Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Passion des livres
  • : Les coups de coeur de mes lectures. Venez découvrir des classiques, des romans français ou étrangers, du policier, du fantastique, de la bande dessinée et des mangas...et bien des choses encore !
  • Contact

Bienvenue sur mon Blog !




Internautes lecteurs, bonjour !

J'ai découvert l'univers des blogs très récemment. Je suis bibliothécaire et mon métier est donc de faire partager ma passion. Voici donc mes coups de coeurs et n'hésitez pas à me faire partager les vôtres !

Je vous parlerai surtout de littérature française et étrangère contemporaine sans oublier bien sûr mes classiques préférés...

Une rubrique est également réservée aux lectures pour adolescents ainsi qu'à la BD et aux mangas.

Bonne lecture !

 

 

Recherche

4 mars 2013 1 04 /03 /mars /2013 11:36

LITTERATURE FRANCAISE

 

 

Editions Zulma, 2013

 

D'hubert Haddad, j'avais lu l'année dernière Opium Poppy, l'histoire d'un enfant afghan livré aux trafics de toutes sortes dans le monde de l'immigration clandestine en Europe. J'avais remarqué une écriture extrêmement poétique mais en même temps très froide.

 

Il en est tout autrement de son dernier opus, Le peintre d'éventail, qui nous plonge dans un Japon traditionnel et intemporel. Haddad, qui est aussi peintre, nous décrit à merveille les images symboliques du Japon, celles des estampes d'Hiroshige et d'Hokkusaï. Un lac, une barque, un temple shinto, les forêts de bambou ....la magie opère.

 

Mais Haddad va bien sûr au delà des clichés : le narrateur se rappelle soudain de son maître Matabei, en lisant un article de journal. Il décide de lui rendre visite. Voici le court prologue de ce merveilleux roman d'apprentissage. On est au Japon mais à quelle époque...l'auteur se garde bien de nous le dire.

 

Puis c'est au tour du maître Matabei de prendre la parole et de nous parler de son propre maître,  Osaki, le peintre d'éventail. Alors qu'il fuyait un échec sentimental, il s'est arrêté à l'auberge de Dame Hison, près de l'île d'Honshu, où ses visiteurs viennent rêver, se ressourcer ou vivre une passion interdite. Derrière l'auberge, se cache un jardin somptueux, entretenu par le maître Osaki, auteur de haïkus, peintre d'éventail et jardinier.

 

Dans ce jardin zen hors du temps, les passions vont pourtant éclore et perturber le dou quotidien...

 

Matabei, pris dans la tourmente de la passion amoureuse, tenterade déchiffrer l'énigme de la beauté du jardin. Telles les correspondances baudelairiennes, la prose de Haddad fait dialoguer la nature avec l'écriture et la peinture.

 

Le jardin, les haîkus et les éventails semblent se parler en eux pour déchiffrer l'énigme de la vie.

 

 

Puis soudain, le présent d'une violence inouïe fait irruption dans le jardin zen. Haddad, à notre grande surprise, fait surgir l'actualité du Japon là on ne s'y attendait pas.

 

Un magnifique conte d'initiation où seule la force de l'art et de la transmission peut lutter contre l'évanescence, la vanité des choses.

 

En un mot, magique !

Repost 0
3 mars 2013 7 03 /03 /mars /2013 19:05

LITTERATURE FRANCAISE

 

 

Editions Gallimard, 2013

 

Voici le dernier opus de Marie Ndiaye, Prix Goncourt en 2009 pour Trois femmes puissantes.

 

Elle nous a habitué à ces portraits de famille aux personnages exprimant une certaine  langueur et lassitude, partagés entre culpabilité et fuite des responsabilités : fuite de la responsabilité parentale, ingratitude des enfants, familles qui se délitent dans une atmosphère moite. Le tout enrobé d'une atmosphère teintée de fantastique.

 

On retrouve tous ces thèmes et encore le destin de trois femmes dans Ladivine, mais raconté dans une prose magnifique, sinueuse, jouant avec brio des subordonnées et des virgules, où la simplicité des mots est soudain embellie par une mot précieux.

 

Oubliant les dialogues théâtraux des Serpents et de Papa doit manger, elle s'immisce dans l'intériorité de ses personnages, en narrateur omniscient, pour décrire magistralement leurs défaites et leurs souffrances.

 

Trois femmes, la grand-mère, la mère, la petîtes fille. Trois personnages fantomatiques qui vont se rencontrés, s'éviter, disparaître. 

On devine l'origine africaine de la grand-mère. Cette dernière est nommée "la Servante" par sa fille, Malinka. Malinka ne veut pas être la fille d'une personne sans consistance, n'ayant aucune volonté, aucune existence sociale. 

Alors elle décide de s'inventer une nouvelle identité : elle sera Clarisse Rivière, sa mère ne devra pas connaître cette deuxième existence. Comme un rituel, elle viendra la visiter une fois par semaine à Bordeaux.

 

Et puis tout dérape comme dans un journal de faits divers. Nous voila plongés en Afrique (sans que le continent ni le pays soient nommés) en compagnie de la petite-fille Ladivine et de sa famille, mari et enfants. Là encore, tout s'envenime dans une atmosphère moite. Culpabilité, sang répandu...et ce chien mystérieux qui semble veiller sur Ladivine...

 

C'est à partir de ce moment que le récit est parcouru d'une atmosphère étrange à la limite du fantastique. Ces femmes fuyant leurs responsabilités, leur devoirs sont rongées par la culpabilité. Mais Marie NDiaye semble vouloir les toucher par la grâce. Ce chien semble être là pour alléger leurs âmes. La fuite dans les ombres de la forêt africaine apparaît comme une belle allégorie.

 

Comme si ces femmes fantômatiques trop fragiles pour vivre une vie quotidienne classique partaient vivre dans une autre dimension, pourtant si proche de la nôtre.

 

Assurément, Marie NDiaye est sans doute la voix la plus originale de la littérature française contemporaine. Une voix que l'on reconnaîtrait entre milles

 

Repost 0
25 février 2013 1 25 /02 /février /2013 19:45

ROMAN NOIR

 

 

Editions de l'Ecailler, 2012

 

Voici le deuxième opus d'une jeune professeur d'italien marseillaise qui avait fait parler d'elle avec son premier roman Je tue les enfants français dans les jardins, un roman politiquement incorrect où une enseignante perd pied devant sa classe d'ados ultraviolente....)

 

Il s'agit ici d'un drame intimiste sous la chaleur torride d'un petite village corse, Acquargento. Anna revient dans la maison familiale abandonnée, accompagnée de son mari et de son fils. Il faut épousseter, réparer, assainir...Lorsqu'en ouvrant un placard, elle aperçoit le petit canard mécanique rouillé, le passé ressurgit soudain, l'été de ses 16 ans. ...

 

16 ans, le baladeur sur les oreilles à écouter les tubes de Nick Cave, à rêver de passer ses vacances dans une capitale telle Londres ou New-York. Au lieu de cela, Anna est condamnée à rester avec ses parents dans la vieille bicoque familiale délabrée au fin fond des collines corses. Alors, elle se réfugie dans le "Cosmos", autrement dit le grenier, pour dessiner ses croquis...pendant que son père picole et que sa mère joue du piano pour oublier.

 

Le morne quotidien va être bouleversé lorsque la soeur aînée, Hélène, va débarquer avec Léa, son bébé d'1 an. Ce débarquement, Anna le voit d'un mauvais oeil. Car la soeur aînée, plus de 10 ans plus âgée, est tout le conraire d'Anna.

Hélène est la bimbo maquillée, inculte. Anna est l'artiste intello incomprise, gothique à ses heures. Hélène est la préférée. Mais Anna se prend tout d'un coup d'affection  pour sa petite nièce.

 

Et surtout, elle remarque un comportement suspect de sa soeur : celle-ci expose le bébé au soleil, elle la laisse courir jusqu'à un précipice...Mais Anna est la seule à saisir ces petits détails. Alors elle va tout faire pour éviter le pire...

 

En un peu plus de 100 pages, Marie Neuser réussit un tour de force psychologique : l'auteur excelle à décrire les états d'âme d'une adolescente de  16 ans, mal dans sa peau, qui va découvrir peu à peu le sens des responsabilités face à un drame familial.

 

Elle arrive à mettre une distance avec son double adolescent en utilisant le "Vous". Il en ressort une puissante acuité visuelle (magnifique description des paysages corses) et une tension psychologique haletante ; la description des soupçons envers sa soeur est entrecoupée des premiers émois de l'adolescente sur la plage.

Le "Vous" se répétant sonne comme une mélopée bien rythmée, mettant à distance ces événements funestes que l'on tentait d'oublier, en vain...

 

Un jeune auteur à suivre.

 

Repost 0
Published by Sylvie - dans Romans policiers
commenter cet article
24 février 2013 7 24 /02 /février /2013 10:01

ROMAN NOIR

 

 

Editions Zulma, Gallimard, Folio Série noire, 2003

Prix "Polar dans la ville" de Saint-Quentin en Yvelines, 2004

 

Marcus Malte est considéré comme l'un des grands représentants du roman noir français d'aujourd'hui. J'ai découvert son oeuvre grâce à une rencontre programmée à à la Médiathèque d'Antony le mardi 26 février...

 

Roman noir...que se cache derrière cette catégorie ? Une atmosphère très glauque, des personnages englués dans leur désespoir, un puit sans fonds, un manque d'amour cuisant....et aussi et surtout, un style hors pair, tout en clair obscur...

 

Dans ce petit chef d'oeuvre, l'auteur nous mène constamment de la fange aux étoiles, du désespoir au rêve, de la désespérance à l'absolu, des ténèbres au cosmos....

 

Comme toujours chez Marcus Malte, la forme  est aussi importante que le fonds, sinon plus. Il faut dire que le prétexte de l'intrigue est mince : Zodiac, qui tient son nom du cosmos tatoué sur son torse, suivi de "Le Polac", son démon/ange gardien, en fait son beau-frère, parcourent les routes à la recherche de la belle funambule, Sonia, leur bien aimée et soeur.

Zodiac est tombé amoureux enfant dans le cirque qui les avait recueilli tous les trois. Mais depuis que Sonia a disparu, il ne peut plus vivre...

Il paraît qu'elle se prostitue au servie du caïd du coin. Alors, tous les deux, Zodiac et le Polac, vont monter une expédition punitive....

 

Ames sensibles s'abstenir...Bienvenue dans le monde des Freaks où nains et autres bêtes de foire vont se livrer à des pratiques sado masochistes et plus encore....

Ce que l'on retient, c'est cette oscillation constante entre la fange la plus abjecte et la faculté des personnages à poursuivre leur idéal, leur rêve. Pour Zodiac, Sonia est funambule afin de descendre du ciel les étoiles censées donner la beauté aux hommes...

 

Magnifique image qui justifie l'amour absolu qu'il lui porte. Dans ce milieu obscène (la ville portuaire n'est jamais nommée, on pense à Marseille), l'amour éprouvé fait encore vivre, avancer dans une terre apocalyptique. Malte convoque tous les éléments de l'univers, de la pellicule de terre à l'étoile.

 

Ce clair obscur donne naissance à de magnifiques passages, vériables poèmes en prose :

 

"Raconte-moi encore, disait-elle en lui présentant sa main. Comme si les lignes tracées de son propre destin étaient une de ces histoires qu'on dit le soir au coucher. Un conte. Et c'était exactement cela. Les récits, les fameux poèmes qu'il allait puiser pour elle à la source de la Terre et du Ciel. Des myriades de vocables interstellaires tressés entre eux comme des fils de lin ou de pure soie. Embrasser l'univers. Souffler dessus. Essaimer les vieilles poussières, les cendres froides de plusieurs milliers de millénaires ou les braises ardentes de l'archée. Tout recommencer. Défaire, faire, refaire un monde qui ne porterait que ton nom, mon amour, qui serait le seul reflet de ton visage"

 

Un monde de saltimbanques au coeur brisé qui recherche la beauté dans la fange. On est ici proche des magnifiques fleurs du mal chères à Baudelaire.

Magnifique....

Repost 0
Published by Sylvie - dans Romans policiers
commenter cet article
20 février 2013 3 20 /02 /février /2013 21:16

ROMAN ADOLESCENT

 

 

 

Editions Bayard, 2012

 

Un magnifique livre objet nous contant une histoire d'enfants pas comme les autres....et bientôt un film de Tim Burton !

 

On voit tout à fait le metteur en scène génial nous créer un univers  à la fois inquiétant et merveilleux.

Il s'agit du premier roman d'un auteur prodige passionné de vieilles photographies...vous allez bientôt comprendre pourquoi....

 

 

L'histoire nous est racontée par le jeune Jacob qui a une relation particulière avec son grand-père : ce dernier lui raconte comment il a survécu à la déportation des juifs en se réfugiant sur une île perdue au large du Pays de Galles où il a vécu avec des enfants très particuliers : des jumeaux à deux têtes, une jeune fille pouvant voler, une garçon pouvant se rendre invisible, une fillette avec une bouche derrière la tête....Et il en a la preuve : de magnifiques photos jaunies faisant le portrait de ces enfants pas comme les autres...

 

Sauf que Jacob est le seul à croire Grandpa. Ses parents pensent que ce ne sont que des élucubrations de vieillards. Mais quand le vieux Abraham  est retrouvé mort derrière sa maison, le jeune garçon semble avoir vu un monstre l'agresser...

 

 

Et si cette île existait vraiment ? Lorsqu'il découvre une lettre d'une "Miss Peregrine" adressée à son grand-père, Jacob part alors avec son père à la découverte de cette île mystérieuse, perdue dans le brouillard. L'attend une vieille bâtisse abandonnée, l'ancien orphelinat incendié une nuit de 1941 par des bombardements. Les enfants sont semblent-ils morts depuis cinquante ans.

 

Mais il n'est pas au bout de ses surprises....

 

Miss-Peregrine-inside-02-300x239 Histoire dans Historique

 

Un magnifique roman d'initiation pouvant être interprété de plusieurs manières : réflexion sur la différence, hymne à la liberté de prendre des risques (doit-on rester protégés tout en s'empêchant de vivre ? Doit-on accepter l'immortalité ? ), belle relation intergénérationnelle....

 

Mais surtout un magnifique livre objet : de belles lettrines, des pages décorées tel un vieux papier peint, et des photos énigmatiques montrant ces enfants mystérieux. De magnifiques sépias recherchés pendant des années dans des collections privées.

 

Il ne reste plus qu'à visionner le trailer du futur film de Tim Burton...

http://www.youtube.com/watch?v=wVegDhDxLeU

 

Et d'attendre la suite car la fin est bien ouverte !

Repost 0
7 janvier 2013 1 07 /01 /janvier /2013 14:42

ETATS-UNIS

http://multimedia.fnac.com/multimedia/FR/Images_Produits/FR/fnac.com/ZoomPE/2/0/0/9782226240002.jpg

 

Editions Albin Michel, "Terres d'Amérique", 2012

Premier roman magistral d'un auteur qui s'était déjà fait remarquer avec un recueil de nouvelles EN 2008. L'auteur a été ouvrier pendant 32 ans dans une usine de pâte à papier de l'Ohio, avant de prendre le chemin de l'Université et de se consacrer à l'écriture...

Itinéraire magistral qui lui vaut d'être classé parmi les meilleurs écrivains américains en 2011 et de recevoir le Grand Prix de Littérature Policière en France en 2012 ainsi que le Prix du meilleur livre de l'année 2012 par la rédaction de Lire/L'express. 

Ce roman à l'atmosphère noire et poisseuse, alliant sauvagerie et mysticisme, mêle plusieurs personnages hauts en couleur qui sont amenés à réaliser des actes terribles dans la province de l'Ohio, terre traditionnelle du Nord-Est, à la fois industrielle et agricole. 

Willard, ancien soldat du Pacifique, confronté au cancer de sa femme, est amené à faire des sacrifices d'animaux en forêt, en compagnie de son fils, pour en appeler à la clémence de Dieu. 

Roy, un prédicateur fou croyant qu'il peut réveiller les morts, égorge sa femme. Quant aux deux auto-stoppeurs, Carl et Sandy, ils prennent en stop des jeunes hommes pour les photographier en plein ébat avant de les tuer. 

Sans oublier un paralytique soupçonné de pédophilie et un prêtre testant le pécher sur des jeunes femmes...Et aussi un shérif qui veut assurer sa réélection. 

Le destin de ces personnages habités va se croiser entre l'Ohio et la Virginie Occidentale de la fin de la Seconde Guerre Mondiale aux années 60. Victimes et bourreaux se rencontreront au hasard des routes. 

Une atmosphère apocalyptique qui n'est pas sans rappeler celle de Flannery O'Connor et Jim Thompson (surtout par le personnage immonde du shérif de 1275 âmes).

Si la religion et la sexualité constituent en apparence le socle du roman, on doit aussi retenir surtout la force infaillible du destin qui semble manipuler les personnages. L'auteur évite toute violence gratuite ou choquante ; cette dernière, au contraire, semble transcendée par une force plus grande. 

Une oeuvre profondément lyrique, très noire, qui se place d'emblée dans la tradition du grand  roman américain. 


Repost 0
7 janvier 2013 1 07 /01 /janvier /2013 13:55

ETATS-UNIS

http://multimedia.fnac.com/multimedia/FR/Images_Produits/FR/fnac.com/ZoomPE/0/0/7/9782752906700.jpg

Editions Phébus, 2012

Le Prix Fémina étranger 2012 est intéressant à plus d'un titre, à la fois par son thème relatant un fait historique méconnu et par sa forme originale. 

Julie Otsuka, auteur américaine d'origine japonaise, explore un fait méconnu des relations américano-japonaises des années 20 jusqu'à la Seconde Guerre Mondiale. 

Au début du 20e siècle, des japonais ont émigré en Californie et ont été embauchés pour travailler dans les vignes et dans les champs de fruits et légumes. Une main d'oeuvre à bas prix, très disciplinée, plus docile que les mexicains ou les chinois, principalement des hommes....

Quelques années plus tard, des femmes attirées par le Nouveau Monde, reçoivent des lettres de demandes en mariage d'hommes japonais devenus riches....croient elles...

A l'arrivée, c'est la mauvaise surprise. Des hommes pauvres et plus âgés que sur les photos. Mais leur dignité et leur éducation les poussent à accepter leur destin. Le travail, les enfants, la vie quotidienne...puis le déclenchement de la Seconde Guerre Mondiale. Toute une population japonaise considérée comme ennemie, espionne au service de l'ennemi...et emmenée dans des camps de travail. 

Sur 120 pages, l'auteur relate magnifiquement ces trente années en donnant directement la parole à ces femmes. Au lieu d'utiliser le "je", elle emploie un "nous" indifférencié qui "noie" chaque femme dans un choeur antique mêlant les individualités entre elles. Loin de dénuer toute personnalité à chaque femme, ce procédé d'énonciation mêle les différentes voix, faisant intervenir aussi bien le "bourgeoise" que la pauvrette ou la dévergondée. 

Ce choeur  de "vous" loin de n'être qu'une série de lamentations, est au contraire très rythmé puisque chaque chapitre  long de 10 à 30 pages est consacré à un tableau précis : le départ du Japon, la première nuit, la découverte des Blancs, les naissances, les enfants...jusqu'à un changement de narrateur au final.

Un récit poignant évitant tout misérabilisme, très bien construit, qui met aussi l'accent sur la découverte du Nouveau Monde par les japonais ; autre culture, autres moeurs : des hommes grands, poilus, buvant du lait et mangeant de la viande. 

A découvrir

Repost 0
24 décembre 2012 1 24 /12 /décembre /2012 16:21

ROMAN POUR ADOLESCENTS

http://multimedia.fnac.com/multimedia/FR/images_produits/FR/Fnac.com/ZoomPE/5/5/3/9782812604355.jpg

 

Editions dU Rouergue, collection "DoAdo", 2012

Elu meilleur livre ado de l'année par la rédaction du magazine Lire, ce roman magnifique a reçu tous les éloges. Et c'est mérité !

J'avais découvert Alex Cousseau avec Poisson Lune et Je suis un chapeau. Avec son dernier opus, Cousseau confirme son talent exceptionnel de conteur, sans aucun doute l'un des plus doués de sa génération. 

L'auteur donne la parole à un jeune esclave, alors qu'il est encore dans le ventre de sa mère ; il va nous raconter ses aventures sur presque 30 ans de 1831 à 1865. Entre temps, il aura traversé plusieurs fois les hémisphères sud et nord....

Tout commence sur une petite île au large de Madagascar, Nosy Boraha : Novaaaaa, arrière arrière arrière petite fille de Nova, fille du pirate La Buse, confie à "son ventre" le secret du médaillon qu'elle porte à son cou : renfermant un cryptogramme, il dévoilerait le secret de l'emplacement du trésor de La Buse....

Vendue comme esclave et mourant dans un naufrage, elle a le temps de donner le médaillon à son fils Taan qui devient...Un kraken ! avant d'être repêché au largue d'Antigua par l'étrange docteur Blind !!! Et c'en est fini de la première vie de Taan, digne d'un conte de fée fantastique. Taan devient Antoine. Blind lui apprend a guérir par les plantes et d'autres multiples connaissances. Il apprend à lire....les histoires extraordinaires d'Edgar Allan Poe, rien que ça ! 

Et ces histoires extraordinaires racontent l'histoire d'un Capitaine Kidd qui a caché un trésor...C'est alors que Docteur Blind et Antoine décident d'aller à New-York rencontrer cet étrange Poe décrypteur de cryptogrammes....

Et l'histoire s'accélère encore "sautant" de lieux en lieux : Caroline du Nord dans une plantation d'esclaves au temps de l'abolition, effervescence de New-York puis départ sur les baleiniers de Nantucket direction le Cap Horn...

Cousseau navigue à travers l'espace temps avec une énergie folle. De Madagascar aux Caraïbes en passant par les Etats-Unis, Le Liberia, l'Argentine, le Chili, Antoine-Taan navigue sur la route de son destin pour trouver son trésor. 

L'auteur mêle habilement le registre du conte fantastique (le nourrisson qui survit en kraken dans la mer) et la mise en scène de personnages fantasques ayant réellement existé : Phinéas Gage, Les soeurs Fox, le pirate Olivier Levasseur. 

Ce qui émerveille le plus, c'est le rythme trépidant du récit : Antoine raconte son histoire avec une sincérité et une énergie folle, relatant 25 ans en plus de 300 pages. Le ton enfantin et en même temps si mûr fait de ce texte un petit chef d'oeuvre. On a l'impression que ce roman trépigne d'impatience tout comme l'âme de son héros. 

Un style hors pair, de la fantaisie et aussi un superbe message de vie : car derrière la chasse au trésor d'Antoine, il y a surtout un itinéraire de vie à construire et à trouver au bout d'un long chemin...

Un récit d'aventure et surtout de vie, un chef d'oeuvre à explorer pour petits et grands !

Repost 0
24 décembre 2012 1 24 /12 /décembre /2012 15:37

POLAR "NORDIQUE" -FRANCE

http://multimedia.fnac.com/multimedia/FR/images_produits/FR/Fnac.com/ZoomPE/5/3/8/9782864248835.jpg

Editions Métailié, 2012

Non, il ne s'agit pas d'un énième polar islandais ou suédois façon Indridason ou Manckel mais bien d'un polar français ayant pour cadre la Laponie. Un polar qui a un beau succès en librairie mérité, premier roman d'Olivier Truc, journaliste vivant à Stockholm, où il est correspondant pour Le Monde et Le Point. 

Truc connaît la Laponie et ça se voit. En plus de livrer une intrigue palpitante pleine de suspense, l'auteur nous immerge dans l'histoire et la société lapone. Et la pureté de la neige ne doit pas faire oublier la noirceur des conflits existants sur le territoire...

Tout commence par un prologue horrible nous plongeant au XVIIe siècle : un chaman est brûlé vif par les protestants suédois pour avoir refusé d'abjurer ses dieux païens. 

Plus de trois siècles plus tard, Klemet et sa coéquipière Nina, de la police des rennes, enquêtent sur la disparition d'un tambour chaman, volé au musée local. Quelques jours plus tard, l'éleveur de rennes, Mattis, est retrouvé assassiné. Simple conflit d'éleveurs ? Coup monté de l'extrême-droite quelques jours avant le congrès sami de l'ONU ou encore vengeance des protestants laestadiens (mouvement conservateur interdisant la musique, la danse ou la télé) ?

Le grand mérite de ce polar est de nous plonger dans la complexité de la société lapone (ses castes avec au sommet les éleveurs. Attention à celui qui part, le policier Klemet en sait quelque chose) en examinant à la loupe son intégration et la sauvegarde de sa culture. Connaissez-vous les tambours lapons ? Le Joïk, chant traditionnel ? 

Chaque personnage (tous magnifiques) incarnent une "posture" différente : Oslen, le fermier raciste, Racagnal, le géologue recherchant une mine miraculeuse, Aslak, l'éleveur solitaire, Mattis, l'héritier des chamans....

Alors partez à la découverte de l'expédition de Paul-Emile Victor en 1939, vous ne serez pas déçus !!!


 


Repost 0
Published by Sylvie - dans Romans policiers
commenter cet article
10 décembre 2012 1 10 /12 /décembre /2012 22:20

ETATS- UNIS

http://multimedia.fnac.com/multimedia/FR/images_produits/FR/Fnac.com/ZoomPE/4/4/4/9782265094444.jpg

Editions Fleuve Noir, 2012

Voici un formidable thriller historique dans la lignée de Gangs of New-York de Scorsese. Même si vous n'êtes pas amateurs de polars, vous y trouverez votre compte si vous vous intéressez à l'histoire de la naissance de New-York. 

Nous sommes en 1845. New-York n'est encore qu'une île minuscule ; Manhattan est constituée de minuscules ruelles et Harlem est parsemée de champs....Alors que la criminalité fait rage, Républicains et démocrates s'affrontent pour savoir s'il faut une police. 

Car pour les américains, cette police, s'apparentant à l'armée, est une entrave à leur sacro-sainte liberté. Les démocrates ont fini par l'emporter et c'est la naissance de la mythique NYPD, New-York Police Department. Une police constituée de bric et de broc, rassemblant gardiens de nuit, anciens truands et même d'anciens barmen !

C'est le cas de Timothy Wilde, notre héros, employé d'un bar à huîtres, défiguré après l'incendie de son quartier. Son frère, le chef de file des démocrates, lui offre un débouché dans cette police embryonnaire. 

C'est alors que Thimothy se découvre une vocation lorsqu'il croise sur son chemin une petite fille irlandaise couverte de sang...Alors qu'il l'a recueille chez lui, il va vite découvrir que la fillette est la première de nombreuses victimes. Le cadavre d'un jeune garçon irlandais va le mettre sur les traces d'un complot contre les immigrés irlandais....

Une formidable ambiance gothique et surtout une profondeur historique inouïe font de ce polar un véritable régal. Lindsay Faye, jeune auteure remarquée par Michael Connelly, a plongé dans les archives de la Grande Pomme, pour écrire ce roman historique remarquablement documenté. L'écriture est d'autant plus littéraire que l'auteur retranscrit l'argot de l'époque, ce qui donne aux dialogues une vitalité et un réalisme hors pair. Le lecteur est immergé dans les bas-fonds, au milieu du petit peuple des orphelins, des prostitués, des crieurs de rue. C'est du Dickens new-yorkais !

Et puis au coeur de ce thriller sanguinaire, il y a un fait relativement méconnu de l'histoire new-yorkaise : le rejet des catholiques irlandais, fuyant la famine de leur pays, par les protestants américains de souche. Des irlandais catholiques faisant peser la menace du papisme sur les libertés civiques et religieuses des protestants. 

Plongez dans les bas-fonds de New-York avec Lindsay Faye : la jeunesse de New-York n'aura plus de secret pour vous. En un mot : passionnant !


Repost 0
Published by Sylvie - dans Romans policiers
commenter cet article