Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Passion des livres
  • : Les coups de coeur de mes lectures. Venez découvrir des classiques, des romans français ou étrangers, du policier, du fantastique, de la bande dessinée et des mangas...et bien des choses encore !
  • Contact

Bienvenue sur mon Blog !




Internautes lecteurs, bonjour !

J'ai découvert l'univers des blogs très récemment. Je suis bibliothécaire et mon métier est donc de faire partager ma passion. Voici donc mes coups de coeurs et n'hésitez pas à me faire partager les vôtres !

Je vous parlerai surtout de littérature française et étrangère contemporaine sans oublier bien sûr mes classiques préférés...

Une rubrique est également réservée aux lectures pour adolescents ainsi qu'à la BD et aux mangas.

Bonne lecture !

 

 

Recherche

Archives

27 janvier 2006 5 27 /01 /janvier /2006 20:04

Editions Delcourt, 2005

 

Prix du public et du scénario au Festival d'Angoulême 2006

Le festival d'Angoulême a délivré ses prix aujourd'hui: un coup de coeur pour cette bande dessinées vraiment originale entre le documentaire et le témoignage: Davodeau rend hommage à ses parents et à sa région des Mauges (dans le Maine-et-Loire près d'Angers) à travers trente ans d'histoire militante, des années 50 à la victoire de François Mitterrand en 1981.

Le dessinateur nous fait découvrir l'itinéraire atypique des paysans ouvriers engagés dans les usines dans les années 50: dans cette région de "chouans", traditionnellement catholique et conservatrice, les jeunes paysans sont engagés à 14 ans dans les usines qui viennent d'éclore. Ils abandonnent l'école car ils sont une source de revenus pour leurs parents. Dans cette région où le catholicisme est fortement implanté, c'est les JOC (Jeunesses ouvrières chrétiennes) qui vont ouvrir aux jeunes les voies du militantisme et du syndicalisme. Des prêtres s'insurgent contre le conservatisme de l'Eglise et veulent allier la foi au progrès social.

Puis vient le temps de la CFDT, mai 68 et les élections municipales puis présidentielles... Davodeau intègre à la grande et petite histoire une mise en abîme de son travail de dessinateur: il se dessine en train d'interviewer ses parents qu'il nous présente comme tels à la moitié de l'album.

Si vous recherchez de beaux dessins en couleur, détournez votre chemin ! Cet album vaut surtout pour son éclairage sur un côté méconnu de l'histoire du syndicalisme (rôle des prêtres ouvriers ...)et sur l'hommage émouvant rendu aux parents de Davodeau. Les personnages sont très émouvants: un coup de coeur pour le parcours de ce prêtre qui s'engage aux côtés des ouvriers, quitte la prêtrise, se marie et divorce....

Partager cet article

Repost0
14 novembre 2005 1 14 /11 /novembre /2005 00:00

Editions Dupuis 2004-

4 tomes

Voici une bande dessinée désopilante au pays des squelettes !

Victor Tourterelle, cartographe, vient de mourir, la tête fracassée sur le sol de la salle de bain suite à une mauvaise chute sur un jouet de son fils. Le voici donc transformé en charmant squelette qui atterrit sur une planète désertique. Où est-il? Au paradis, en enfer, au purgatoire? Personne ne le sait vraiment ! Quelle déception! Aucune lumière, aucune trace de vie...Jusqu'au jour où il rencontre le facteur qui lui délivre un recommandé et le baptise Monsieur Mardigras Descendres car selon le calendrier des postes, il est mort entre la nuit du mardi gras et le mercredi des cendres !

Abasourdi, il découvre une grande ville remplie de squelettes où l'on hésite pas à marchander ses os ! Il découvre alors que les conditions de vie des morts est bien misérable ! Il demande du café au bar: on lui donne du mercure ou de l'huile de vidange ! Lorsqu'on le convoque au centre de tri pour sa prise en charge post-mortem ! Mardi gras se révolte et subit les foudres d'une sorte d'inquisition qui le conduit en prison pour insoumission ! C'est alors qu'il est délivré par un groupe de dissidents qui comptent bien utiliser ses talents de cartographes pour dresser la carte du pays des morts afin de faciliter leur évasion !

Voici le résumé du premier tome ...Il s'agit d'un récit plein d'humour où est décrit un purgatoire bien original! Les personnages sont tous des squelettes mais il ne s'agit pas d'un décor mortifère: la ville est sublime, les couleurs vont de l'ocre à plusieurs dégradés de noir; il ne s'agit pas d'une BD en noir et blanc mais bien de planches utilisant savamment un dégradé de couleurs. Il y a de beaux dessins de paysages lunaires qui occupent toute une page. Bien que se ressemblant tous, les squelettes ont tous un détail en plus qui permet de mes reconnaître: un moulin à café au dessus du crâne, des robinets au bras etc...

Laissez-vous séduire par ce voyage au pays des morts, vous ne serez pas déçus !J'ai hâte de lire les trois autres tomes !

Partager cet article

Repost0
23 octobre 2005 7 23 /10 /octobre /2005 00:00

Vents d'Ouest, 2000

4 tomes- Prix Angoulême du meilleur album

Cette BD très originale est adaptée d'un roman inconnu du grand écrivain russe Tolstoï. L'intrigue se déroule lors de la révolution russe de 1917. Mais ici point de propagande communiste ou de héros révolutionnaire prônant la défense de la veuve et de l'orphelin.

Rabaté met en scène un jeune comptable cynique qui se fait tirer les cartes par une mystérieuse gitane: elle lui prédit un avenir radieux et la fortune...Siméon va donc profiter du cataclysme provoqué par les bouleversements politiques pour usurper l'identité et la fortune d'un comte. Siméon Nevzorof devient alors un dandy qui fréquente le milieu artistique. Il se met en ménage avec une artiste complètement camée puis ouvre une maison de jeu. Mais les communistes font la chasse aux profiteurs...

Nevzorof est la figure même de l'anti-héros et de l'opportuniste: à l'heure où la Russie entre en révolution, il incarne le dandy profiteur qui se nourrit d'argent, de sexe, d'alcool et de drogue. La vision de l'homme de Rabaté est très noire et très pessimiste. Je n'ai lu pour l'instant que le premier tome mais j'ai hâte de dévorer les trois autres !

L'intrigue peut aussi faire penser aussi aux romans picaresques: le personnage se démène dans un monde à feu et à sang et doit s'en sortit coûte que coûte... Cette BD historique nous fait découvrir une vision originale de la période révolutionnaire russe: la révolution des cyniques et des profiteurs...

Le dessin en lavis noir et blanc est très original: Rabaté dessine des figures filiformes, très étirées qui font penser aux personnages du peintre Le Greco. On peut voir également une certaine inspiration de l'expressionnisme allemand.

Partager cet article

Repost0
22 octobre 2005 6 22 /10 /octobre /2005 00:00

Casterman, 1995

 

 

 Scénario: Sylvain Chomet; Dessins: Nicolas de Crécy

 Voici véritablement un petit chef d'oeuvre du monde des bulles dont le scénario est signé par Sylvain Chomet, l'auteur du film Les triplettes de Belleville.

 L'histoire est remplie d'humour et de fantaisie sur fond de satire sociale:  une entreprise de cosmétiques fête le centenaire de son fondateur, Léonce Houx-Wardiougue, surnommé Léon. Pour cela, son fils Aymard, qui a repris les reines de l'entreprise sort Pépé Léon de la maison de retraite pour organiser une campagne publicitaire autour de son centenaire. A cette occasion, des capitalistes japonais doivent investir dans l'entreprise...Mais tout se complique quand on sait que Pépé Léon est communiste et qu'il fume des cigarettes pas très catholiques...

 C'est son arrière petit-fils, Géraldo-Georges qui doit organiser la campagne de marketing; mais ce dernier est encore puceau à trente ans et passe sa journée aux toilettes lorsqu'il a la trouille... Mais grâce à Papy Léon qui va lui faire fumer ses cigarettes, Géraldo-Georges va découvrir la vraie vie... au grand dam de sa famille bourgeoise...

 

 

 

 

 

 

 

 Léon la Came est une histoire pleine de tendresse autour des deux personnages humains de la BD: Léon et Gégé. Ces derniers incarnent l'entraide et l'humour dans un monde dominé par la concurrence.

 De Crécy et Chomet dénonce avec beaucoup d'humour la société de consommation, la société capitaliste voulant exploiter les plus faibles. C'est un véritable feux d'artifice de rires lorsque Gégé présente sa campagne du centenaire (fortement influencée par ses désirs sexuels !!!) et lorsque la cérémonie tourne en fiasco en ridiculisant le capitalisme tout puissant...Non sans casse, Gégé trouvera sa vraie voie...

Partager cet article

Repost0
21 octobre 2005 5 21 /10 /octobre /2005 00:00

Les Humanoïdes associés, 1995

 

3 tomes

Voici une trilogie bien originale de par son histoire et ses dessins. Le graphisme, à dominante rouge ou bleu, évoque les tableaux expressionnistes de Munch. Tout se passe dans un univers urbain magnifiquement rendu constitué de buildings gigantesques: nous découvrons la ville de New-York sur Loire dirigée par une clique économico politique pas très catholique...

Et nous voici dans un univers totalement fantastique: Diego, un phoque faisant penser un gros bibendum est enrôlé par cette clique et éduquer pour devenir "Prix Nobel de l'Amour". Mais le diable tourne la cérémonie en fiasco en prenant le contrôle de l'âme du phoque... Il va être à son tour enlevé par le peuple des chiens qui va lui révéler les vrais origines de l'homme...

Sous des allures manichéennes, cette bande dessinée est moins simpliste qu'une opposition entre le bien et le mal, entre l'amour et le diable. Car la malencontreuse créature est d'abord l'instrument passif d'une élite politique souhaitant endormir le peuple avec une nouvelle idéologie, celle de l'amour. Le diable, lui, est surtout un fanfaron plus drôle que méchant. Cette BD est aussi une réflexion sur l'origine cachée de l'homme.

Cette bande dessinée vous déconcertera sans doute au début. Mais il faut reconnaître que c'est une belle prouesse artistique...

Partager cet article

Repost0
26 septembre 2005 1 26 /09 /septembre /2005 00:00

Prix du meilleur album- Angoulême 2005

Cette BD américaine est un "roman graphique" de 600 pages en noir et blanc qui nous plonge dans la vie quotidienne d'un groupe de jeunes adultes new-yorkais, ayant certes terminé leurs études, mais qui ont bien du mal à se fondre dans l'impitoyable monde du travail et dans la vie de couple !

 

Il y a tout d'abord Sherman, un écrivain en herbe qui voudrait bien publier ses oeuvres mais qui est condamné pour l'instant à travailler dans une librairie. Bien sûr, il aime les livres; mais il ne supporte plus les clients lui posant des questions débiles et sa directrice acariâtre...Il vient de rencontrer Dorothy, journaliste, un peu alcoolique et très bordélique !!! En attendant de s'installer avec sa copine, il vit en colocation avec une couple, Jane et Stephen, ex coloc de Dorothy ! Vous suivez?

Voila enfin Ed Velasquez , l'ami de Sherman, qui bosse et vit encore chez ses parents. Sa passion est la BD et il aimerait en faire son métier. Il aimerait aussi rencontrer l'âme soeur car il est encore puceau !

Voila pour la description de la petite bande. Cette BD est avant tout le récit au jour le jour de leurs avanies professionnelles et déboires sentimentaux. Mais l'histoire va s'enrichir lorsque Ed va devenir l'assistant de Irving Flavor, ancienne gloire de l'Age d'or des comics. Il découvre un vieil homme ruiné qui a créé un super-héros dans les années 50 que l'on voit depuis au cinéma, sur les couettes, les stylos et les vêtements. Mais floué par sa maison d'édition, c'est elle qui recueille désormais la totalité des dividendes de sa création. De mal en pis est en fait une BD sur le monde de la BD, un hommage rendu aux super-héros de l'âge d'or et surtout une dénonciation de la démarche commerciale des grosses boîtes d'édition qui nuit à la BD indépendante.

Tout ce petit monde va se retrouver pour défendre les droits de ce vieil homme. Sur 600 pages, Robinson articule habilement les différents quotidiens, les vies des personnages. Petit à petit, ils évoluent et trouve leur place. Car il s'agit d'abord d'un récit d'initiation où tous les jeunes d'aujourd'hui peuvent se reconnaître.

A conseiller à tous ceux qui aiment l'épaisseur au sens figuré, c'est à dire de véritables personnages avec leurs états d'âme et leur psychologie.

 

Partager cet article

Repost0
23 septembre 2005 5 23 /09 /septembre /2005 00:00

Editions Treizeétrange, 2003

Voici une BD à la fois humoristique et critique vis à vis de notre société contemporaine, parue chez un petit éditeur à connaître de toute urgence.

Voltige est un super héros; accompagné de son petit robot Ratatouille, il va défendre la veuve et l'orphelin à travers tout l'univers. Mais sa fusée ne marche plus car il lui manque "une tête de delco". Il atterrit en urgence sur une planète méconnue et il compte bien sur la charité humaine et sur sa célébrité interplanétaire pour qu'on lui offre un Delco.

Mais malheureusement, personne ne le reconnaît dans cette cité de fous aux mains de Mick Mickaël, organisateur du Superfight, tournoi de héros. Dans cette ville, tout est dédié et produit au nom du chevalier noir, le grand gagnant invaincu (casquette, cartes à collectionner, chaussures etc...). En bref, le sport revu et corrigé par le capitalisme triomphant. Le grand patron endort son peuple sous payé en le réjouissant par des tournois regorgeant de violence. On est pas si loin de l'empire romain avec ses gladiateurs... Voltige va concourir et tenter de terrasser le prince noir pour gagner son Delco...

La grande originalité des deux auteurs est d'avoir entrecoupé l'histoire de "petits interludes ludiques et culturels", autrement appelés pages de publicités ! Mick Mickaël y vante les mérites de son système économique, Voltige y prodigue ses bons conseils et le cuisinier Feudou nous livre ses recettes rocambolesques. Il y a des expressions qui nous rappelle notre société: HEC devient Haute école cosmique et l'ISF est un individu super fortuné. Mick Mickaël est interviewé dans l'émission "Capitaliser l'univers".

Avec beaucoup d'humour, notre super héros dénonce la toute puissance de l'économie dans nos sociétés....

Partager cet article

Repost0
19 septembre 2005 1 19 /09 /septembre /2005 00:00

COMIC AMERICAIN, Delcourt, 1999

Charles Burns est l’un des chefs de file de la bande dessinée américaine. Il nous livre ici un récit fantastique en plusieurs tomes sur fonds de métamorphoses dans la lignée de La mouche. Un groupe de lycéens se retrouve régulièrement dans une forêt pour fumer des joints. Ils vont y découvrir des personnes dont le corps est affreusement défiguré.

 

« La crève » est le nom de cette étrange maladie : elle se manifeste par une étrange coupure d’où suinte un liquide noirâtre. Chris, l’héroïne, est contaminée une nuit par un homme étrange.

 

La plupart des scènes se passent en forêt : ce milieu en marge semble libérer les instincts humains (c’est là qu’on fume des joints, qu’on fait l’amour) ; c’est un lieu dangereux, une frontière où l’on s’expose à tous les dangers.

 

Le dessin en noir et blanc regorge de créatures fantastiques : d’abord des animaux puis des femmes portant une étrange queue.

 

Je n’en suis qu’au deuxième tome (il y en a au moins six) et je dois dire que cette histoire est assez prenante : tout en écrivant une histoire fantastique, Burns s’appesantit d’abord sur les états d’âme des personnages. On sent que quelque chose ne va pas mais il n’y a aucune scène de violence. Tout est dans l’atmosphère et dans le ressenti des personnages : beaucoup d’interrogations, de cauchemars etc…

 

A suivre !

 

Partager cet article

Repost0
25 juillet 2005 1 25 /07 /juillet /2005 00:00

Editions Air Libre, 2000

Voici une magnifique BD fantastique créée par l'un des auteurs phares de la nouvelle bande dessinée française. David B s'inspire à la fois de la légende de Peter Pan et du capitaine Fracasse et des récits d'un écrivain français du XIXe siècle, Marcel Schwob, auteur des Vies imaginaires.

Tou démarre par une étrange affaire policière: des têtes décapitées sont retrouvées  et des tempêtes se déclenchent dans les bas-fonds de Paris.

Marcel, un bibliophile raconteur d'histoires va enquêter sur ces phénomènes en compagnie de Monelle, son amie prostituée. Dans ses nombreux livres, il va découvrir la trace d'une Bibliothèque Générale de l'Aventure.  La-bas, il va y découvrir un grenier bien étrange: il s'agit d'un repère de pirates, d'anciens épiciers ou artisans de Paris qui ont troqué leur vie (et leur tête !!!) d'antan pour une vie pleine d'aventures...

Le commissaire Pélican va ainsi lutter contre l'étrange bateau pirate qui immerge Paris...

Ce récit est une magnifique ode à l'imaginaire et à l'aventure: Marcel, le héros principal, tuberculeux, quitte sa chambre pour vivre ses r^ves qu'il avait jusque là transcrit dans ses histoires.

Le graphisme nous plonge dans un Paris revisité des bas-fonds du XIXe siècle où les bateaux pirates volent au dessus de la Tour eiffel et de l'opéra Garnier.

Un dossier nous livre les entretiens avec David B ainsi qu'un conte du raconteur d'histoires Marcel Schwob.

Partager cet article

Repost0
12 juillet 2005 2 12 /07 /juillet /2005 00:00

Edition l'Association

Guy Delisle nous emmène faire un voyage dans la capitale de Corée du Nord: un dessinateur est chargé de faire un dessin animé dans l'un des derniers régimes communistes de la planète. Pour cela, il est constamment accompagné d'un guide qui le suit partout. Car l'accès à la ville est strictement réglementé. Les restaurants et les hôtels sont déserts. Et le pauvre est obligé de visiter les musées glorifiant le communisme et considérant l'Occident comme un traitre inculte et sanguinaire...

Inutile de lire cette BD pour son graphisme: les dessins sont schématiques et sans grande valeur plastique. Mais le sujet traité avec humour permet d'entrer dans un royaume fermé au reste de la planète.

Guy Delisle excelle dans la BD reportage et journalistique en restant tout à fait neutre. Son personnage est juste étonné par le décalage culturel.

Partager cet article

Repost0