Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Passion des livres
  • : Les coups de coeur de mes lectures. Venez découvrir des classiques, des romans français ou étrangers, du policier, du fantastique, de la bande dessinée et des mangas...et bien des choses encore !
  • Contact

Bienvenue sur mon Blog !




Internautes lecteurs, bonjour !

J'ai découvert l'univers des blogs très récemment. Je suis bibliothécaire et mon métier est donc de faire partager ma passion. Voici donc mes coups de coeurs et n'hésitez pas à me faire partager les vôtres !

Je vous parlerai surtout de littérature française et étrangère contemporaine sans oublier bien sûr mes classiques préférés...

Une rubrique est également réservée aux lectures pour adolescents ainsi qu'à la BD et aux mangas.

Bonne lecture !

 

 

Recherche

Archives

3 décembre 2006 7 03 /12 /décembre /2006 19:17

LIBAN

Editions Sabine Wespieser, 2006

Hyam Yared est une poétesse libanaise; elle publie ici son premier roman. Ce récit est vraiment intéressant dans la mesure où elle livre une intrigue vraiment originale frôlant souvent le fantastique tout en étant bien ancrée dans la réalité sociale contemporaine du pays.

Une jeune femme divorcée et élevant seule un enfant se rend à un casting de théâtre pour devenir comédienne. Dès son entrée dans le théâtre, une atmosphère étrange s'installe : l'ouvreuse lui demande de déposer son ombre à l'entrée. Elle se révolte contre l'idée de quitter son ombre mais le jour d'après, le metteur en scène sans visage lui déclare qu'elle est retenue pour le rôle. Et voila qu'elle découvre la pièce : il n'y a aucun scénario, elle doit chaque soir improviser son texte devant le public.

La première représentation commence : elle découvre sur la scène une chaise et "l'armoire des ombres"...voilà pourquoi il faut qu'elle quitte sa propre ombre tous les soirs. Car il faut qu'elle en revêtisse d'autres chaque soir. Les ombres deviennent des identités : Greta, une jeune prostituée, la mère de l'actrice et Mona, une femme enceinte qui vient de quitter son mari. Alors que la narratrice ne voulait pas quitter son identité au début, elle commence à prendre goût à ces identités multiples...

Mais, au dehors, les manifestations grondent. On pourrait croire qu'il s'agit d'appels à la liberté. Mais les manifestant semblent aussi intolérants que le régime qu'ils condamnent...Le spectacle semble tout à coup menacé...

Ce roman peut déconcerter car les identités multiples de la comédienne qui prennent la parole à tour de rôle rendent le récit difficile à suivre : rêve et réalité se mêlent. A partir de ces multiples personnages, la narratrice invente une intrigue dans l'intrigue où les trois femmes vont se rencontrer. Le récit imaginaire proclamé au théâtre est un appel vibrant à la libération de la femme : la narratrice est au début une femme conventionnelle qui a peur de prendre un amant. Mais progressivement, elle prend les ombres de prostituées ou de femmes révoltées qui fuient leur mari. Peu à peu, elle épouse leur cause....

L'auteur a su savamment mêler le fantastique (le final est vraiment original !) à une fine observation de la société libanaise sclérosée. Un premier roman à découvrir.

Partager cet article

Repost0
30 novembre 2006 4 30 /11 /novembre /2006 22:08

LITTERATURE FRANCOPHONE - CONGO

Prix Renaudot 2006

Ca y est, j'ai enfin lu le dernier Mabanckou ! J'avais beaucoup aimé son premier roman African Psycho. J'ai littéralement dévoré celui-ci ! On retrouve son humour et beaucoup d'originalité.

Le personnage qui narre l'histoire est donc un porc-épic qui nous raconte sa vie de "double nuisible" d'un homme dans un village africain. Car en Afrique, les hommes peuvent avoir soit un double bienfaiteur (notre ange gardien occidental), soit un petit animal pernicieux qui peut faire le mal ; on entre alors en contact avec lui grâce à une sorte de boisson chamanique.

Et voici donc notre porc-épic qui va lancer des pernicieuses épines vers les ennemis de Papa Kibandi. Mais voici que notre héros de porc-épic nous raconte son histoire après la mort de son maître. Que s'est-il donc passé? C'est ce que va nous raconter notre personnage....

Mabanckou mêle savamment la culture occidentale ( recours à la fable : un animal humanisé juge l'action des hommes, références littéraires) et les coutumes africaines qu'il traite avec humour (la scène de l'enterrement où le mort désigne son assassin en faisant bouger le cercueil est hilarante !).

Le récit est une réécriture de la fable de La Fontaine, Le rat des villes et le rat des champs : un animal quitte son champ car il a envie de découvrir le monde des hommes. D'abord subjugué par cette société, il sera amené à revenir sur ses premières convictions.

Le style peut certes déconcerter (je pense notamment à Anne-Sophie ! (www.lalettrine.com)  : il n'y a aucun point et la ponctuation n'est assurée que par des virgules ! En ce qui me concerne, j'ai été charmée par ce rythme mélodieux de la phrase. Il y a des poses et cette écriture n'a rien à voir avec un essai expérimental !

Ce livre se dévore en une journée ...vous l'aurez compris, je suis fan de Mabanckou ! Il y a tellement peu d'humour dans la littérature contemporaine ! Son style me fait un peu penser au style d'Eric Chevillard qui pour moi est le meilleur romancier satirique français.

Partager cet article

Repost0
27 novembre 2006 1 27 /11 /novembre /2006 19:23

ARGENTINE

Editions Christian Bourgois, 2006

Alan Pauls est un écrivain argentin né en 1959. Professeur de théorie littéraire, on lui doit notamment une étude sur le grand Borges (Le facteur Borges). On reconnaît l'influence de la littérature sud-américaine dans ce récit grâce à la présence de la fantaisie et du rêve.

Si vous n'avez pas peur de vous perdre dans les méandres d'une narration hallucinatoire, ce récit est pour vous !

Il s'agit de l'histoire d'un jeune écrivain argentin invité dans un salon littéraire à Saint-Nazaire. Ses vacances européennes vont se transformer en un véritable cauchemar. Le fantastique s'installe lorsque le pauvre écrivain s'aperçoit qu'un étrange kyste est en train de pousser sur sa nuque ; l'excroissance grandit et se transforme en une petite éperon bien aiguisé. Inquiet, l'argentin exilé consulte une homéopathe qui lui délivre une étrange pommade. Sa femme, en lui "goûtant" la nuque, découvre que cette pommade a un goût de wasabi, la célèbre moutarde verte japonaise. Et en plus, ce wasabi a des vertus aphrodisiaques....

Entre deux, le narrateur doit faire publier son roman qui vient d'être traduit en français. Il contacte donc Bouthemy, son éditeur , qui lui conseille de demander une peinture  à un autre écrivain/peintre pour illustrer la couverture de son roman.

Et à partir de là, tout se gâte ! Selon le narrateur, Bouthemy est un imposteur. Jaloux de l'autre écrivain, le narrateur va chercher à le tuer ...Mais l'écrivain/peintre semble insaisissable ! Et voila le jeune écrivain parti pour Paris qui se fait attaquer par des irlandais et qui sombre peu à peu dans la mendicité....Et l'excroissance de la nuque grossit de plus en plus...

Voici un échantillon de toutes les péripéties du roman ! On évolue de plus en plus vers un récit hallucinatoire où il est impossible de distinguer la réalité du rêve. Est-ce la pommade au goût de wasabi qui provoque le délire de l'écrivain? Nous ne le saurons jamais car ce n'est pas le but de l'auteur. Il nous fait voyager avec le plus grand plaisir au royaume de l'insolite.

Un petit récit bien réjouissant qui nous fait penser aussi bien aux récits de Borges qu'aux textes de Kafka.

Partager cet article

Repost0
26 novembre 2006 7 26 /11 /novembre /2006 14:23

URUGUAY - 1939 et 1954

Juan-Carlos Onetti - Le puit / Les adieux

Juan Carlos Onetti (1909-1994) est considéré par Gabriel Garcia Marquez et Mario Vargas Llosa comme le grand initiateur de la littérature sud-américaine moderne. Beaucoup moins connu que l'argentin Borges, il a pourtant contribué à renouveler profondément le récit romanesque (c'était un grand admirateur de William Faulkner).

En quoi cette littérature est-elle moderne? Ses récits ne sont pas linéaires , ils ne racontent souvent pas d'histoires : c'est l'âme du narrateur qui parle ; le lecteur descend au fond du "puit" des personnages qui sont souvent des êtres solitaires, rempli de désillusions au coeur d'un univers urbain. C'est le vécu, le ressenti qui l'intéresse et non les événements. C'est en cela qu'il est l'héritier d'un Joyce ou d'un Faulkner. On peut aussi évoquer La nausée de Sartre pour le dégoût de l'existence.

Son personnage type est un être solitaire au coeur de la jungle urbaine qui s'est exilé volontairement de la société car celle-ci ne provoque qu'insatisfaction et dépit. Seule la puissance du rêve et de l'imagination peut sauver l'homme ; on retrouve là l'un des grands thèmes des grands auteurs latinos (le réalisme magique de Garcia Marquez ou Mario Vargas Llosa).

Nous en avons un échantillon très significatif dans Le puit, le premier roman d'Onetti. Il s'agit d'un récit à la première personne d'un homme de 40 ans qui se met à écrire ses souvenirs et ses rêves alors que la fête bat son plein au dehors. Il s'en prend à l'intelligentsia bien pensante et matérialiste et aussi à l'amour.

" L'amour était sorti de nous, comme un enfant. Nous le nourrissions, mais il avait sa vie à lui. Il était mieux qu'elle, beaucoup mieux que moi. ...L'amour est merveilleux et absurde. et, étrangement, il visite toutes les classes d'êtres. Mais les gens absurdes et merveilleux n'abondent pas. et ceux qui le sont, c'est pour peu de temps, quand il sont tout jeunes. Puis ils commencent à accepter et à se perdre"

Pour lui, seuls comptent les rêves qu'il inscrit sur le papier ; mais il reste un poète incompris. Il ya a toute une poésie sur l'univers de la nuit qui, elle seule, peut libérer l'homme.

Voici une très belle phrase :

"J'aurais aimé clouer la nuit sur du papier, comme un grand papillon nocturne. mais, plutôt, c'est elle qui m'a soulevé de ses eaux, comme le corps livide d'un mort, et qui me pousse, inexorablement, au milieu du froid et de l'écume vaporeuse, au devant d'elle.

Voila la nuit. Je vais m'étendre sur le lit, le corps refroidi, mort de fatigue, espérant pouvoir m'endormir avant que n'arrive le matin, sans plus aucune force pour attendre le corps humide de la jeune fille dans la vieille cabane en rondins."


Les adieux, le deuxième récit, est très mystérieux. Onetti fait preuve d'un grand talent de conteur pour présenter au lecteur des personnages vaporeux soumis à la vindicte populaire. L'histoire qui se passe dans un village perdu de montagne, nous est racontée par un tenancier de bistrot dont le regard est constamment attiré par un homme solitaire atteint de tuberculose.

Bientôt, les habitants du village "jasent" sur les deux femmes qui viennent lui rendre visite à tour de rôle. Les cancans vont bon train. L'identité des deux femmes (épouse? maîtresse?) ne nous sera révélée qu'à la fin. Onetti met en lumière la médiocrité de la société qui s'acharne sur un homme dont elle ne sait rien. L'auteur nous entraîne avec brio dans un labyrinthe de personnages mystérieux.

Un auteur bien méconnu qu'il convient de redécouvrir...

 

Partager cet article

Repost0
26 novembre 2006 7 26 /11 /novembre /2006 11:14

 

100 000 visiteurs...

Mon blog vient d'atteindre aujourd'hui les 100 000 visiteurs. Je ne sais pas qui est le cent millième visiteur, mais je remercie en tous cas tous mes lecteurs fidèles. ...

Je tiens tout d'abord à m'excuser car je ne prends pas souvent le temps d'aller voir les blogs de mes plus fidèles visiteurs !

J'ai ouvert ce blog il y a bientôt 1 an et demi ; et je ne pensais pas que j'allais me prendre si bien au jeu ! Je voulais surtout tenir un "journal de bord" de mes lectures (moi qui n'est pas une adepte des listes !). Et puis les commentaires sont arrivés, j'y ai pris goût et j'ai eu vraiment envie de communiquer mes coups de coeur !

Pour vous laisser la parole, je vous propose aujourd'hui de me conseiller vos coups de coeur...

Prochainement, j'ouvrirai une nouvelle rubrique : coup de projecteur sur un auteur

Si vous avez des suggestions à me faire parvenir pour faire évoluer mon blog, n'hésitez pas à vous manifester....

Partager cet article

Repost0
23 novembre 2006 4 23 /11 /novembre /2006 22:21

ETATS-UNIS

Titre paru en 1950

De Steinbeck, je vous avais déjà présenté le magnifique Des souris et des hommes, l'un des livres qui m'a le plus bouleversé dans ma vie. Dans ce livre moins connu, on y retrouve tous les ingrédients qui font la splendeur Des souris... : importance du rêve américain, désillusion et profond humanisme de l'auteur.

Steinbeck nous présente cette courte histoire comme un conte moral transmis de générations en générations chez les pécheurs mexicains. Et nous voici plongés dans l'histoire d'un couple de pauvres pécheurs mexicains qui vont découvrir les affres de la richesse.

Afin de trouver l'argent pour soigner leur fils, le petit Coyotito, qui vient d'être piqué par un scorpion, Kino et Juana décident de prendre leur petite barque pour partir à la recherche d'une belle perle. Ils en trouvent une magnifique...Kino voit dans la perle le miroir d'une richesse future. Bientôt, les passions se déchaînent ; le couple devra lutter contre la cupidité et la jalousie des autres et aussi contre ses propres démons.

Cette allégorie nous est livrée dans un récit très poétique qui repose sur toute la symbolique de la perle. Cette dernière émet une musique particulière : la chanson de la famille lorsque Kino aperçoit dans la perle un futur meilleur (l'école pour son fils, le départ vers la ville...); la chanson maléfique lorsque la perle éveille le mal dans le village.

On retiendra également les magnifiques descriptions des paysages marins sous la plume de l'écrivain.

Dès le début, nous savons que la perle va causer le malheur du couple. Le destin est en marche mais la lutte du couple est très belle. Steinbeck décrit magnifiquement les changements psychologiques dans l'âme de Kino qui est prêt à se transformer en meurtrier pour garder la perle magique.

Ce roman est d'une simplicité admirable mais toute la symbolique décrite autour de la perle nous hypnotise ; elle est à tour de rôle eldorado et folie meurtrière.

Steinbeck est le symbole de l'écrivain humaniste qui a décrit au plus près les affres de l'âme humaine : jalousie, cupidité mais aussi puissance du rêve.

Un récit qui donne envie de lire toute l'oeuvre de ce grand romancier américain...Peut-être le plus grand...en tous cas, celui que je préfère !

Partager cet article

Repost0
21 novembre 2006 2 21 /11 /novembre /2006 22:06

Editions Gallimard, 1942

De Jean Meckert, je vous avais déjà fait découvrir deux titres : Je suis un monstre et Le boucher des hurlus. Fils d'un anarchiste, Meckert a créé une oeuvre magnifiant les petites gens; il a toujours mis en lumière la souffrance de la classe ouvrière ainsi que l'injustice de cette condition.

Les coups, son premier roman publié en 1942, a été notamment acclamé par Gide et Queneau. Il s'agit d'un beau roman écrit dans une langue populaire mêlant argot et expressions d'antan.

Le narrateur, Félix, un petit gars qui est manoeuvre dans un atelier de mécanique, nous raconte comment il en est venu à la violence conjugale. Le lecteur est donc dans la peau du mauvais rôle. Mais le but de Meckert n'est pas de dénoncer la violence et d'instaurer un monde manichéen entre bons et méchants. Il cherche surtout à comprendre pourquoi le jeune ouvrier en est arrivé là.

Il commence donc à décrire sa rencontre romantique avec la jeune Paulette, une collègue de travail. Puis il y a la rencontre avec la belle-famille qui veut se donner des airs de bourgeoisie. On veut sortir, aller à l'Opéra et bien s'habiller. Sauf que pour Félix, ça lui est égal d'imiter le bourgeois. Il déteste les faux semblants et les grands airs.

Et surtout, il y a cette difficulté à parler, à s'exprimer. Il ne sait pas dire de belles phrases pour expliquer s'il a aimé ou non un film. Il ne sait pas mettre des mots sur ses sentiments. Donc, lorsqu'il y a conflit, il tape. Les coups remplacent le langage.

Meckert décortique avec talent ce qui peut pousser à la violence. On ne peut qu'être ému par ce grand benêt qui ne comprend pas ce qui lui arrive. Derrière les coups, se cache un amour profond pour sa femme.

L'auteur en profite pour épingler l'hypocrisie de la bourgeoisie pour qui l'intelligence repose sur un certain nombre de goûts et de conventions. Le petit monde bien pensant n'hésite pas à se moquer de Félix qui ne sait pas comment expliquer pourquoi il n'aime pas l'opéra.

Un roman tout en délicatesse dont la singulalité du thème gagne à être soulignée.

Partager cet article

Repost0
17 novembre 2006 5 17 /11 /novembre /2006 19:28

NIGERIA

Editions Gaïa - en 1974

Buchi Emecheta est l'une des plus grandes auteurs africaines anglophones. Son oeuvre est désormais étudiée à l'Université. Cet écrivain a un parcours exceptionnel : elle a quitté son Nigeria natal pour Londres à l'âge de 22 ans ; avec son diplôme de bibliothécaire et mère de cinq enfants, elle réussit à prendre la plume et à publier ses premiers romans.

Citoyens de seconde zone désigne la condition de la femme africaine qui à la fois femme et immigrée est reléguée à un statut de domestique par l'homme.

Même si Buchi Emecheta refuse de parler d'autobiographie, on sait que ce roman est directement inspiré de sa propre expérience d'immigrée africaine. Le roman commence dans un village à côté de Lagos : une petite fille s'enfuit de chez elle pour entrer dans les murs de l'école...Avec sa force de persuasion, elle arrive à faire des études. Employée à la bibliothèque, Adah arrive à se constituer une dot conséquente qui attire un étudiant. Elle l'épouse ; il part à Londres faire des études avec la dot se sa femme. Elle doit rester sur place pour s'occuper des enfants. C'est sans compter sur la volonté d'Adah...

Elle part pour Londres, elle-même bien décidée à tenter sa chance. Malheureusement, elle y découvre la pauvreté à travers la dure condition des immigrés londoniens. Elle comprend également que son mari n'est qu'un incapable qui compte bien profiter du courage de sa femme pour nourrir la petite famille...

Ce roman est avant tout un récit d'initiation et d'émancipation d'une femme africaine : à Londres, Adah lutte contre sa condition de femme soumise; elle s'investit dans son métier, découvre la contraception et découvre la magie de l'écriture.

L'écriture est très simple et belle en même temps. Il y a également de beaux moments de poésie comme lorsque Adah découvre la nature qui renaît après l'hiver londonien. Elle comprend alors ce qu'est la beauté, ce qui la pousse à écrire....

Le roman livre aussi une réflexion sur l'indépendance des pays africains : Buchi Emecheta met en scène des étudiants nigérians qui partent pour Londres juste avant l'indépendance , espérant après décrocher une poste de direction dans le nouveau pays indépendant. Hélas, la plupart deviennent des immigrants pauvres...

Un roman dur mais en même temps plein d'espoir.

Partager cet article

Repost0
16 novembre 2006 4 16 /11 /novembre /2006 17:56

Cette année, les prix littéraires ont honoré la littérature africaine francophone :

Le Prix Renaudot a été décerné au congolais Alain Mabanckou pour Mémoires de porc-épic

Le Goncourt des Lycéens revient à la camerounaise Léonora Miano pour Contours du jour qui vient

On ne peut que se réjouir de cet intérêt soudain pour la littérature africaine francophone qui était déjà à l'honneur cette année au Salon du Livre. Cette littérature est largement méconnue et je vous invite à découvrir mes articles consacrés à cette littérature dans la catégorie Littérature africaine (si ce n'est pas déjà fait !!!)

C'est une littérature que j'adore, à la fois magique et terrible.

Et vous, quels sont les auteurs africains que vous avez lus?

Les deux auteurs nous proposent des textes très différents. Si Alain Mabanckou choisit souvent l'humour et la fable pour décrire son pays ( voir l'article sur African Psycho ), Léonora Miano  expose avec réalisme la violence du continent africain.

Dans ses deux romans, L'intérieur de la nuit (http://www.evene.fr/livres/livre/leonora-miano-l-interieur-de-la-nuit-15034.php) et Contours du jour qui vient,(http://www.evene.fr/livres/livre/leonora-miano-contours-du-jour-qui-vient-21011.php) , elle met en scène des enfants confrontés aux guerres civiles intestines. Elle met également au premier plan les traditions barbares comme le sacrifice d'enfants ou le cannibalisme.  

Livre - L’Intérieur de la nuit de Léonora Miano

La rédaction de L'intérieur de la nuit a été inspirée par un reportage sur les enfants de la guerre au Libéria, dans lequel un des interrogés racontait qu'une milice avait tué son frère et forcé la population à le manger.

Certains lui reprochent de véhiculer une vision trop noire, trop traditionnelle de l'Afrique enfermée dans ses traditions. Je vous recommence de lire à ce sujet l'interview très intéressant de l'auteur sur http://www.grioo.com/info6910.html.

Je suis en tous cas bien décidée à découvrir les deux ouvrages de Léonora Miano. Avez-vous lu ses livres?

Partager cet article

Repost0
12 novembre 2006 7 12 /11 /novembre /2006 18:14

MES COUPS DE COEUR DE LA RENTREE 2006

Les prix littéraires d'octobre-novembre viennent enfin d'être décernés : alors que des titres avaient été très bien critiqués dans la presse, ils sont été écartés des récompenses.

On a soit récompensé des auteurs confirmés ( c'est le cas du Prix Fémina avec Nancy Huston et Nuala O'Faolain), soit des premiers romans qui étaient en tête des ventes (Les bienveillantes de Jonathan Littell pour le Prix Goncourt) .

A noter que cette année, les prix récompensent presque à chaque fois des auteurs francophones : Nancy Huston (Le Canada), Alain Mabanckou (Congo), Jonathan Littell (Etats-Unis). Saluons donc le prix Renaudot qui a récompensé un auteur congolais, ce qui fera peut être davantage connaître la littérature africaine. Bien que Nancy Huston soit un très bon écrivain, elle n'avait peut être pas besoin d'un prix car elle a déja acquis une reconnaissance internationale.

Cela voudrait-il dire qu'il n'y a plus de bons écrivains dans l'hexagone?

Stéphane Audeguy pour Fils unique, Laurent Mauvignier avec Dans la foule ou Pierre Jourde avec L'heure et l'ombre méritaient eux aussi largement un prix. Ils sont peu connus du grand public mais ont su construire une oeuvre belle et exigeante.

Malgré ce qu'en disent certains, il y a encore de très bons écrivains en France !!!

Voici donc mes trois coups de coeur de la rentrée littéraire 2006 !!!

Ils allient une grande sensibilité, une belle écriture et aussi une originalité formelle et stylistique (le monologue pour Laurent Mauvignier, la fiction biographique pour Stéphane Audeguy et la référence à la littérature du XIXe siècle pour Pierre Jourde).

Dans la foule de Laurent Mauvignier (http://passiondeslivres.over-blog.com/article-3959511.html)

Fils unique de Stéphane Audeguy (http://passiondeslivres.over-blog.com/article-4070105.html)

L'heure et l'ombre de Pierre Jourde (http://passiondeslivres.over-blog.com/article-4500732.html)

Et vous : quels sont vos coups de coeur de la rentrée littéraire 2006 ?

 

Partager cet article

Repost0