Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Passion des livres
  • : Les coups de coeur de mes lectures. Venez découvrir des classiques, des romans français ou étrangers, du policier, du fantastique, de la bande dessinée et des mangas...et bien des choses encore !
  • Contact

Bienvenue sur mon Blog !




Internautes lecteurs, bonjour !

J'ai découvert l'univers des blogs très récemment. Je suis bibliothécaire et mon métier est donc de faire partager ma passion. Voici donc mes coups de coeurs et n'hésitez pas à me faire partager les vôtres !

Je vous parlerai surtout de littérature française et étrangère contemporaine sans oublier bien sûr mes classiques préférés...

Une rubrique est également réservée aux lectures pour adolescents ainsi qu'à la BD et aux mangas.

Bonne lecture !

 

 

Recherche

12 juin 2006 1 12 /06 /juin /2006 10:21

Je vous conseille d'aller voir du côté de http://litteraturepassion.over-blog.com , le blog de clochette, qui a énormément de points communs avec moi : elle est documentaliste, je suis bibliothécaire et ses coups de coeur et les miens se ressemblent vraiment !

Vous y retrouverez les mangas, la littérature pour adolescents et de nombreux écrivains que j'aime : Philippe Claudel, Laurent Gaudé, Haruki Murakami, Duong Thu Huong .....

Bonne découverte et encore bravo à Clochette !

Repost 0
25 mai 2006 4 25 /05 /mai /2006 16:01

La fête des mères approche. On peut s'interroger à ce sujet sur la figure maternelle dans la littérature.

Y-a-t-il des figures maternelles qui vous ont marquées, émues dans les romans que vous avez lu? Lesquelles?  

En ce qui me concerne....

Parmi les titres les plus connus, il y a bien sûr Le château de ma mère de Marcel Pagnol, La mère de Gorki et Mère Courage de Brecht. Ou bien encore Fantine, la mère de Cosette, dans Les Misérables

Il y a tout d'abord la mère considérée comme une sainte :

Pour moi, le livre le plus marquant à ce sujet est Le livre de ma mère d'Albert Cohen (critique du 24 octobtre 2005)

Albert Cohen, l'auteur du célèbre Belle du seigneur signe ici un roman bouleversant en forme d'hommage à sa mère disparue.

 Le narrateur (Albert Cohen parle sans aucun doute de sa propre mère) exprime sa douleur insoutenable après le décès de sa mère: il fait de cette femme une sainte. La mère, juive émigrée de Corfou à Marseille, est l'image même du dévouement, de l'abnégation. Petite femme simple et boulotte, elle n'a aucune vie sociale puisque ses origines étrangères la retranche de la bonne société marseillaise. Elle n'a pas d'instruction et passe ses journées aux fourneaux et au ménage. Elle n'a qu'un unique amour: son fils pour lequel elle sacrifie tout.

 Par son écriture magique, le grand écrivain qu'est Albert Cohen sanctifie, déifie cette petite femme au coeur simple. Il nous conte son quotidien fait de petites choses bien anodines mais si précieuses pour un fils.

 

 

Son roman est un pardon adressé à cette mère dévouée qu'il a trop souvent délaissée. Car Cohen a quitté  Marseille à 15 ans pour faire carrière dans la diplomatie à Genève. Ambitieux, il a eu tendance à renier un jour ses origines en rabrouant sa mère qui avait téléphoné dans une soirée mondaine pour savoir s'il n'était pas arrivé quelque chose à son fils ...Cohen revient à plusieurs reprises sur cet événement fâcheux qui provoque sa culpabilité: sa mère avait imploré son pardon en larmes; il considère alors sa douleur comme un juste châtiment.

Ce roman s'adresse alors à tous les fils qui ont encore leur mère; pour qu'ils ne soient pas ingrats, pour qu'ils passent encore du temps avec elle...

Chacun peut se reconnaître en Albert Cohen: chacun a regretté de ne pas s'être davantage occupé d'un être cher. Le passage le plus émouvant relate la culpabilité du fils lorsqu'il commet un "péché de vie": rire, se promener ou simplement manger...

Un livre qui nous concerne au plus haut point...


 

On peut aussi citer la figure de la mère tyrannique :

La figure de la mère chez Duras dans Un barrage contre le Pacifique est de ce point de vue emblématique : portrait d'une femme courageuse qui tient tête aux forces de la nature jusqu'à la folie.

Cette figure est très ambiguë et le lecteur est partagé entre l'admiration pour une femme qui lutte contre son destin et l'agacement devant une femme calculatrice qui n'hésite pas à pousser sa fille dans les bras d'un milliardaire pour payer la construction du barrage.....

 


 

Enfin, il existe aussi la mère de substitution, la belle-mère qui éveille des jalousies et des rancoeurs. C'est le cas de Bonjour tristesse de Françoise Sagan.

Bonjour tristesse

Ce livre magnifique met en scène une jeune fille en proie à la jalousie vis à vis de la nouvelle compagne de son père veuf. Pour se débarrasser de cette tutelle gênante, il mettra au point un plan machiavélique qui se terminera involontairement en drame...Pour la jeune adolescente, ce drame marquera la fin de l'adolescence et le début de la tristesse...

Repost 0
23 mai 2006 2 23 /05 /mai /2006 21:52

L'administrateur de la Comédie Française, Marcel Bozonnet, vient de décider de déprogrammer une pièce de Peter Handke pour la saison 2006-2007 , arguant le fait que le grand dramaturge allemand a assisté aux obsèques de Slobodan Milosevic, l'ex-président serbe.

http://www.liberation.fr/page.php?Article=378488

http://cultureetloisirs.france3.fr/livres/actu/20717629-fr.php

- Peter Handke (photo non datée) - AFP/H. PFARRHOFER -

Une partie du monde littéraire ( dont Elfriede Jelinek, Prix Nobel de Littérature ) s'est insurgé contre cette décision : la grandeur d'une oeuvre est indépendante des engagements de son auteur. Peter Handke est un écrivain internationalement reconnu et ses sympathies proserbes sont connues depuis longtemps.

L'éternelle question est encore d'actualité : faut-il s'interdire de lire Céline à cause de ses propos antisémites ?

Voyage au bout de la nuit et Mort à crédit sont des chefs d'oeuvre de la littérature quelque soit les propos de Céline.

Je suis donc contre cette censure arbitraire. Et vous ?

Lorsque vous lisez une oeuvre, êtes-vous attentif au "profil" , aux propos de l'auteur ? Est-ce déterminant pour vous?

Ou êtes-vous séduits d'abord par l'intrigue quelque soit le profil de l'auteur?

 

Repost 0
2 avril 2006 7 02 /04 /avril /2006 15:45

Marguerite Duras (1914-1996)

Et voila, une commémoration littéraire de plus: les dix ans de la mort de Duras, la plus grande dame des lettres françaises du 2Oe siècle.

Connaissez-vous l'oeuvre de Duras ? Quels sont vos romans préférés?

Un parfum de scandale certes avec L'amant, Prix Goncourt en 1984, vendu à 3 millions d'exemplaires et adapté au cinéma par Jean-Jacques Annaud et aussi et surtout une écriture très originale, faite de silences et de non-dits, tout en épure ont fait la célébrité de Duras.

Celle qui refusa qu'on assimile son oeuvre à celle du nouveau roman a connu son premier succès avec Un barrage contre le Pacifique en 1950 : souvenirs d'enfance en Indochine, une mère malade qui lutte contre le Pacifique en construisant sans relâche des barrages de fortune chaque année, les premières amours.

Puis ce fut des romans d'approche plus difficile comme Moderato Cantabile et Hiroshima mon amour, adapté au cinéma par Alain Resnais. Et enfin, L'amant en 1984.

Pour découvrir ou redécouvrir la vie et l'oeuvre de Marguerite Duras, le vous conseille de lire & article sur le web:

http://www.diplomatie.gouv.fr/label_france/FRANCE/LETTRES/DURAS/duras.html

Le magazine littéraire d'avril lui consacre un numéro spécial.

En ce qui me concerne, je connais quelques oeuvres dont bien sûr L'amant, mais ce n'est pas ce roman qui m'a le plus marqué.

Cette semaine, je vous proposerai trois articles , sur Un barrage contre le Pacifique , Hiroshima mon amour et Moderato Cantabile.

J'ai également envie de lire La douleur, réputé pour être l'un des plus beaux textes de Duras, témoignage sur le retour de son mari Robert Antelme du camp de Dachau en 1945.

Repost 0
6 mars 2006 1 06 /03 /mars /2006 18:48

La Francophonie est doublement à l'honneur en ce mois de mars : il y a la Semaine de la Francophonie, manifestation annuelle, ainsi que le Salon du Livre consacré à la Littérature francophone, du 18 au 22 mars.

Sujet très vaste ! Je crois qu'il faut davantage parler d'aires géographiques : les Antilles, l'ex Afrique coloniale, Haïti, le Magheb,le Canada, la Belgique...

Juste un petit rappel historique: c'est Léopold Sedar Senghor, qui est à l'origine du mot francophonie.

Espérons que ce mois de mars sera riche en découvertes !

Pour découvrir quelques auteurs intéressants, je vous conseille de lire le dossier du Magazine Littéraire de mars.

Et puis certains grands auteurs francophones sur mon blog !

Les auteurs haïtiens : http://passiondeslivres.over-blog.com/article-543804.html

Parmi ces auteurs haïtiens, mon chouchou René Depestre: http://passiondeslivres.over-blog.com/article-507566.html

Parmi les auteurs antillais, Maryse Condé http://passiondeslivres.over-blog.com/article-649799.html

Enfin, allez jeter un coup d'oeur dans la Catégorie Littérature africaine !

Il y a aussi la littérature du Magheb avec ses plus dignes représentants: Assia Djebar et Maïssa Bey pour l'Algérie et Tahar Ben Jelloun pour le Maroc.

Avez-vous une préférence dans tout cela? Etes-vous férus de littérature antillaise? africaine? maghrébine?

Je vous promets une petite sélection dans les jours qui suivent...

Repost 0
30 janvier 2006 1 30 /01 /janvier /2006 15:52

Je vous propose aujourd'hui une nouvvele catégorie sur mon blog: la littérature asiatique.

Pour l'instant, elle sera surtout illustrée par des auteurs japonais. Si nous avez des auteurs coréens, vietnamiens, thaïlandais à me conseiller, n'hésitez-pas !

En ce qui concerne  les auteurs chinois, je connais Lao She (un grand classique), ainsi que Mo Yan , le plus grand écrivain chinois contemporain (Pays de l'alcool, Beaux seins, belles fesses). Commentaires à venir...

J'ai commencé aujourd'hui Au delà des illusions de l'auteure vitnamienne Duong Thu Yong.

La critique bientôt...

Pour l'instant, je vous propose de redécouvrir les grands auteurs classiques japonais....

Repost 0
19 janvier 2006 4 19 /01 /janvier /2006 22:19

Juste un petit mot ce soir pour vous faire connaître un blog coup de coeur :

http://www.lezarder.biz "le portail de toutes les cultures"

Au programme: débats sur l'actualité culturelle ( droits d'auteur, piratage, rôle de Google), coups de coeur musicaux, actualité du livre (e-books, achat de livres en ligne, livres d'occasion) etc.

Avec en coup de coeur un lien vers le portail des musiciens et le Forum Lezardez destiné aux artistes indépendants !

Bonne visite !

Repost 0
16 janvier 2006 1 16 /01 /janvier /2006 19:52

Une fois n'est pas coutume, à la rentrée littéraire de septembre, s'ajoute celle de janvier : 552 nouveautés dont 365 romans français, 187 romans étrangers et 77 premiers romans.

Parmi les premières critiques, j'ai remarqué quelques petits bijoux qui m'attirent...

LITTERATURE FRANCAISE

Tout d'abord, l'incontournable Jean Echenoz avec son Ravel (Editions de Minuit) : la biographie romancée des dix dernières années de la vie du célèbre compositeur du Boléro. Biographie que l'on attend bien sûr iconoclaste en connaissant Echenoz. ...Tout commence dans le bain du compositeur...

Viennent ensuite d'autres talents confirmés comme par exemple Dominique Fernandez avec Jérémie, Jérémie ! (Grasset)du nom de la bourgade d'Haïti où est née la grand-mère d'Alexandre Dumas. Un étudiant passionné par Dumas part pour Haïti en mission humanitaire...Il découvre l'univers de la grand mère du grand écrivain et les manigances commerciales des ONG. Un roman qui paraît passionnant et très riche ( vie de Dumas, mondialisation, découverte d'Haïti)

Enfin, en Littérature Française, un écrivain moins connu, Patrick Roegiers qui signe Le cousin de Fragonard ( Le Seuil), celui du célèbre peintre, passionné d'anatomie: il s'est voué toute sa vie à l'exploration des chairs, des peaux et des dépouilles en cotoyant vétérinaires, tanneurs et grands érudits. Il peindra de fameux écorchés. Cotoyant Chardin, Diderot, David et Watteau, il est l'homme des ténèbres à l'heure du siècle des Lumières; il côtoie cimetières, morgues et charniers au service de la science....

LITTERATURE ETRANGERE

Un talent confirmé, celui du japonais Haruki Murakami et signe un roman freudien, Kafka sur le rivage (Belfond): le jeune Kafka quitte son village car on lui a prédit qu'il tuerait son père et coucherait avec sa mère et sa soeur. Il se réfugie dans une bibliothèque où il trouve un emploi. Un jour, il se réveille le tee-shirt ensanglanté. Au même moment, son père est assassiné. Qu'est-il arrivé pendant son rêve ? Un vieil homme simple d'esprit va le rejoindre pour tenter de l'initier à certains mystères...

Enfin, une découverte de l'éditrice Sabine Wespieser , Terre des oublis de la Vietnamienne Duong Thu Huong , sur l'après guerre du Vietnam ; cet écrivain est une dissidente qui a connu la prison pour avoir dénoncé la misère du peuple et la condition des femmes.

L'héroïne Mien a vu son mari partir très jeune à la guerre. Il est porté disparu mais son corps n'a jamais été retrouvé. Après des années de veuvage, elle se remarie avec un riche commerçant ; ensemble, ils ont un fils. Mais un jour, le vétéran martyr réapparaît; son la pression de la communauté, Mien est obligée de retourner vivre avec son ancien mari meurtri par la guerre. L'écrivain met en lumière les interrogations et le désespoir des trois protagonistes....

Voici mon programme de lecture... Et vous, qu'avez-vous découvert comme nouveautés ?

Repost 0
3 janvier 2006 2 03 /01 /janvier /2006 21:43

Finalement, il ne faut pas désespérer ! Grâce à Solenn (http://carnetdelectures.over-blog.com ) , j'ai trouvé la solution.

En fait, les adresses des articles à partir des catégories sont différentes des adresses disponibles dans 'Liste complète" (dans Articles récents). Il faut donc faire les liens à partir de "liste complète" et non de "Catégories" car à chaque fois que je rajoute un article, il change d'adresse (de 50 e, il passe à 51e dans une catégorie).

RENDEZ-VOUS DANS UNE SEMAINE POUR DECOUVRIR L'INDEX !

Repost 0
7 novembre 2005 1 07 /11 /novembre /2005 00:00

Apparemment, les jurys des Prix Médicis et Fémina ont eu plus de goût  que le Goncourt et le Renaudot.

Résultat des courses:

Prix Médicis:

Français- Fuir de Jean-Philippe Toussaint

Fuir  est considéré comme l'un des meilleurs romans de la rentrée. Il a échappé de peu au Prix Goncourt. Jean-Philippe Toussaint se met en scène en Chine fuyant la technologie du portable ! Je pense que se livre est vraiment à découvrir. A suivre !

Etranger - Neige D'Orhan Pamuk

Superbe récompense pour cet écrivain turc en exil politique car accusé par les autorités turques de défendre les causes kurdes et arméniennes. Ce roman a l'ai magnifique et très engagé politiquement: un journaliste turc réfugié en Allemagne revient en Turquie à l'occasion d'un scandale dans un petit village d'Anatolie: des femmes voilées se sont données la mort...Le narrateur enquête dans le milieu politique et signe apparemment un plaidoyer contre la laïcité . Un livre à lire de toute urgence à l'heure de l'entrée de la Turquie dans l'union européenne!

Pour moi, Pamuk est un magnifique écrivain: je l'ai découvert en lisant Mon nom est rouge , magnifique fresque historique sur les rapports culturels entre Venise et l'Empire Ottoman au XVIe siècle( voir mon article en juin 2005). Dans ses romans, Pamuk examine les rapports , les liens entre l'Orient et l'Occident, thème fort de l'actualité.

Prix Fémina:

- Asile de fous de Régis Jauffret

Un prix qui récompense en écrivain déjanté et plein d'humour qui met à mal la morosité actuelle !

Cet opus ne dément pas la réputation des oeuvres de Jauffret;tout commence comme une pièce de boulevard: Damien n'ose pas dire à Gisèle qu'il la quitte; il va donc envoyer son père accomplir cette noble tâche en prétextant un changement de robinet dans la cuisine! Nous assistons alors à une scène d'anthologie (ce n'est que la première d'une longue série...): le père divague sur la qualité du robinet, de la cafetière et de tout appareil ménager avant de dévoiler la vérité ...puis d'emballer toutes les affaires de Damien (en déboîtant l'ordinateur pour récupérer le disque dur...).

 

 

Après ce premier acte, les différents personnages vont se livrer à des monologues hilares déversant leur haine de Gisèle et du monde et nous révélant petit à petit leur bassesse et leur folie: le père qui transforme les bulletins scolaires de son fils en fiche de paie pour le motiver, la mère qui compare l'amour maternel à un diamant dont les intérêts ne seront jamais remboursables par le fils et Damien, informaticien sodomisé et alcoolique qui dans son délire voit la maison parentale voguer dans un océan de foutre et Versailles inondée par des spermatozoïdes assassins !  La mère devient jalouse de n'avoir pas participé à l'annonce de la rupture et revient chez sa belle-fille pour lui faire miroiter un retour possible de Damien....

 

 

Dans cette famille de fous, dit la mère, l'amour est destiné aux pauvres: les bourgeois comme eux se doivent d'assurer à leur fils une bonne situation; pas besoin d'une chômeuse, littéraire de surcroît! Quitte à lui donner des indemnités de rupture...Sous des allures de bouffonneries, Jauffret en profite pour épingler la société capitaliste: la famille semble devenir une petite entreprise bien lucrative. Le tout raconté dans une langue souvent ordurière dans des discours sans fin qui ne sont pas sans rappeler les monologues fous de Lydie Salvayre. A la fin, Jauffret nous réserve une ultime surprise méditant sur les pouvoirs de la littérature et le statut de personnage. Mais chut !

Un petit regret tout de même:

L'attentat de Yasmina Khadra n'a remporté aucun prix.

Il était pourtant sélectionné pour les trois grands prix littéraires. C'est l'un des plus grands auteurs algériens contemporains. Sous ce nom de femme, se cache un officier de carrière qui a été obligé d'utiliser un pseudonyme pour pouvoir écrire. Son destin hors du commun est raconté dans son autobiographie L'écrivain (voir article). Il a aussi écrit le magnifique Les hirondelles de Kaboul, magnifique histoire entre une prisonnière et son geôlier au temps des talibans (voir article)

L'attentat met en scène un médecin israélien à qui l'on amène à l'hôpital le cadadre de sa femme morte dans un attentat. Il va découvrir qu'il s'agissait de la kamikaze....Ce livre est sur ma longue liste...

Repost 0