Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Passion des livres
  • : Les coups de coeur de mes lectures. Venez découvrir des classiques, des romans français ou étrangers, du policier, du fantastique, de la bande dessinée et des mangas...et bien des choses encore !
  • Contact

Bienvenue sur mon Blog !




Internautes lecteurs, bonjour !

J'ai découvert l'univers des blogs très récemment. Je suis bibliothécaire et mon métier est donc de faire partager ma passion. Voici donc mes coups de coeurs et n'hésitez pas à me faire partager les vôtres !

Je vous parlerai surtout de littérature française et étrangère contemporaine sans oublier bien sûr mes classiques préférés...

Une rubrique est également réservée aux lectures pour adolescents ainsi qu'à la BD et aux mangas.

Bonne lecture !

 

 

Recherche

9 mars 2006 4 09 /03 /mars /2006 22:27

Depuis quelques années, des écrivains chinois émigrés en France font le succès des librairies. La plus connue est bien sûr Shan Sa avec La joueuse de Go

La joueuse de go

L'histoire d'amour entre un officier nippon et une jeune chinoise au temps de l'occupation de la Chine par le Japon....


On peut également citer François Cheng avec L'éternité n'est pas de trop, le Tristan et Yseult asiatique.

Voir l'article http://passiondeslivres.over-blog.com/article-1857219.html


 En beaucoup moins connu, on peut citer la jeune Wei Wei révélée en France avec Fleurs de Chine (Editions de l'Aube, 2001) : un portrait de plusieurs femmes de l'Histoire de la Chine, chacune portant un nom de fleur.

Fleurs de Chine

Elle nous revient cette année avec Une fille Zhuang (Editions de l'Aube) son autobiographie en nous contant comment elle a appris le français. D'abord destinée à la Médecine, elle est contrainte d'apprendre le français par les autorités chinoises car elles ont besoin d'interprètes pour partir en Afrique Francophone.

Une fille Zhuang

C'est alors qu'elle s'aperçoit que les textes étudiés sont en fait des textes chinois traduits laborieusement par des chinois !!! Mais à force d'obstination, elle finit par trouver un exemplaire des Misérables. C'est grâce à ce livre qu'elle découvrira la culture française...

J'ai hâte de lire ce précieux témoignage....


Enfin, il faut citer le célèbre Balzac et la petite tailleuse chinoise de Dai Sijie qui parle de la présence de la culture française en Chine au temps de la Révolution Culturelle.

Deux intellectuels sont envoyés en rééducation dans la campagne chinoise. Ils cachent dans leur malle des écrivains interdits par la censure tels que Voltaire, Rousseau ou Balzac. Une jeune campagnarde découvre ces trésors... Elle fera alors l'apprentissage de la liberté grâce à ces ouvrages...Un livre magnifique sur la lecture et la culture vues comme instrument de libération.

 

Repost 0
9 mars 2006 4 09 /03 /mars /2006 19:39

Avec un jour de retard sur la Journée des femmes, je voudrais mettre à l'honneur les femmes dans la littérature aussi bien à travers les héroïnes de roman qu'à travers les femmes écrivains.

Les héroïnes

Il y en a des milliers. Parmi les plus célèbres Emma Bovary, La Reine Margot de Dumas, Nana de Zola en passant par Manon Lescaut et Phèdre.

Madame Bovary

Avez-vous une héroïne de roman préférée?

En ce qui me concerne, je citerais peut-être Pauline dans la Joie de vivre de Zola : cette dernière, en dépit de tous les malheurs de la vie, prend en charge son entourage qui est bien malade ou dépressif: son cousin, sa belle-soeur, son oncle... Un livre qui illustre la philosophie de la volonté selon Schopenhauer.

La joie de vivre

Et puis bien sûr Phèdre, la grande héroïne tragique par excellence....

Phèdre

Les femmes écrivains

Marguerite Duras, Marguerite Yourcenar, Karen Blixen et parmi les plus contemporaines Annie Ernaux, Sylvie germain, Christine Angot....

Avez vous des "écrivaines" fétiches?

En ce qui me concerne, je voudrais attirer votre attention à la fois sur une "écrivaine" et une héroïne de roman à travers Au delà des illusions de Duong Thu Huong.( Vietnam, Editions Picquier, 1996). Un superbe portrait de femme vietnamienne écrit par une écrivaine fortement engagée....

Je réédite à cette occasion l'article paru le 2 février http://passiondeslivres.over-blog.com/article-1765618.html

Née en 1947, Duong Thu Huong est une figure emblématique des lettres vietnamiennes. Etant l'écrivain de son pays le plus traduit au monde, elle doit sa célébrité à ses prises de position contre le régime dictatorial et sa défense des droits de l'homme.

Ses livres sont interdits de publication au Vietnam; elle fut incarcérée pendant sept mois en 1991 et vit depuis en résidence surveillée à Hanoï. Soldat pendant la guerre de Vietnam, elle fit partie du parti communiste pendant de nombreuses années. Mais après avoir critiqué le népotisme et la corruption, elle fut exclue du parti.

Par sa plume, elle dénonce justement les injustices de l'Etat Vietnamien totalitaire et prône la liberté de l'individu. Ses oeuvres sont aussi un vibrant appel à la liberté féminine.

Son plus célèbre roman, Au delà des illusions, a été le livre de chevet de toute une génération: il s'agit du magnifique portrait de Linh, une enseignante, qui quitte son mari, journaliste, qui s'est compromis avec le régime totalitaire. Ce dernier a renié ses idéaux de la révolution pour assurer sa sécurité familiale. Contre le bien-être et la richesse matérielle, Linh préfère la liberté et la vérité. Elle va donc s'attirer la foudre de toute la communauté qui l'accuse d'adultère. En effet, elle tombe amoureuse d'un compositeur..Devant la pression des parents d'élèves, elle devra quitter son poste d'institutrice...

Ce livre est magique à plus d'un titre. Tout d'abord, Duong Thu Huong met en lumière le conflit existant entre la liberté individuelle et l'Etat qui intervient dans la vie privée.  Elle nous fait également connaître la soumission des intellectuels (professeurs, journalistes, peintres, compositeurs) qui doivent se soumettre aux hommes de pouvoir corrompus pour survivre.

Au delà du message délivré, le charme du livre vient surtout de l'histoire éminemment romanesque: il s'agit d'un beau roman d'apprentissage d'une femme qui parvient à se libérer des conventions sociales et du pouvoir des hommes. Le personnage de Linh est magnifique et incarne le courage. Elle parvient à faire changer son mari, Nguyen, qui refuse à la fin la soumission à l'Etat. Ce dernier est lui aussi très attachant: c'est d'abord un homme meurtri qui ne peut se remettre du départ de sa femme. Amour, illusions et désillusions et aussi message d'espoir sont présents.

Enfin, la description de la nature (les arbres, les rizières), l'attention portée aux saisons ainsi à la vie quotidienne des vietnamiens nous enchantent....

Un extrait:

" Linh regarde tranquillement sa douleur. Pour lui, elle a accepté tant de malheurs. Mais elle s'est réveillée, elle a grandi. L'être humain ne sera jamais adulte tant qu'il s'en remet à d'autres pour sa dignité, à des idoles nimbeées d'étoiles et de lumière. Il ne doit croire et espérer qu'en lui-même, car ce sont ses propres pas qui l'amèneront au fin fond de son existence"

Bonne lecture....

 
Repost 0
Published by Sylvie - dans Et vos lectures
commenter cet article
9 mars 2006 4 09 /03 /mars /2006 19:15

Les îles regorgent d'écrivains francophones. Je vous propose de partir en Guadeloupe, à Haïti, à Madagascar et à l'Ile Maurice.

Guadeloupe

Je vous propose de redécouvrir la grande dame des lettres guadeloupéennes, Maryse Condé avec le roman Moi, Tituba, sorcière

Un vibrant hommage aux "esclaves marrons" (qui s'évadent des plantations) à travers l'histoire du procès des sorcières de Salem.

Haïti

Mon chouchou, René Depestre, le plus grand écrivain haïtien contemporain avec son chef d'oeuvre, Hadriana dans tous mes rêves 

Il y également Denis Laferrière, émigré au Canada, connu pour son roman Comment faire l'amour avec un nègre dans se fatiguer?

Son dernier recueil de nouvelles, Vers le sud vient d'être adapté au cinéma pars Laurent Cantet, avec Charlotte Rampling : il s'agit d'une relation amoureuse entre une femme quinquagénaire et un jeune haïtien qui se prostitue pour pouvoir vivre. A travers cette relation, il dénonce les rapports de force Nord-Sud.

Vers le sud

Pour plus de renseignements sur la littérature haïtienne, rendez-vous sur l'article http://passiondeslivres.over-blog.com/article-543804.html

ILE MAURICE

Bien que je n'ai pas encore lu aucun de ses livres, je tiens à attirer votre attention sur Ananda Devi qui, loin de tout exotisme, décrit la noirceur de son île.

Elle a été découverte en France avec Moi, l'interdite , aux éditions Dapper.

Moi, l'interdite

L'histoire d'une jeune fille marginalisée parce qu'étant née avec un bec de lièvre. Elle devient une pestiférée au sein de sa famille et devra se battre pour pouvoir vivre. Un récit très noir et un vibrant hommage à la condition féminine ...

Pour plus de renseignements, rendez-vous sur http://www.afrik.com/article1847.html

Son dernier roman, Eve de ses décombres met en scène des adolescents qui prennent chacun à tour de rôle la parole dans les quartiers déshérités de Port-Louis.

Rendez-vous sur http://jacbayle.club.fr/livres/Femmes/Devi_7.html

Une femme écrivain que j'ai vraiment envie de découvrir !

MADAGASCAR

Voici un auteur au nom imprononçable, Jean -Luc Raharimanana , professeur de français en Seine-Saint-Denis. Un auteur qui s'est fait connaître par L'arbre anthropophage. Rendez-vous sur http://artslivres.com/ShowArticle.php?Id=391

L'arbre anthropophage

En ce qui me concerne, j'ai lu Nour, 1947 (Editions Serpents à plumes), récit de la révolte des indigènes malgaches contre le colonisateur français en 1947, après avoir été intégrés à l'armée française pendant la Seconde Guerre Mondiale. Deux adolescents fuient les colonisateurs en se réfugiant sur une île maudite...

Un récit très exigeant, assez difficile d'accès, mais qui dénonce la colonisation avec beaucoup de talent.

Repost 0
8 mars 2006 3 08 /03 /mars /2006 22:24

Cette semaine, en vue du Salon du Livre, je vous propose une petite sélection d'auteurs francophones, par grandes zones géographiques : Afrique, Maghreb, Asie, littérature des îles...

Je citerai rapidement les auteurs incontournables et proposerai quelques nouveautés coup de coeur

L'AFRIQUE

Les classiques incontournables

-L'oeuvre de l'ivoirien Ahmadou Kourouma : vous pouvez lire la critique d'Allah n'est pas obligé

-Le sénégalais Ousmane Sembene : http://passiondeslivres.over-blog.com/article-1564017.html

-Emmanuel Dongala (les petits garçons naissent aussi des étoiles) http://passiondeslivres.over-blog.com/article-761099.html

Les nouveautés

MALI: L'empreinte du renard, Moussa Konaté, Fayard

L'empreinte du renard

Série de meurtres étranges en pays Dogon. Un étrange sorcier à la tête de renard hante le village. Habib est mandaté par les autorités pour enquêter au cœur d'un des peuples les plus mystérieux du monde. Moussa Konaté sait restituer la magie et le mystère au moyen de longs dialogues stupéfiants d’intelligence. Il donne ainsi la preuve de sa connaissance intime de la plus secrète des traditions et, surtout, de la profondeur de la morale africaine. Son vieux flic Habib est un Africain moderne, un policier rompu à manier la raison au point de trouver la justice au cœur même de l’irrationnel.


SENEGAL: La pièce d'or, Ken Bugul, Ubu Editions

La pièce d'or

La ville de Birlane se vide vers la capitale, Yakar, comme l’Afrique se vide vers Ceuta et les mirages du Nord. Tous ces espoirs s’amoncellent en une fantastique montagne sacrée, invraisemblable amas de tous les déchets de la ville.
Pour préserver le destin de Moïse, de Ba’Moïse son père, de Lam’s et de tous les autres, il ne reste que la mythique pièce d’or, léguée autrefois par le
condorong
.
Dans cet extraordinaire roman, Ken Bugul met en perspective le balancement de l'Afrique entre l'espoir des peuples et la folie des sociétés. Au finale, impossible de savoir qui l'emportera, même si la foi en l'homme demeure le plus beau des destins offerts.

CONGO: African Psycho, Alain Mabanckou, Le Serpent à plumes

Un remake bourré d'humour du célèbre American Psycho de Breat Easton Ellis : la description d'un crime raté !

Pour plus de renseignements, rendez-vous sur le site http://www.afrik.com/article6419.html

DJIBOUTI : Aux Etats-Unis d'Afrique, Abdourhaman B. Waberi, Jean-Claude Lattès

Livre - Aux Etats-Unis d’Afrique de Abdourahman A. Waberi

Voir mon article d'hier !

Voila ! Les critiques viendront bientôt. Si vous avez des suggestions, n'hésitez-pas à m'en faire part !

Repost 0
7 mars 2006 2 07 /03 /mars /2006 22:11

LITTERATURE FRANCOPHONE- DJIBOUTI

Editions Jean-Claude Lattès, 2006

Voici le troisième roman d'un auteur prometteur de Djibouti qui s'était déjà fait remarquer par Moissons de crânes en 2004 sur la guerre du Rwanda.

Il signe ici un roman très ironique où il renverse les perspectives géopolitiques du monde actuel: il imagine que le monde est désormais dominé par une fédération de Républiques Africaines dominées par l'Erythrée ! Attirés par la richesse de ce territoire, les Caucasiens (comprendre les Européens et les Américains) campent aux frontières des pays riches...

Le talent de Waberi réside dans le fait qu'il évite tout manichéisme en soutenant que tout pays riche, qu'il soit peuplé par des noirs ou des blancs, est un monstre d'égoïsme. De même, il part de faits réels pour imaginer des guerres civiles: le conflit entre normands et bretons, entre flamands et les romans, et entre provinces suisses. Le plus drôle est sans doute l'invention de marques publicitaires africaines: le MacDiop au lieu du Mac Do, le NégusCafé au lieu du Nescafé, la carte Fricafric.....

L'histoire est centrée sur Maya,une jeune normande qui est adoptée par un Africain. Adolescente, elle décide de découvrir son pays d'origine, la France. C'est alors que Waberi aborde alors la question du racisme. Celle-ci se fait traiter de "Peau de lait"...

Le propos n'est pas d'opposer un Occident escroc à une Afrique pétrie de bons sentiments. Waberi dénonce les vices de l'argent, qu'il soit blanc ou noir.

Repost 0
6 mars 2006 1 06 /03 /mars /2006 18:48

La Francophonie est doublement à l'honneur en ce mois de mars : il y a la Semaine de la Francophonie, manifestation annuelle, ainsi que le Salon du Livre consacré à la Littérature francophone, du 18 au 22 mars.

Sujet très vaste ! Je crois qu'il faut davantage parler d'aires géographiques : les Antilles, l'ex Afrique coloniale, Haïti, le Magheb,le Canada, la Belgique...

Juste un petit rappel historique: c'est Léopold Sedar Senghor, qui est à l'origine du mot francophonie.

Espérons que ce mois de mars sera riche en découvertes !

Pour découvrir quelques auteurs intéressants, je vous conseille de lire le dossier du Magazine Littéraire de mars.

Et puis certains grands auteurs francophones sur mon blog !

Les auteurs haïtiens : http://passiondeslivres.over-blog.com/article-543804.html

Parmi ces auteurs haïtiens, mon chouchou René Depestre: http://passiondeslivres.over-blog.com/article-507566.html

Parmi les auteurs antillais, Maryse Condé http://passiondeslivres.over-blog.com/article-649799.html

Enfin, allez jeter un coup d'oeur dans la Catégorie Littérature africaine !

Il y a aussi la littérature du Magheb avec ses plus dignes représentants: Assia Djebar et Maïssa Bey pour l'Algérie et Tahar Ben Jelloun pour le Maroc.

Avez-vous une préférence dans tout cela? Etes-vous férus de littérature antillaise? africaine? maghrébine?

Je vous promets une petite sélection dans les jours qui suivent...

Repost 0
5 mars 2006 7 05 /03 /mars /2006 11:41

THAILANDE

Seuil, 2005

Voici le premier auteur thaïlandais que je lis. Sangsuk nous emmène dans la jungle, monde à la fois luxuriant et mafélique.

L'auteur met en scène, le révérend père Tiane, un vieux bonze qui raconte le soir au coin du feu des légendes de son pays ni tout à fait vraies ni tout à fait fausses. Lorsqu'il s'était rendu en pèlerinage en Inde et qu'il s'était trouvé nez à nez avec une horde d'éléphants ou lorsqu'il avait combattu un cobra...

Mais ce soir là, Tiane va brusquement changer de ton lorsqu'il décide de raconter aux enfants du village pourquoi il est devenu bonze: à la fin du siècle dernier, un tigre saming , mangeur d'hommes dont l'âme maléfique de la victime l'habite, a transformé la vie du jeune Tiane en véritable tragédie.

Sangsuk change brusquement de ton au quart du roman: au début, le lecteur a l'impression que l'auteur lui raconte toutes les légendes magiques de son pays. Puis brusquement, le récit se focalise sur la vie du bonze et sur son combat avec le tigre.

Ce livre est un hommage vibrant au monde de la jungle: Sangsuk nous décrit avec beaucoup d'érudition la flore et la faune de son pays. Chaque élément est minutieusement décrit dans des phrases amples proches de l'incantation. Il livre également une réflexion sur la place de l'homme au sein de la nature sans oublier de faire un constat sur l'évolution des milieux naturels en Thaïlande: disparition progressive de la jungle remplacée par des routes et des clubs touristiques. L'auteur décrit la lutte de l'homme contre son destin et contre la mort.

Ce récit n'est pas sans rappeler Le vieux qui lisait des romans d'amour de Luis Sepulveda, qui traitait lui aussi d'un affrontement majestueux entre un vieux gringo et un tigre. On peut aussi citer Le vieil homme et la mer d'Hemingway.

Sangsuk vénère apparemment le combat entre l'homme et l'animal :  l'un de ses romans, Venin, met en scène un jeune gardien d'élevage amputé d'une main, qui lutte contre un cobra de l'autre main.

Un récit vraiment riche et dépaysant qui nous fait froid dans le dos.

Repost 0
3 mars 2006 5 03 /03 /mars /2006 22:38

POLOGNE

Dupuis, "Expresso", 2005

Voici la BD très originale d'une jeune polonaise qui nous raconte le quotidien d'une petite fille dans la Pologne soviétique des années 70-80. Ces petites histoires, racontées par la petite fille elle-même, sont à la fois tristes et très drôles : les queues devant les magasins pour obtenir un produit et la déception de ne pas avoir obtenu d'oranges, les sarcasmes ironiques après que son père ait gagné un frigo (très grand mais très vide) et la honte de se retrouver avec un tas de rouleaux de papier toilette dans la foule pour bien montrer à tout le monde que l'on fait caca ! Le plus drôle reste la parodie de la messe du pape par les enfants dans la cage d'escalier et le baptème d'un bébé dans une baignoire !

Copyright Dupuis, Sowa Marzena, Savoia Sylvain - 2005

bordure
coin bordure coin
 

Ce qui est très original dans cette BD est la quasie absence des traditionnelles bulles. La parole apparaît dans des "bandes" en haut et en bas de chaque vignette. On peut reprocher que le texte soit vraiment trop long sur seulement 45 pages d'histoire.

On rapproche cette BD du Persépolis de Marjane Satrapi pour son côté "découverte d'un autre pays". Mais cette BD polonaise est beaucoup plus enfantine.

A lire par tous ceux qui veulent sortir des sentiers battus...

Repost 0
3 mars 2006 5 03 /03 /mars /2006 21:48

Editions Kabuto, 2005

Adaptation filmographique de Park Chan-Wook (Corée du Sud)

Le film est l'une des grandes découvertes de 2005. Je ne l'ai pas vu mais il est réputé pour être très violent, contrairement au manga, qui est plus psychologique. A noter qu'il s'agit d'une oeuvre japonaise ayant donné lieu à un film coréen.

Voici l'histoire: un homme est enfermé sans raison dans une mystérieuse salle pendant dix ans. Lorsqu'il en sort, il découvre qu"il y a été enfermé sur ordre d'un homme mystérieux. On a versé une somme immense pour l'enfermer dans une prison privée. Il est alors bien décidé à se venger et à retrouver son mystérieux ennemi...

C'est alors que ce dernier le contacte par téléphone portable. L'ex prisonnier découvre qu'on lui a implanté un micro dans le corps ; il est constamment suivi...

Son ennemi cherche à le rencontrer: il lui déclare qu'il le connaît depuis son enfance et qu'ils étaient en classe ensemble. Mais, depuis son accident de voiture, il s'est fait refaire le visage. Il lui lance alors un pari bien étrange: s'il découvre qui il est, il lui laissera la vie sauve....

Ce manga est un chef d'oeuvre de suspens et de mystère ! Très peu de violence; tout est misé sur la psychologie bien originale de l'ennemi. J'ai lu les 4 premiers tomes et il en reste encore 4 (pas encore parus !!). Je vais craquer !

J'adore certains mangas mais en fait, il faudrait les lire une fois qu'ils sont tous parus ! Enfin, celui là vaut vraiment le coup puisqu'il est basé entièrement sur un mystère passionnant. Nous ne savons ni qui est la victime (qui a oublié son passé), ni qui est le persécuteur ! Rendez-vous dans, allez, 6 mois !

 

Repost 0
Published by Sylvie - dans Mangas
commenter cet article
1 mars 2006 3 01 /03 /mars /2006 23:24

SENEGAL

Le Serpents à plume, 2001

Voici un roman très original puisqu'il s'agit du premier récit de "politique-fiction" en Afrique: en 2063, des intellectuels se penchent sur les événements politiques de la période post-coloniales vers 1960-1970. L'auteur dévoile ainsi la grande supercherie de l'après indépendance: avidité du pouvoir chez les nouveaux riches cultivés, héritiers des colons blancs et manque d'unité chez les étudiants marxistes.. Un constat bien amer dont le titre reprend le un mythe célèbre: celui de Tamango, un roi tyrannique malien qui se transforme en libérateur d('esclaves lorsqu'il est capturé par les blancs...

Ce roman ne m'a pas enthousiasmé mais j'ai vraiment été intéressée par son style novateur: le narrateur intervient directement entre chaque chapitre pour faire état de ses recherches ce qui nous amène à penser qu'il s'agit davantage d'un documentaire que d'un roman. Il le narrateur se joue de lui même en se comparant à Garcia-Marquez :il se moque de l'effet de réel car pour lui, on ne peut rendre compte de la complexité du réel.

Réalité ou fiction? C'est finalement au lecteur de choisir....

Repost 0