Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Passion des livres
  • : Les coups de coeur de mes lectures. Venez découvrir des classiques, des romans français ou étrangers, du policier, du fantastique, de la bande dessinée et des mangas...et bien des choses encore !
  • Contact

Bienvenue sur mon Blog !




Internautes lecteurs, bonjour !

J'ai découvert l'univers des blogs très récemment. Je suis bibliothécaire et mon métier est donc de faire partager ma passion. Voici donc mes coups de coeurs et n'hésitez pas à me faire partager les vôtres !

Je vous parlerai surtout de littérature française et étrangère contemporaine sans oublier bien sûr mes classiques préférés...

Une rubrique est également réservée aux lectures pour adolescents ainsi qu'à la BD et aux mangas.

Bonne lecture !

 

 

Recherche

6 août 2016 6 06 /08 /août /2016 15:00
Les planificateurs de Kim Un-Su

ROMAN POLICIER

Editions de l'Aube

On a beaucoup parlé de ce polar au moment où le Salon du Livre en mars accueillait comme invité d'honneur la Corée du Sud.

Il faut dire que ce roman policier est vraiment original. L'œuvre d'un esthète à coup sûr.

Dès les premières pages, nous sommes envoûtés par le style très lent et épuré. Laesaeng vise avec son fusil un vieil homme en compagnie de son chien, en train d'arroser et de "parler" à ses fleurs. Nous sommes dans un paysage naturel typique, au pied des montagnes, au coucher du soleil. L'homme hésite vraiment à tirer, c'est un pur moment d'introspection. Et puis, il se ravise, s'endort....avant d'être réveillé par sa cible qui l'invite à manger chez lui !

Une merveille d'originalité qui va se confirmer tout au long des 360 et quelques pages.

Nous apprenons quelques pages plus loin que Laesaeng est un tueur à gages recueilli orphelin et employé par Raton Laveur, à la tête d'une "agence d'assassinats" semi-officielle où les hommes d'Etat et d'affaires ont commandité des meurtres aux planificateurs depuis plus de 50 ans. Le camouflage de cette entreprise : la Bibliothèque des chiens, qui abrite plus de 200 000 livres !

Etant petit, alors qu'il s'ennuyait, Laesaeng a appris à lire tout seul, sous la vindicte de Raton-Laveur qui lui dit que les livres apprennent à faire peur et à pleurer ! Au moins, lui ne lit plus que des dictionnaires car les auteurs n'ont pas à y mettre leurs états d'âme au premier plan....

Son morne quotidien va être bouleversé lorsque la Bibliothèque des chiens, entreprise multiséculaire surannée, subit la concurrence de l'entreprise de sécurité de Hanja, l'autre fils adoptif de Raton-Laveur. Et apparemment, Hanja, le nouvel homme fort, est bien décidé à liquider la bibliothèque des chiens et ses responsables....

Et c'est parti pour une chronique d'une mort annoncée tragicomique où les moments de poésie alternent avec des scènes de combats ou de dialogues tarentinesques.

Entre temps, nous aurons croisé une "Pousse-au-Crime" qui est payée pour convaincre les femmes battues de faire tuer leur mari, une jeune femme paralysée qui tient une boutique coquette de tricot-couture et qui affectionne particulièrement les poupées Barbie et Winnie l'ourson sans oublier la bibliothécaire qui louche et le dénommé Poilu qui incinère les victimes avec beaucoup de tact....

Un conseil avant de vous avancer plus avant dans la lecture du récit : méfiez-vous des caissières souriantes et de vos cuvettes de WC !!!

Je ne sais pas quoi penser de ce roman : j'ai adoré les personnages et l'ambiance mais je suis moins convaincue par l'histoire. A vous de juger !

Repost 0
Published by Sylvie - dans Romans policiers
commenter cet article
21 décembre 2014 7 21 /12 /décembre /2014 18:36

ROMAN POLICIER

Le Village - Dan SMITH

 

Editions du Cherche-Midi, 2014

 

Ce thriller historique, premier roman publié de l'auteur publié en France, est magistral de par sa description du contexte historique et par l'humanité de ses personnages.

Dan Smith nous plonge dans un village ukrainien au début des années 30. Un village rural où les habitants, les koulaks, sont majoritairemnt propriétaires de leur terre. L'Armée rouge menace...cette dernière réquisitionne le blé,  déporte les petits propriétaires en Sibérie ou les embauche dans des fermes collectives, les fameux kolkhoses.

Les villageois ont si peur de l'arrivée des activistes...Un jour, un homme dépenaillé surgit dans le paysage enneigé. Epuisé, il porte dans son traineau...deux enfants morts.

Luka, le narrateur compatissant, le recueille mais dois faire face à la vindicte de ses voisins. Et si cet homme était un dangereux russe ? S'il avait tué ces enfants ? La psychose ne tarde pas à s'installer et lorsqu'une petite fille du village est enlevée, Luka ne peut s'empêcher de partir dans la neige et le froid retrouver le kidnappeur et la petite...

Une chasse à l'homme sans pitié commence alors. Le narrateur, vétéran de la Grande Guerre, est revenue de toute idéologie. Il descelle en chacun la part de l'humain et surtout les ravages que peuvent occasionner la guerre dans un esprit. Ce tireur d'élite hors pair va alors s'enfoncer dans le blanc de la neige et dans la noirceur des combats idéologiques. A mesure qu'il se rapproche du ravisseur, l'Armée Russe, elle aussi, approche dangereusement du village où sont restés la femme et la fille de Luka.

Un thriller glaçant décrivant magistralement un épisode historique peu connu. On imagine déjà une adaptation cinématographique. Le cadre,le suspense et un héros particulièrement bien campé en seront les principaux atouts...

Repost 0
Published by Sylvie - dans Romans policiers
commenter cet article
23 juin 2014 1 23 /06 /juin /2014 11:35

ROMAN POLICIER

http://www.ce-que-je-lis.fr/IMG/jpg/robe_de_mariee.jpg

 

Editions Calmann-Lévy, 2009

 

Avant d'écrire le désormais célèbre Au revoir las-haut, Pierre Lemaitre était connu avant tout pour ses romans policiers. J'ai enfin pu mettre la main sur l'un des leurs dans ma bibliothèque...Quel délice !

 

Tout commence pourtant de manière presque "nonchalante" sur 100 pages. Le narrateur se concentre sur le personage de Sophie qui perd pied. Elle perd la mémoire, aussi bien dans sa vie professionnelle que personnelle et ce depuis plusieurs années. On soupçonne qu'il lui est arrivé bien des choses regrettables...puisqu'elle est en cavale, accusée de meurtre. Elle parvient à changer d'identité et on la retrouve au début du roman come baby sitter dans un appartement bourgeois. Tout se gate lorsqu'elle découvre l'enfant assassiné dans son lit ....

 

Les 100 premières pages sont donc consacrées à la folie, à la schizophrénie de Sophie. Et tout se retourne tout d'une coup à la page 105 dans un nouveau chapitre. Le narrateur omniscient se focalise sur le regard (belle couverture du roman, au combien suggestive !) de Frantz qui observe Sophie. Nous sommes 4 ans avant les événements relatés au chapitre 1.

 

Et là, ça devient bluffant de maîtrise ! Suivront encore 2 autres chapitres. Impossible d'aller plus loin, sinon, je vous dévoilerais tout...Disons juste que c'est un thriller psychologique parfait pour l'été si vous aimez les sueurs froides.

Un guerre des nerfs parfaitement bien amenée. On y croit même si c'est assurément rocambolesque !

L'alternance de points de vue est vraiment réussie.

Repost 0
Published by Sylvie - dans Romans policiers
commenter cet article
6 janvier 2014 1 06 /01 /janvier /2014 19:20

ESPAGNE-ROMAN POLICIER

 

http://infos-75.com/infos75/wp-content/uploads/2013/07/le-gardien-600x875.jpg

 

Editions Stock"La Cosmopolite noire", 2013

 

Voici un nouveau talent venu du Pays Basque Espagnol, plus précisément de Navarre. Une auteur femme, une enquêtrice de talent...et le premier tome d'une série de trois opus qui s'annoncent palpitants !

 

Sur une intrigue somme toute classique (l'assassinat de jeunes femmes), Dolores Redondo passionne son lecteur en mêlant à son enquête des éléments fantastiques, hérités des vieilles légendes basques.

 

Dans une petite ville traversée par la rivière Baztan, plusieurs jeunes filles sont retrouvées mortes, à moitié nues, les vêtements soigneusement découpés et le pubis rasé, recouvert de la pâtisserie locale...

 

Amaïa Salazar, l'enquêtrice, est dépéchée de Pampelune pour élucider ces étranges rituels qui ont lieu dans son village d'origine. L'occasion pour elle de renouer avec sa famille (ses deux soeurs et beaux-frères, sa tante, sa mère) avec qui elle a des comptes à régler d'autant plus que son mari et elle n'arrivent pas à avoir d'enfant.

 

Elle va aussi devoir faire face aux croyances populaires de la population qui pense que le meurtrier est un basajaun, un gardien de la forêt mi homme mi animal.

 

Dolores Redondo nous tient en haleine en alternant les scènes de l'enquête et les scènes familiales : scènes de retrouvailles, de ripailles où le matriarcat basque est décrit avec beaucoup de truculence. Mention spéciale à la vieille tante et à sa cuisine (l'auteur est d'ailleurs diplomée de gastronomie et tient  aussi un restaurant) et aussi à Flora, la soeur "manager" qui a repris la pâtisserie familiale. 


L'enquête prend des allures de thriller lorsqu'Amaïa se remémore ses souvenirs d'enfance et d'adolescence. Les scènes avec sa mère sont terribles mais l'auteur ne sombre jamais dans l'horreur ni dans le scabreux.

 

Amaïa est un enquêtrice qui doit aussi lutter contre ses propres démons et son personnage gagne en épaisseur au fur et à mesure des secrets dévoilés.

 

On peut regretter une fin ultra rapide et un peu bâclée mais on a tellement passé un bon moment avant...et puis il y a la suite que l'on attend avec impatience !

 


Repost 0
Published by Sylvie - dans Romans policiers
commenter cet article
6 janvier 2014 1 06 /01 /janvier /2014 18:17

ESPIONNAGE

http://media.rtl.fr/online/image/2013/1017/7765695407_une-verite-si-delicate-le-nouveau-livre-d-un-geant-de-la-litterature-mondiale-john-le-carre.jpg

 

 

Editions Seuil, 2013

 

Voici le dernier opus du maître anglais du roman d'espionnage....et le premier que je lis de cet auteur !

Et je n'ai pas été déçue !

Voici une merveille d'analyse de notre monde contemporain mise en scène dans un récit haletant qui n'oublie pas pour autant le portrait subtil des personnages....

 

Nous sommes en 2008 ; des mercenaires américains payés par une société militaire privée (financée par la droite extrémisme américaine) sont chargés d'éliminer un terroriste arabe sur l'Ile de Gibraltar. Ce territoire est britannique et il ont besoin de l'aval "clandestin" des autorités anglaises (le Foreign office) pour pouvoir agir....Le secrétaire d'Etat, à la solde de la société privée américaine, dépèche sur place un illustre inconnu qui lui servira sur place de "téléphone rouge"pour légitimer l'opération clandestine. Mais tout ne marche pas comme prévu....

 

Trois ans plus tard, on retrouve trois personnages qui vont tenter de faire connaître au grand jour le scandale de cette opération clandestine...tels des lanceurs d'alerte d'aujourd'hui.

 

Jeb, le militaire des forces spéciales ayant dirigé les opérations; Depuis cet épisode de 2008, il semble souffrir de dépression post traumatique.

Toby Bell, le secrétaire particulier du Secrétaire d'Etat, qui a enregistré une conversation clandestine à l'époque.

Et enfin, Kurt Probyn, hobereau retraité dans son manoir des Cornouailles, qui était le téléphone rouge en 2008.

 

Le récit est si habilement construit que pendant une bonne moitié de l'histoire, nous ne savons pas qui est qui...Aucun mention d'année, de noms. Comme si les personnages étaient de vulgaires marionnettes.

 

Puis tout d'un coup, une rencontre inopinée relance l'affaire et ces personnages qui étaient au départ presque anonymes, "Monsieur Tout Le Monde", vont prendre de l'épaisseur et souhaiter contre tout se révolter contre les mensonges d'Etat.Des héros d'aujourd'hui...

 

Ce qu'on préfère le plus chez John Le Carré est sa manière de brosser des personnages désabusés et tellement humains. mention spéciale pour Kit Probyn, modèle de vieux gentleman britannique, flegmatique et débonnaire à souhait, qui rencontre de suite la sympathie du lecteur.

Les trois personnages qui devaient être les dindons de la farce tiendront finalement tête aux politiciens véreux, à la solde des intérêts des multinationales.

 

Et puis il y a ce ton inimitable, très british, maniant l'ironie à froid ; on a l'impression que l'auteur s'adresse directement au lecteur en se moquant gentiment de ses personnages.

 

Irrésistible et diabolique !

 


Repost 0
Published by Sylvie - dans Romans policiers
commenter cet article
10 novembre 2013 7 10 /11 /novembre /2013 19:03

Canada

 

 

Editions Rivages, thriller, 2013

 

Voici un roman noir très original qui. par sa forme, ne ressemble à aucun autre. Bien qu'il soit publié dans la collection thriller, le recit est avant tout basé sur.....l'attente !Il ne se passe pas grand chose, tout est dans l'atmosphère et dans l'intériorité du personnage principal...

 

Anton Walker est un jeune cadre new-yorkais travaillant dans une société faisant des recherches sur les réseaux de distribution des eaux. Alors que son entreprise est retenue pour étudier les canalisations de la ville de New-York, il est tout d'un coup écarté de ses fonctions, se retrouvant à trier des documents dans l'entresol...Tout commence donc comme un récit kafkaien....Et tout est de plus en plus mystérieux lorsque Anton part en voyage de noces sur une ile italienne et qu'il doit avouer à sa femme qu'il doit rester plus longtemps sur l'ile pour receptionner un étrange colis......

 

Ce n'est que le début des mystifications......Nous allons bientot faire connaissance avec l étrange famille d'Anton...Il sera question de trafics de faux passeports, d' immigration de filles de l'est dans des conteneurs, d'oeuvres d'art volées, entre autres...

 

Le talent de cette jeune auteur canadienne réside d'abord dans la construction de son récit. Les chapitres ne sont pas datés si bien que l'on navigue sans trop le savoir entre présent et passé...Les différents personnages apparaissent peu à peu:la cousine d'Anton, ses parents, sa femme, sa maitresse....Tout ces personnages vont, à un moment ou un autre, tromper l' autre, jouer un double jeu....

 

Au fur et à mesure des révélations, il y a toujours  cette attente, interminable....pour le personnage d'Anton mais pas pour le lecteur....car l'auteur sait créer des atmosphères étranges qui nous happent. 

 

Il y a d' abord ces magnifiques descriptions de paysages bien distincts : les quais de l'East River à Brooklyn, touches de mélancolie pure puis le soleil et le bleu de l'ile d' Ischia, lieu possible de la rédemption.Et puis des éléments insolites comme le voyage du chat d' Anton, son plus fidèle compagnon dans ce monde de mystification.

 

 

 

 

L'auteur excelle dans la descriptipn de lieux feutrés ou les individus peuvent se cacher pour y dévoiler leur intimité. Il en ressort un roman très original, oscillant constamment entre langueur et tension.

 

Juste un brin de violence et surtout psychologique . Il est surtout question de destin auquel on doit échapper, comme dans une tragédie grecque. Anton parviendra-il àcéchapper au poids de sa famille ?Telle est la question...

 

Repost 0
Published by Sylvie - dans Romans policiers
commenter cet article
25 février 2013 1 25 /02 /février /2013 19:45

ROMAN NOIR

 

 

Editions de l'Ecailler, 2012

 

Voici le deuxième opus d'une jeune professeur d'italien marseillaise qui avait fait parler d'elle avec son premier roman Je tue les enfants français dans les jardins, un roman politiquement incorrect où une enseignante perd pied devant sa classe d'ados ultraviolente....)

 

Il s'agit ici d'un drame intimiste sous la chaleur torride d'un petite village corse, Acquargento. Anna revient dans la maison familiale abandonnée, accompagnée de son mari et de son fils. Il faut épousseter, réparer, assainir...Lorsqu'en ouvrant un placard, elle aperçoit le petit canard mécanique rouillé, le passé ressurgit soudain, l'été de ses 16 ans. ...

 

16 ans, le baladeur sur les oreilles à écouter les tubes de Nick Cave, à rêver de passer ses vacances dans une capitale telle Londres ou New-York. Au lieu de cela, Anna est condamnée à rester avec ses parents dans la vieille bicoque familiale délabrée au fin fond des collines corses. Alors, elle se réfugie dans le "Cosmos", autrement dit le grenier, pour dessiner ses croquis...pendant que son père picole et que sa mère joue du piano pour oublier.

 

Le morne quotidien va être bouleversé lorsque la soeur aînée, Hélène, va débarquer avec Léa, son bébé d'1 an. Ce débarquement, Anna le voit d'un mauvais oeil. Car la soeur aînée, plus de 10 ans plus âgée, est tout le conraire d'Anna.

Hélène est la bimbo maquillée, inculte. Anna est l'artiste intello incomprise, gothique à ses heures. Hélène est la préférée. Mais Anna se prend tout d'un coup d'affection  pour sa petite nièce.

 

Et surtout, elle remarque un comportement suspect de sa soeur : celle-ci expose le bébé au soleil, elle la laisse courir jusqu'à un précipice...Mais Anna est la seule à saisir ces petits détails. Alors elle va tout faire pour éviter le pire...

 

En un peu plus de 100 pages, Marie Neuser réussit un tour de force psychologique : l'auteur excelle à décrire les états d'âme d'une adolescente de  16 ans, mal dans sa peau, qui va découvrir peu à peu le sens des responsabilités face à un drame familial.

 

Elle arrive à mettre une distance avec son double adolescent en utilisant le "Vous". Il en ressort une puissante acuité visuelle (magnifique description des paysages corses) et une tension psychologique haletante ; la description des soupçons envers sa soeur est entrecoupée des premiers émois de l'adolescente sur la plage.

Le "Vous" se répétant sonne comme une mélopée bien rythmée, mettant à distance ces événements funestes que l'on tentait d'oublier, en vain...

 

Un jeune auteur à suivre.

 

Repost 0
Published by Sylvie - dans Romans policiers
commenter cet article
24 février 2013 7 24 /02 /février /2013 10:01

ROMAN NOIR

 

 

Editions Zulma, Gallimard, Folio Série noire, 2003

Prix "Polar dans la ville" de Saint-Quentin en Yvelines, 2004

 

Marcus Malte est considéré comme l'un des grands représentants du roman noir français d'aujourd'hui. J'ai découvert son oeuvre grâce à une rencontre programmée à à la Médiathèque d'Antony le mardi 26 février...

 

Roman noir...que se cache derrière cette catégorie ? Une atmosphère très glauque, des personnages englués dans leur désespoir, un puit sans fonds, un manque d'amour cuisant....et aussi et surtout, un style hors pair, tout en clair obscur...

 

Dans ce petit chef d'oeuvre, l'auteur nous mène constamment de la fange aux étoiles, du désespoir au rêve, de la désespérance à l'absolu, des ténèbres au cosmos....

 

Comme toujours chez Marcus Malte, la forme  est aussi importante que le fonds, sinon plus. Il faut dire que le prétexte de l'intrigue est mince : Zodiac, qui tient son nom du cosmos tatoué sur son torse, suivi de "Le Polac", son démon/ange gardien, en fait son beau-frère, parcourent les routes à la recherche de la belle funambule, Sonia, leur bien aimée et soeur.

Zodiac est tombé amoureux enfant dans le cirque qui les avait recueilli tous les trois. Mais depuis que Sonia a disparu, il ne peut plus vivre...

Il paraît qu'elle se prostitue au servie du caïd du coin. Alors, tous les deux, Zodiac et le Polac, vont monter une expédition punitive....

 

Ames sensibles s'abstenir...Bienvenue dans le monde des Freaks où nains et autres bêtes de foire vont se livrer à des pratiques sado masochistes et plus encore....

Ce que l'on retient, c'est cette oscillation constante entre la fange la plus abjecte et la faculté des personnages à poursuivre leur idéal, leur rêve. Pour Zodiac, Sonia est funambule afin de descendre du ciel les étoiles censées donner la beauté aux hommes...

 

Magnifique image qui justifie l'amour absolu qu'il lui porte. Dans ce milieu obscène (la ville portuaire n'est jamais nommée, on pense à Marseille), l'amour éprouvé fait encore vivre, avancer dans une terre apocalyptique. Malte convoque tous les éléments de l'univers, de la pellicule de terre à l'étoile.

 

Ce clair obscur donne naissance à de magnifiques passages, vériables poèmes en prose :

 

"Raconte-moi encore, disait-elle en lui présentant sa main. Comme si les lignes tracées de son propre destin étaient une de ces histoires qu'on dit le soir au coucher. Un conte. Et c'était exactement cela. Les récits, les fameux poèmes qu'il allait puiser pour elle à la source de la Terre et du Ciel. Des myriades de vocables interstellaires tressés entre eux comme des fils de lin ou de pure soie. Embrasser l'univers. Souffler dessus. Essaimer les vieilles poussières, les cendres froides de plusieurs milliers de millénaires ou les braises ardentes de l'archée. Tout recommencer. Défaire, faire, refaire un monde qui ne porterait que ton nom, mon amour, qui serait le seul reflet de ton visage"

 

Un monde de saltimbanques au coeur brisé qui recherche la beauté dans la fange. On est ici proche des magnifiques fleurs du mal chères à Baudelaire.

Magnifique....

Repost 0
Published by Sylvie - dans Romans policiers
commenter cet article
24 décembre 2012 1 24 /12 /décembre /2012 15:37

POLAR "NORDIQUE" -FRANCE

http://multimedia.fnac.com/multimedia/FR/images_produits/FR/Fnac.com/ZoomPE/5/3/8/9782864248835.jpg

Editions Métailié, 2012

Non, il ne s'agit pas d'un énième polar islandais ou suédois façon Indridason ou Manckel mais bien d'un polar français ayant pour cadre la Laponie. Un polar qui a un beau succès en librairie mérité, premier roman d'Olivier Truc, journaliste vivant à Stockholm, où il est correspondant pour Le Monde et Le Point. 

Truc connaît la Laponie et ça se voit. En plus de livrer une intrigue palpitante pleine de suspense, l'auteur nous immerge dans l'histoire et la société lapone. Et la pureté de la neige ne doit pas faire oublier la noirceur des conflits existants sur le territoire...

Tout commence par un prologue horrible nous plongeant au XVIIe siècle : un chaman est brûlé vif par les protestants suédois pour avoir refusé d'abjurer ses dieux païens. 

Plus de trois siècles plus tard, Klemet et sa coéquipière Nina, de la police des rennes, enquêtent sur la disparition d'un tambour chaman, volé au musée local. Quelques jours plus tard, l'éleveur de rennes, Mattis, est retrouvé assassiné. Simple conflit d'éleveurs ? Coup monté de l'extrême-droite quelques jours avant le congrès sami de l'ONU ou encore vengeance des protestants laestadiens (mouvement conservateur interdisant la musique, la danse ou la télé) ?

Le grand mérite de ce polar est de nous plonger dans la complexité de la société lapone (ses castes avec au sommet les éleveurs. Attention à celui qui part, le policier Klemet en sait quelque chose) en examinant à la loupe son intégration et la sauvegarde de sa culture. Connaissez-vous les tambours lapons ? Le Joïk, chant traditionnel ? 

Chaque personnage (tous magnifiques) incarnent une "posture" différente : Oslen, le fermier raciste, Racagnal, le géologue recherchant une mine miraculeuse, Aslak, l'éleveur solitaire, Mattis, l'héritier des chamans....

Alors partez à la découverte de l'expédition de Paul-Emile Victor en 1939, vous ne serez pas déçus !!!


 


Repost 0
Published by Sylvie - dans Romans policiers
commenter cet article
10 décembre 2012 1 10 /12 /décembre /2012 22:20

ETATS- UNIS

http://multimedia.fnac.com/multimedia/FR/images_produits/FR/Fnac.com/ZoomPE/4/4/4/9782265094444.jpg

Editions Fleuve Noir, 2012

Voici un formidable thriller historique dans la lignée de Gangs of New-York de Scorsese. Même si vous n'êtes pas amateurs de polars, vous y trouverez votre compte si vous vous intéressez à l'histoire de la naissance de New-York. 

Nous sommes en 1845. New-York n'est encore qu'une île minuscule ; Manhattan est constituée de minuscules ruelles et Harlem est parsemée de champs....Alors que la criminalité fait rage, Républicains et démocrates s'affrontent pour savoir s'il faut une police. 

Car pour les américains, cette police, s'apparentant à l'armée, est une entrave à leur sacro-sainte liberté. Les démocrates ont fini par l'emporter et c'est la naissance de la mythique NYPD, New-York Police Department. Une police constituée de bric et de broc, rassemblant gardiens de nuit, anciens truands et même d'anciens barmen !

C'est le cas de Timothy Wilde, notre héros, employé d'un bar à huîtres, défiguré après l'incendie de son quartier. Son frère, le chef de file des démocrates, lui offre un débouché dans cette police embryonnaire. 

C'est alors que Thimothy se découvre une vocation lorsqu'il croise sur son chemin une petite fille irlandaise couverte de sang...Alors qu'il l'a recueille chez lui, il va vite découvrir que la fillette est la première de nombreuses victimes. Le cadavre d'un jeune garçon irlandais va le mettre sur les traces d'un complot contre les immigrés irlandais....

Une formidable ambiance gothique et surtout une profondeur historique inouïe font de ce polar un véritable régal. Lindsay Faye, jeune auteure remarquée par Michael Connelly, a plongé dans les archives de la Grande Pomme, pour écrire ce roman historique remarquablement documenté. L'écriture est d'autant plus littéraire que l'auteur retranscrit l'argot de l'époque, ce qui donne aux dialogues une vitalité et un réalisme hors pair. Le lecteur est immergé dans les bas-fonds, au milieu du petit peuple des orphelins, des prostitués, des crieurs de rue. C'est du Dickens new-yorkais !

Et puis au coeur de ce thriller sanguinaire, il y a un fait relativement méconnu de l'histoire new-yorkaise : le rejet des catholiques irlandais, fuyant la famine de leur pays, par les protestants américains de souche. Des irlandais catholiques faisant peser la menace du papisme sur les libertés civiques et religieuses des protestants. 

Plongez dans les bas-fonds de New-York avec Lindsay Faye : la jeunesse de New-York n'aura plus de secret pour vous. En un mot : passionnant !


Repost 0
Published by Sylvie - dans Romans policiers
commenter cet article