Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Passion des livres
  • : Les coups de coeur de mes lectures. Venez découvrir des classiques, des romans français ou étrangers, du policier, du fantastique, de la bande dessinée et des mangas...et bien des choses encore !
  • Contact

Bienvenue sur mon Blog !




Internautes lecteurs, bonjour !

J'ai découvert l'univers des blogs très récemment. Je suis bibliothécaire et mon métier est donc de faire partager ma passion. Voici donc mes coups de coeurs et n'hésitez pas à me faire partager les vôtres !

Je vous parlerai surtout de littérature française et étrangère contemporaine sans oublier bien sûr mes classiques préférés...

Une rubrique est également réservée aux lectures pour adolescents ainsi qu'à la BD et aux mangas.

Bonne lecture !

 

 

Recherche

6 juillet 2005 3 06 /07 /juillet /2005 00:00

Littérature russe

En cette Année de la Russie, la littérature russe a été remise à l'honneur. Jusqu'à aujourd'hui, la littérature russe était surtout connus pour ses grands classiques du XIXe siècle: Dostoïevski, Gogol, Tolstoï ou encore Boulgakov pour le début du vingtième siècle (années 30).

Parmi tous les ouvrages parus cette année et mis en valeur au Salon du Livre, on peut retenir l'auteur Ludmila Oulitskaïa. Très connue en Russie, elle a été découverte cette année en France. Ses romans à l'écriture classique et limpide, devraient ravir de nombeux lecteurs.

Sonietchka-Prix Médicis Etranger 1996

Voici un beau portait de femme! Sonia, depuis son plus jeune âge, a toujours vécu entre rêve et réalité dans le monde des livres. C'est donc tout naturellement qu'elle est devenue bibliothécaire.

Longtemps célibataire, Sonia va être demandée en mariage par un peintre abstrait condisciple de Kandinsky et de Malévitch. Ensemble, ils auront une vie paisible en émigrant dans une région reculée de la Russie au temps de la censure statilienne. Dans leur belle datcha, ils auront une fille. Un jour,la meilleure amie de la fille fait son entrée dans la datcha...

Oulitskaïa dresse le portrait d'une femme humble qui semble accueillir les aléas du destin avec parcimonie. Le mal ne semble pas l'atteindre. Lors de la période de prospérité et de bonheur, elle semble chaque jour être étonnée de sa félicité...

Egalement un bel hommage rendu aux livres: lorsqu'elle est ébranlée par un malheur ou une trahison, Sonia se réfugiera à chaque fois dans ses livres.

Repost 0
4 juillet 2005 1 04 /07 /juillet /2005 00:00

Prix nobel de Littérature 2004

Cette écrivain autrichienne est sortie de l'ombre avec l'adaptation cinématographique de son roman La pianiste par Michael haneke: l'histoire d'une pianiste dominée par sa mère qui entreprend une liaison masochiste avec un homme plus jeune qu'elle...

En 2004, c'est la consécration mondiale avec l'obtention du Prix Nobel de Littérature. Elle est l'écrivain de langue allemande le plus important depuis Thomas Bernhard.

Dans son oeuvre, Elfriede Jelinek dénonce l'hypocrisie et la médiocrité de la société autrichienne qui est encore marquée par l'héritage du nazisme. elle a d'ailleurs été censurée plusieurs fois dans son pays d'origine.

Les exclus , écrit en 1980, est inspiré d'un fait divers sordide: un jeune homme qui a assassiné père, mère et frère jumeau en 1965.

Jelinek y met en scène quatre adolescents désoeuvrés: Rainer, l'intellectuel de la bande, aux théories marxisantes et Anna, sa soeur jumelle, Sophie, une jeune fille de bonne famille et Hans, issu de la classe ouvrière. Ils se sentent mal dans leur peau et veulent clamer leur révolte. Ils vont s'associer pour dévaliser et frapper des passants.

Jelinek analyse avec finesse les raisons de chaque personnage: l'ouvrier Hans veut s'élever dans l'échelle sociale. Rainer incarne l'intelligence face à la médiocrité de sa famille et Sophie dénonce le matérialisme de sa famille.

L'auteur nous plonge dans le contexte social de la Vienne des années 50 : le père de Rilke et d'Anna est un ancien officier SS qui a perdu une jambe à la guerre; plongé dans l'inaction se console en devenant photographe voyeuriste. Son passe-temps favori est de photographier sa femme nue dans des positions compromettantes. Tout respire la médiocrité et l'échec.

Pour s'affirmer, les exclus n'ont plus que leur violence et leur haine. On est loin de la belle langue classique; Jelinek provoque et agresse en utilisant un langage cru et ordurier. Un roman capital sur la génération sacrifiée d'après-guerre.

Repost 0
24 juin 2005 5 24 /06 /juin /2005 00:00

 

René Depestre est l'un des plus grands écrivains haïtiens de ce siècle.

Ecrivain à découvrir d'abord pour sa vie personnelle chaotique: opposant au régime dictatorial de Duvalier en Haïti, il s'exile une première fois en France. Puis il part pour Cuba où il devient un proche de Catro. Mais critiquant la dérive du régime, il s'exile définitivement en France où il vit depuis 1978. Il a d'ailleur reçu le prix Renaudot en 1988 pour ce roman rempli d'exotisme.

Depestre se pose comme l'héritier de l'écrivain cubain Alejo Carpentier qui a inventé le concept de "réalisme magique"(repris par la suite par le grand Gabriel Garcia Marquez): ses romans sont marqués par l'empeinte du fantastique, du merveilleux faisant irruption dans le quotidien le plus banal.

Haïti est l'île qui a vu naître le vaudou: Depestre va donc convoquer cette cérémonie dans ce roman où les morts renaissent de leurs cendres...

Hadriana est la plus belle jeune fille de la ville Haïtienne de Jacmel. Le jour de son mariage qui est aussi jour de carnaval, elle est enlevée par un papillon (eh oui ! Rassurez-vous, ce papillon n'est autre que le plus grand dragueur de l'île qui a été transformé en papillon par le mari de l'une de ses conquêtes) . Elle meurt au moment de dire oui...

En fait, elle n'est pas si morte que cela! Elle a juste été transformée en zombie: son âme est retenue prisonnière alors que son geolier peut disposer de son corps à sa guise...

Quelle n'est pas la surprise du village lorsque le cercueil d'Hadriana est retrouvé vide après le carnaval....

Ce roman est une merveille: Depestre nous plonge dans les traditions de son île (le vaudou, le carnaval, le mythe du zombie) en nous contant une histoire rocambolesque. Contre le catholicisme (la famille du marié veut annuler le carnaval après la mort supposée d'Hadriana), Depestre exalte la joie de vivre et l'érotisme caraïbéens. Hadriana est donc enterrée au rythme des tambours du carnaval!

C'est également une magnifique histoire d'amour teintée à chaque ligne d'érotisme. Une excellente lecture pour s'évader et découvrir les traditions d'Haïti !

Repost 0