé !

Ce vieux Evelsham lui affirme qu’il l’a choisi ….pour toucher son héritage. Pendant des années, il a cherché un individu brillant et bon pour qu’il puisse lui léguer sa fortune et son héritage spirituel.

Vieux monsieur bien mystérieux…Le jeune, surpris, mais avide de célébrité et de reconnaissance, rejoint le vieillard dans un restaurant ; ce dernier lui demande de boire le liquide d’une fiole mystérieuse…

Et s’est là que tout bascule. ..Le jeune homme se réveille de façon très bizarre, son corps est bien lourd, il a du mal à se souvenir de sa propre vie.

Fable fantastique sur le désir de l’éternelle jeunesse, ce récit est l’exemple type de la nouvelle fantastique : le jeune homme, ébahi par ce qui lui arrive, tente en vain de lutter contre l’inéluctable. L’invraisemblable peut-il arriver ? La folie l’a-t-elle gagné ?

Ce qui compte, c’est la lutte de l’être humain contre un fait execpricable.

Un récit court mais brillant qui permet de découvrir Wells sous un autre jour que celui traditionnel des extraterrestres !

Repost 0
14 novembre 2007 3 14 /11 /novembre /2007 19:51
ETATS-UNIS

Editions de l'Olivier, 2001

Ce titre, National Book Award en 2001, est l'un des plus grands succès critiques et publics de la littérature américaine des années 2000. Un peu à la manière de Zola, Jonathan Franzen, focalise son attention sur une famille américaine pour décrire les maux d'une société américaine en déroute.

Une saga familiale donc, burlesque ou plutôt tragi-comique qui nous parle d'affaires de couple, d'ambition, de capitalisme, de sexe, de vieilesse, de drogue...

Une famille très spéciale donc : les parents, 75 ans , profondément conservateurs vivant dans les plaines du Midwest : Alfred, retraité des chemins de fer, complètement gaga pour cause de maladie de Parkinson et Enid, bonne ménagère bornée, obsédée pendant toute l'année par les fêtes de Noël.

Puis les trois enfants, censés être les "corrections" des parents mais avec beaucoup d'erreurs et de ratures ! Gary, l'ainé, cadre et boursicoteur de renom, matérialiste à fond et qui voudrait bien expédier directement son père en maison de retraite. Mais la dépression le guette...

Il y a ensuite Chip, l'intello raté, accusé d'avoir harcelé une jeune étudiante, se retrouve en train de vanter le sable lituanien sur Internet pour le compte d'un escroc !

Enfin, Denise, la petite dernière, restauratrice de renomn, qui a quelques problèmes de couple. Divorcée, elle tombe amoureuse....de la femme de son patron !!!

Enid, la mère, voudrait bien réunir tout son petit monde pour Noël. Mais tout cela paraît bien compliqué !

Avec un prétexte dérisoire (une réunion de famille pour Noël), Franzen va retracer sur 700 pages l'histoire de cette famille. Chaque chapitre est centré sur un personnage : l'auteur alterne entre problèmes présents et flashbacks dans le passé. 

Il y a vraiment des passages mémorables : par exemple, lorsque Alfred voit ses selles s'animer devant lui et le traiter de raciste  !!! Ou que Denise se découvre lesbienne...ou que la femme de Gary prétexte un lumbago pour ne pas aller passer Noêl chez sa belle-mère. Et aussi lorsque Enid se came pour oublier tous ses soucis !

Les personnages sont très bien campés : la détestable Enid, Alfred, le pépé gaga à la fin tragique, Gary le matérialiste...

Mais je trouve aussi que ce livre n'est pas non plus révolutionnaire ! Il a eu beaucoup de succès car ayant eu le National Book Award en 2001, ce livre a été considéré comme très représentatif de l'esprit du 11 septembre : la décadence de l'empire américain. 

Tempête de glace












Sur le même ton tragi-comique, il y a aussi le talentueux Rick Moody, l'auteur de Tempête de glace et de Purple America. Je vous les conseille fortement !

Repost 0
3 novembre 2007 6 03 /11 /novembre /2007 22:36
Fantasy, magie, féérie....

Délius, une chanson d’été












Editions Mnémos, 1997

Voici un drôle d'OVNI littéraire signé par une jeune étoile certes mais confirmée de la fantasy française. Comment définir ce titre ? C'est drôle, c'est inquiétant et c'est poétique en même temps ! C'est un conte, une histoire bulesque et en même temps un polar De quoi attirer les lecteurs qui pensent encore que la fantasy se réduit au Seigneur des Anneaux !

Voici l'intrigue : tout se passe dans trois villes, à New-York, Londres et Marseille à la fin du XIXe siècle au temps du jubilé de la Reine Victoria. La police s'interroge sur des meurtres sanglants commis dans l'Europe entière. Les cadavres sont retrouvés avec un air ébahi, proche de l'extase certes, mais aussi eviscéré et....le ventre rempli de fleurs à l'odeur entétante !!!!

Le chef de la police londonienne qui en perd son latin  va demander conseil à....Sherlock Holmes qui lui conseille de confier l'enquête à ...un botaniste qui saura sans doute percer le mystère des fleurs qui tapissent le ventre des cadavres ! 

C'est à ce moment là que nous faisons la connaissance de Bertrand Lacejambe, célèbre botaniste complètement barré qui mange des fleurs qui lui font changer de couleur de cheveux selon son humeur ! Ce dernier est accompagné par son fidèle ami, Fenby, elficologue amateur. Ensemble, il vont partir à la recherche du fleuriste tueur....

Sur leur route, ils vont croiser une compositeur génial prénommé Délius, une poétesse défunte qui voulait renouer avec le monde féérique, un tueur bien mélancolique tout en pénétrant dans le royaume vert, celui des fées. 

Et si les fées, malgré notre monde gouverné par la raison, continuaient à s'incarner dans nos rêves ? Et si les fleurs et les mouettes étaient un moyen d'expression des fées ? Et si un thé aux fleurs permettait de lire dans les rêves d'autrui ? Et si des partitions s'accouplaient à des fleurs !

Dans le monde de Calvo tout est possible ! Plongez dans cette magnifique aventure burlesque et inquiétante bourrée de références en tout genre. Le duo d'enquêteurs, complètement déjanté, n'est pas sans évoquer Sherlock Holmes et son compère Watson. Quant au monde des fées, on pense tout de suite à Lewis Caroll et à son célèbre Alice au pays des merveilles. S'ajoute une réflexion sur le "côté obscur" de notre âme qui menace notre monde des rêves. 

Embarquement immédiat dans ce voyage au pays de la poésie, de la musique et du rire !

Repost 0
29 octobre 2007 1 29 /10 /octobre /2007 20:00

ETATS-UNIS -1974

Côte ouest

 

 

 

 

 

 

Editions Joelle Losfeld, 2007

Paula Fox, née en 1923, a commencé à écrire à 40 ans. Largement méconnue dans son pays et en Europe, elle a été redécouverte dans les années 90 par Jonathan Franzen, l'écrivain branché des "Corrections". Elle est considérée aujourd'hui comme un écrivain majeur.L'éditeur Joelle Losfeld a entrepris de traduire l'ensemble des ses romans.

Auteur cosmopolite, partie de rien, orpheline, élevée par sa grand-mère, Paula Fox signe ici un roman largement autobiographique intéressant mais qui m'a moyennement convaincu. 

New York juste avant la Seconde Guerre Mondiale. Annie est une jeune femme de 18 ans, orpheline de mère et abandonnée par son père alcoolique. A gré des circonstances, elle rencontre des êtres excentriques qui lui proposent de venir vers l'ouest, en Californie, pour tenter sa chance. 

Sans aucune volonté propre, elle se laisse "emporter" d'autant plus qu'elle part rejoindre son ami, Walter Vogel, un marin des chantiers navals. Là bas, elle découvre les petits boulots, les chambres sinistres et tout un tas de personnages pittoresques (scénaristes et artistes alcooliques, homosexuels, noirs, écrivains ratés) qui miroitent autour du mythique Hollywood mais pour qui les belles villas et la célébrité ne sont que des rêves. 

Elle va également découvrir les idéalistes communistes qui sont férus d'idéologie à l'époque de la Grande dépression. 

Elle vogue au gré des rencontres sans trop se faire une opinion de ce qui l'entoure, sans trop d'ailleurs comprendre ce qui se passe. 
L'héroïne me paraît donc bien transparente bien qu'elle prenne conscience qu'à la fin de son inaction ; elle décide donc de quitter l'Ouest. 

Pas de véritable intrigue donc et une héroïne qui manque vraiment de caractère. C'est vraiment comme cela que je l'ai senti bien que la préface nous dise le contraire. 
Intéressant tout de même ce portrait de l'envers du rêve américain et de la société américaine d'avant guerre.

Je suis désolée car Paula Fox bénéficie vraiment d'une bonne renommée ! Je pense quand même que j'essaierai de lire Le dieu des cauchemars ou La légende d'une servante. Avez-vous lu ces titres ?

Repost 0
21 octobre 2007 7 21 /10 /octobre /2007 19:54

ETATS-UNIS, 1853

Bartleby, le scribe

Editions Gallimard Folio

Cette petite nouvelle de 70 pages est assurément l'oeuvre la plus connue de Melville avec Moby Dick. Elle n'en finit pas d'intriguer et a été notamment commentée par Gilles Deleuze. Elle est célèbre pour la réplique répétitive et énigmatique de Bartleby "I would prefer not to" (je ne préférerais pas). 

L'histoire nous est racontée par un notaire, un conseiller de la cour des comptes qui engage un nouveau scribe pour copier les actes. C'est le dénommé Bartleby. Celui-ci apparaît comme un travailleur infatigable qui ne prend même pas de pause pour manger. Mais tout se gâte lorsque le narrateur, son chef, lui demande avec ses deux autres scribes de comparer les copies aux originaux. C'est à ce moment là qu'il déclare "Je ne préférerais pas". Le narrateur, abasourdi, ne proteste pas malgré sa surprise et les remarques de ses collègues. A part copier, il se refuse à toute autre action : manger, se promener, faire une course...

Quelle attitude adoptée face à ce phénomène ? Le narrateur est partagé entre l'énervement (qu'il ne veut pas montrer) et la charité, la pitié : car il découvre un jour que Bartleby a véritablement élu domicile dans son bureau. Il s'y incruste alors que son patron lui a donné de l'argent pour qu'il parte. En vain bien sûr....Jusqu'au jour où Bartleby se refuse à écrire et passe ses journées à méditer devant la fenêtre. 

Le patron, bravé par son employé, mais n'osant pas appeler la police ni le faire quitter de force le bureau pour le brusquer (est-il vagabond ? On ne connait rien de son passé), préfère déguerpir et changer de bureau ! Mais il sera malheureusement rattrapé par ce mystérieux personnage....

L'intérêt de cette nouvelle réside surtout sur la dialectique éternelle du maître et de l'esclave. Le notaire est abasourdi devant les refus de Bartleby, son employé. Mais ce dernier est si vertueux, si appliqué qu'il ne peut laisser libre cours à sa colère. Il est plutôt tenté par la charité, tout en étant profondément déstabilisé et en étant obligé de changer ses habitudes. 

Alors que l'auteur ne dit rien sur le mystérieux Bartleby, ses motivations, son passé, il décrit avec maestria les hésitations, les remords, les décisions du notaire. Que faire face à l'absurde ?

Cette nouvelle, d'abord plutôt comique (le notaire fait au début le portrait de deux autres scribes qui frisent la caricature) évolue vers le drame de l'humanité : je vous laisse découvrir les dernières lignes qui donnent un semblant de solution à l'attitude de Bartleby. Et si tout n'était que vanité ?

Repost 0
19 octobre 2007 5 19 /10 /octobre /2007 22:07

ANGLETERRE-1813

orgueil_et_prejuges

















Editions 10/18 ou Serpent à plumes


Et moi qui a priori n'ai pas de penchant pour la littérature romanesque anglaise ! Que des préjugés décidément !

C'est avec délice que j'ai lu ce merveilleux classique. Ce roman a été remis au goût du jour avec l'adaptation cinématographique en 2006. Romanesque à souhait et humoristique par dessus le marché !

Nous sommes dans la bonne société provinciale de l'Angleterre de la fin du XVIIIe siècle. Jane Austen nous présente la famille Bennet et leur cinq filles à marier...mais rien n'est facile lorsque l'on a été déshérité et que l'on a une faible dot.
Toujours est-il que Mrs Bennet est toute "excitée" lorsqu'elle apprend que Bingley, un jeune, beau et riche héritier va s'installer non loin de la propriété familiale. 

Lors du bal de présentation, Bingley tombe sous le charme de Jane, l'aînée. Quant à Elisabeth, la deuxième fille, elle refuse l'invitation à danser de Darcy, l'ami de Bingley car il l'a à peine regardée le premier soir. 

Elle le trouve trop orgueilleux ; son opinion est confirmée par un dénommé Wickman, un bel officier qui lui fait la cours. Il lui dit alors sur son compte des choses peu recommendables...
Alors qu'Elisabeth, la timorée, la raisonnable, la méfiante, persiste à mépriser Darcy, Jane tombe amoureuse de Bingley, mais trop timide, n'ose pas le lui montrer. 

Et c'est là que de multiples péripéties arrivent ! Des refus de mariage, des mariages inattendus, forcés, d'amour, de convenance...toujours et toujours des mariages et bien sûr des obstacles de taille aux différentes noces ! 

Car dans l'Angleterre guindée de cette époque, il y a plusieurs types d'ostacles au mariage : les différences de fortune, les beaux parents et les beaux frères et soeurs qui ne font pas l'affaire, un prétendant trop niais mais aussi les deux prétendants eux mêmes !

Orgueil et préjugés désignent en fait les deux obstacles qui font que deux êtres a priori faits pour s'entendre vont avoir une mauvaise opinion l'un de l'autre parce ce qu'ils s'en tiennent à leurs premiers préjugés. Elisabeth, par orgueil, décide de rester sur sa première impression qui lui a fait dire que Darcy était  prétencieux et froid. Et si Darcy était vraiment amoureux d'elle ? Si c'était un homme bon malgré les apparences ? 



Si les usages de la société leurs jouent des tours, c'est avant tout les quiprocos, les préjugés, les erreurs de jugement qui retardent les mariages ! Et Darcy et Elisabeth sont vraiment un couple charmant ! 

Jane Austen écrit un roman féministe avant la lettre ; Elisabeth Bennet est une femme en avance sur son temps qui refuse la béatitude, les simagrées des jeunes filles de l'époque devant leurs prétendants. Franche, elle préfère refuser le mariage à un homme qu'elle trouve sot même s'il est très riche. Elle défie père, mère et autres personnages de haute bourgeoisie pour ne pas renier ses principes. 

Un beau portrait de femme forte qui contraste avec les autres figures féminines du roman ; sa mère est sotte et ses plus jeunes soeurs ne cherchent qu'à parader devant les jeunes soldats de la garnison !

On rit vraiment dans ce roman ! On rit des portraits à charge des filles qui se pavanent devant les hommes et de la mère qui passe de l'exaltation outrée aux larmes....Austen caricature avec brio cette bourgeoisie étriquée et sotte, pétrie de grands principes .

Je m'attendais à lire un roman de moeurs un peu démodé. J'ai découvert une oeuvre fraîche, ironique, mordante, romanesque à souhait aux dialogues percutants. 

Jane Austen manie la réplique avec talent et est maître dans l'art du portrait, psychologique ou à charge. 

A lire de toute urgence si ce n'est déja fait !

Repost 0
18 octobre 2007 4 18 /10 /octobre /2007 10:21
Voici la présélection du Prix Goncourt datant du 2 octobre :

Olivier Adam «A l'abri de rien» L'Olivier
Philippe Claudel «Le rapport de Brodeck» Stock
Marie Darrieussecq «Tom est mort» P.O.L.
Michèle Lesbre «Le canapé rouge» S. Wespieser
Clara Dupont-Monod «La passion selon Juette» Grasset
Gilles Leroy «Alabama Song» Mercure de France
Amélie Nothomb «Ni d'Eve ni d'Adam» Albin Michel
Lydie Salvayre «Portrait de l'écrivain en animal domestique
» Seuil

A part 2 ou trois auteurs, que des écrivains très connus !!!

Il y a quand même de grands absents qui ont fait parler d'eux lors de cette rentrée littéraire comme Cendrillon d'Eric Reinhardt . Mais le fait que l'écrivain épingle

"Cendrillon" d'Eric Reinhardt (Stock)


Amélie Nothomb, écrivain archi commerciale, a-t-elle vraiment besoin d'un prix Goncourt ? Darrieusecq est la chouchou des critiques quant à Philippe Claudel, que j'adore, il a déja eu le Prix Renaudot pour ses magnifiques âmes grises. 

Je pencherais donc plutôt sur "les petits jeunes" comme Olivier Adam et plus encore pour le rire, l'ironie et le refus du politiquement correct avec Portrait de l'écrivain en animal domestique de Lydie Salvayre

Même si cet écrivain hors du commun a d'ores et déja gagné sa réputation, elle n'a jamais remporté un "grand prix". Peut-être parce qu'elle gêne un peu ! Lors de cette rentrée, elle fait donc le portrait d'un écrivain qui cède à la toute-puissance  du capitalisme en faisant l'hagiographie du roi du hamburger !!! (Voir la critique
d'Evene)

Portrait de l’écrivain en animal domestiqueEt si le Prix Goncourt était décerné à un écrivain qui se moque de son milieu ! Rêvons un peu !

Mais on sait que Le Prix Goncourt a toujours décerné le Prix du politiquement correct ! Alors....

Repost 0
18 octobre 2007 4 18 /10 /octobre /2007 10:21
Ca y est, j'ai ouvert ma première communauté ! 

Venez me rejoindre à l'adresse suivante pour partager vos coups de coeur !

http://www.over-blog.com/com-1015999921/Le_club_de_lecteurs_de_Sylvie.html

Vous avez envie de mettre particulièrement en valeur un livre et d'en discuter. C'est le moment !


Quant à moi, je vais y mettre de ce pas quelques chefs d'oeuvre que j'ai adoré !

Repost 0
14 octobre 2007 7 14 /10 /octobre /2007 11:47

Adaptation cinématographique de Nicolas Klotz en 2007

La question humaine

Editions Stock, 2000

Ce roman vient d'être remis au goût du jour avec la sortie de son adaptation au cinéma. Il a fait polémique à deux reprises pour rapprocher les techniques managériales d'aujourd'hui dans les grandes entreprises....à la gestion des camps de concentration de l'Allemagne nazie. 

Mais si l'on lit le livre (je n'ai pas encore vu le film), le thème central est la similitude du langage, des termes employés : il s'agit dans les deux cas de gestion très poussée d'un groupe donné exprimée dans des termes très techniques. Pour François Emmanuel, il s'agit avant tout de s'intéresser à la logorrhée et c'est là son tour de force. 

Pour revenir à l'intrigue, l'auteur met en scène Simon, un psychologue employé aux ressources humaines dans une multinationale allemande. Son boulot est avant tout de faire une sélection drastique, de restructurer l'entreprise et aussi de motiver les cadres à être compétitifs et vainqueurs. Un jour, il est convoqué chez le directeur adjoint qui lui demande d'enquêter sur Mathias Jüst, directeur de la succursale française, apparemment en pleine dépression. 



Simon accepte et entre en contact avec le mystérieux directeur. Celui-ci apparaît effectivement extrèmement nerveux. Simon cherche à savoir ce qu'il cache...tandis qu'il est interné en hôpital psychiatrique. Il découvre alors des lettres anonymes bien mystérieuses. 

Et c'est à ce moment là que l'étude du langage technocratique d'entreprise commence....

On peut certes penser que le rapprochement des deux langages et outrancier ; il reste cependant que les gestionnaires des camps étaient bien des fonctionnaires zélés chargés d'appliquer des directives très précises. 

Mais le livre présente également d'autres intérêts ; sa qualité littéraire est indéniable. François Emmanuel est le maître du langage froid, distancié. C'est Simon qui raconte son histoire sans aucune emphase. 
Cette langue distanciée n'empêche pas pour autant de créer un vrai récit d'atmosphère : la description du personnage de Mathias Jüst fait penser à ces fantômes qui hantent les vieilles maisons. 

Enfin, il y a le parcours psychologique de Simon qui se remet soudain en question, qui perd pieds. 

Au delà de la polémique donc, un beau roman.

 

Repost 0