Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Passion des livres
  • : Les coups de coeur de mes lectures. Venez découvrir des classiques, des romans français ou étrangers, du policier, du fantastique, de la bande dessinée et des mangas...et bien des choses encore !
  • Contact

Bienvenue sur mon Blog !




Internautes lecteurs, bonjour !

J'ai découvert l'univers des blogs très récemment. Je suis bibliothécaire et mon métier est donc de faire partager ma passion. Voici donc mes coups de coeurs et n'hésitez pas à me faire partager les vôtres !

Je vous parlerai surtout de littérature française et étrangère contemporaine sans oublier bien sûr mes classiques préférés...

Une rubrique est également réservée aux lectures pour adolescents ainsi qu'à la BD et aux mangas.

Bonne lecture !

 

 

Recherche

Archives

21 décembre 2011 3 21 /12 /décembre /2011 15:19

COMIC

  http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRhJ5ClgBBxrYFHwcMJCpqSI9WIurrZMtM-u4VBTzcTV0ZAa2DF

 

DCComics, 2003, réédition en 2011

  Voici pour les amateurs de comics un Superman revisité à la mode soviétique !

Connaissez-vous le genre de l'uchronie qui consiste à réinventer le passé, par exemple imaginer un passé où Hitler aurait été reçu à l'École des Beaux-Arts ?

 

Et bien, là, le scénariste imagine que Superman a atterri non aux Etats-Unis mais en Union Soviétique ...

 

Il devient le fils adoptif de Staline et lorsque ce dernier meurt, après avoir longuement hésité, il reprend les flambeaux du pouvoir ....

 

Imaginez un super-héros avec une super vue et une super ouïe qui voit tout et sauve tout le monde et assure le bien-être universel...Big Brother n'est pas loin, la servitude volontaire non plus.

Plus de libertés mais la sécurité....

 

Le grand mérite du scénariste est d'avoir recréé un société de super-héros où la liberté n'existe plus. Dans cette société idéale, tout le monde a perdu son sens critique.

 

Il réinvente une guerre froide où les Etats-Unis sont le seul pays à résister. Lex Luthor, l'ennemi de Superman, est le chantre scientifique de la résistance. Quant à Batman, il est le libertaire de l'ombre....

Sans oublier Lois Lane, qui est ici la femme de Lex Luthor.

 

Superman est l'incarnatin du "dictateur" malgré lui, adepte de la non-violence. Il a transformé, sans le vouloir, son peuple en un troupeau de moutons volontaires et serviles. Et lorsqu'il s'en rendra compte, il devra prendre une décision.

 

Une très belle réflexion sur le pouvoir et un réinterprétation très originale du mythe de Superman.


 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTP9nLpU_-UQvBq0MkzEN5_MEPa-s_4nKPp9LHj6MxCfUX6mHD_

Partager cet article

Repost0
21 décembre 2011 3 21 /12 /décembre /2011 14:43

BANDE DESSINEE

 

http://multimedia.fnac.com/multimedia/FR/images_produits/FR/Fnac.com/ZoomPE/3/2/8/9782754803823.jpg

 

Editions Futuropolis, 2011

 

Etienne Davodeau, le chante de la BD réaliste et humaniste (Les mauvaises gens ; Un homme est mort) signe ici sans doute le plus bel album de l'année 2011.

De l'humain, de l'humour, de l'originalité et du bon vin !

 

Géniale idée que de réunir un auteur de bande dessinée (l'auteur lui-même) et Richard Leroy, un vigneron adepte de la biodynamie sur un minuscule terroir angevin, celui du Chenin (Le Montbenault). Et attention, tout est vrai, ce vigneron et ce vin existent vraiment !


Deux amis qui ignorent les secrets de leur passion respective ; alors, les deux ignorants vont faire découvrir à l'autre les coulisses de leur métier.

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQVRGmPvqtaSOGcbP0RSA_HXKHcWCKMG2gvO6lhoiR3LVWyYVrm


Que peut réunir un auteur de bande dessinée et un vigneron ? L'amour du travail bien fait, l'apologie 

de l'artisanat, le bonheur de la rencontre, le respect et l'amour de l'autre. Du tonnelier à l'imprimeur, du petit éditeur au petit distributeur, il n'y a qu'un pas.

On découvre le secret de la biodynamie, ce curieux mélange de science et de croyances ancestrales qui se fait à base de décoctions et tisanes bien spéciales. La dureté mais la passion du travail bien fait.

 

Beaucoup d'humanisme et d'humour (il faut voir le vigneron visiter l'expo Moebius, ça vaut le détour ! n encore refuser un vin servi lors d'un salon....ou encore ne rien comprendre à Watchmen...)

Les bédéphiles seront servis : on rencontre Emmanuel Guibert, Gibrat et bien d'autres encore....

 

Et on découvre aussi les coulisses de la Bd Le photographe et aussi le secret de Richard Leroy....

 

La BD nous réserve des surprises jusqu'à la fin. De rencontres en rencontres, de discussions sans fin sur les liquoreux et les vins avec ou sans soufre, le lecteur est lui aussi moins ignorant qu'au début de l'album.

 

Un magnifique album à déguster comme un grand cru.

 


Partager cet article

Repost0
20 décembre 2011 2 20 /12 /décembre /2011 20:06

THEATRE DE L'ODEON

http://www.milkmagazine.net/wp-content/uploads/2011/09/cendrillon-300x425.jpg

 

Joel Pommerat est passé maître dans l'art de détourner les contes traditionnels de notre enfance. On lui doit entre autres Le chaperon rouge.

 

Cette année, Pommerat récidive en adaptant le célèbre conte de Perrault et de Grimm. Mais attention ! Pas question d'eau de rose à la Walt Disney, de baguette magique et de citrouille. Au diable les beaux princes et les rêves de jeunes filles !

 

C'est beaucoup plus noir que cela et en plus c'est drôle !

 

Pommerat prend prétexte d'un événement à peine esquissé dans la version de Perrault pour faire une magnifique histoire sur le refus du deuil et la peur de vivre.

Cendrillon, alias Sandra dans la pièce, vient de perdre sa mère. Avant de mourir, celle-ci lui aurait glissé dans l'oreille de penser à elle tout le temps car, comme ça, elle ne mourra pas.

La petite prend cette phrase au pied de la lettre et s'oblige à penser à sa mère tout le temps. Son père lui achète même une montre avec une sonnerie de réveil pour lui rappeler qu'elle doit penser à sa mère !

 

Résultat des courses : une jeune fille mal dans sa peau, limite masochiste, arrive chez sa belle-mère avec la ferme intention de souffrir volontairement. Du ménage, elle en redemande, elle le mérite, sa mère est morte, elle n'a pas le droit au bonheur !

 

Jusqu'au jour où une fée pas comme les autres (ex soixante huitarde fumant des joints !) débarque de dessous son lit. Elle n'arrive même pas à lui trouver une belle robe ! Fous rires garantis...

 

Et le prince lui aussi est très mal dans sa peau ! Mais chut, n'en disons pas plus.

Ce conte moderne est une magnifique histoire sur le deuil et l'apprentissage de la vie. Cendrier (!) refuse le bonheur parce que selon elle, elle le mérite.A la fin, elle sera heureuse, non pas par ce qu'elle aura une citrouille magique, mais bien parce qu'elle aura accepté de guérir.

 

Le prince, lui aussi, est un enfant mal dans sa peau et ensemble, il devront apprendre à aller mieux.

http://lestroiscoups.blog.lemonde.fr/files/2011/11/cendrillon-615_cc.jpg

 

Un conte très noir et en même temps drôlatique ! les répliques fusent, tout le monde en prend pour son grade ; il aura été question de chirurgie esthétique, de  star system....et de l'apprentissage universel de la vie.

 

Un petit chef d'oeuvre pour les enfants et surtout les plus grands !

Partager cet article

Repost0
21 novembre 2011 1 21 /11 /novembre /2011 18:46

IRLANDE

 

http://multimedia.fnac.com/multimedia/FR/images_produits/FR/Fnac.com/ZoomPE/9/5/9/9782848050959.jpg

Editions Sabine Wespieser, 2011

 

Une longue nouvelle de 100 pages écrite par une auteur irlandaise née en 1968. Une éloge de la pudeur et de la sobriété pour cette histoire simple racontée par les yeux d'une enfant qui tente de saisir la complexité du monde des adultes.

 

Nous ne sommes pas ici dans le registre du fait divers à sensations comme dans Room mais dans la vie quotidienne la plus "classique".

Le cadre : l'Irlande rurale intemporelle, l'auteur ne donne aucun repère temporel. La sécheresse, les vaches qu'ont trait, des grévistes qui sont tués, la lande, la mer, les champs...Voici pour les repères spatio-temporels.

 

Une petite fille parle, son père l'accompagne chez un couple de la famille de sa femme. Ce sont les Kinsella. On devine que la petite fille est l'aînée d'une grande fratrie, que son père est quasi absent, que sa mère est encore enceinte...

Alors, "l'expatriée", la mal aimée, va découvrir une chaumière douillette, des gestes attentionnés, le travail des champs et au fur et à mesure, un secret bien gardé...

 

Claire Keegan, avec une écriture sobre et classique, ne fait qu'effleurer et suggérer : un regard très subtil pour dire les petites et grandes choses de la vie, ce que l'on cache bien à l'intérieur de soi. Parfois, trois lumières peuvent dire bien plus de choses que des paroles...

 

Les adeptes des récits à rebondissemenbt n'y trouveront certes pas leur compte. Mais si vous aimez les petits récits tout simples qui disent de grandes choses, alors ouvrez vite ce trésor...

Point de paroles ...Laissons nous envoûter par l'ellipse, l'image, le non-dit, la sensation....

Partager cet article

Repost0
21 novembre 2011 1 21 /11 /novembre /2011 18:34

L'aventure Tandem jeunesse vient de se concrétiser !

Une très belle idée sur le Web : faire se rencontrer virtuellement des illustrateurs et des auteurs jeunesse.

Une illustration sur un thème et hop, l'auteur laisse son imagination galoper !

 

A l'origine, une aventure de pois....puis des chats à pois pointent leur bout du nez sous le crayon d' Amandine Alezard

 

Voici son site :

www.dinett-illustration.com

 

Puis j'invente Mistigris, un chat tout triste d'être gris. Un jour, il s'endort, un bouton rouge lui pousse sur la tête... ce bouton devient un ballon rouge qui l'emmène au pays des Chatonspois....

 

premiereplanche.jpg

 

chats

 

extrait03 recadre

 

 

Pour voir l'ensemble du projet, texte et images, rendez-vous sur Tandem : Fais pas la tête,Mistigris !

Partager cet article

Repost0
21 novembre 2011 1 21 /11 /novembre /2011 18:25

Merci à  Marlène Zarella pour avoir illustré une partie de mes contes du recueil "Dis pourquoi ?"

 

Voici son blog : ae-jin.blogspot.com

 

Et bien sûr les illustrations qu'elle a réalisées pour mon recueil de contes "Dis pourquoi" :

 

Dis pourquoi il y a des étoiles ?

 

etoiles1.jpg

 

etoiles2.jpg

 

etoiles3.jpg

 


Partager cet article

Repost0
21 novembre 2011 1 21 /11 /novembre /2011 18:04

Dis-pourquoi-vignette.jpg

 

Merci à Krikoui pour avoir illustré mon conte

Son blog : krikouiworld.blogspot.com

Son site : krikoui.ultra-book.com

"Dis pourquoi un éléphant a une trompe ?" :

- l'histoire d'un éléphant bien téméraire qui attrape les nuages avec ses grands bras...A l'époque, il n'avait pas encore de trompe...

 

Elephant---souffle.jpg

 

Elephant-triste.jpg

 

Riviere.jpg

Partager cet article

Repost0
21 novembre 2011 1 21 /11 /novembre /2011 17:43

 

Le Salon du livre de jeunesse de Montreuil va bientôt ouvrir ses portes début décembre...

 

L'occasion de rencontrer les éditeurs pour se faire connaître....

 

Il y a trois mois, je vous annonçais la naissance de mon site http://www.troispetitscontes.com

 

Ce site a donné lieu à de belles collaborations avec des illustrateurs.

 

Voila donc un article pour leur donner un petit coup de pouce et leur dire un grand merci !

 

1ere ....

 

Béatrice Hokorn pour Les jumeaux du silence

 

Découvrez ses illustrations sur son site : http://berenice-art.overblog.com

 

Texte

 

1.jpg

 

2

 

3.jpg

 

4.jpg

Partager cet article

Repost0
30 octobre 2011 7 30 /10 /octobre /2011 20:18

RECUEIL DE NOUVELLES

Prix de l'Académie Française 1982

 

http://multimedia.fnac.com/multimedia/FR/images_produits/FR/Fnac.com/ZoomPE/4/8/6/9782843045684.jpg

 

Editions Zulma, 2011

 

Le lauréat du Prix Médicis en 2008 pour Là où les titres sont chez eux avait publié à 28 ans ce premier ouvrage ; les éditions Zulma le réédite pour notre plus grand plaisir...

 

Moi qui n'avais pas encore lu cet auteur, quelle découverte ! Une langue virtuose mise au service d'un art du récit qui honore l'imagination. Toujours à l'orée du fantastique, du récit hallucinatoire, Jean-Marie Blas de Roblès nous promène dans différents pays à différentes époques dans les tréfonds de l'âme humaine.

 

On se croirait dans une nouvelle des plus grands écrivains du 19e ou 20e siècle ; on cite d'ailleurs l'influence de Huysmans ou de Borges.

 

On éprouve autant de plaisir à rentrer dans les boutiques obscures et surannées (antiquaires, taxidermistes) de la rue Racine ou de la rue Bonaparte qu'à se promener dans les falaises battues par le vent de Belle Ile, à converser avec Saint-Louis qu'avec un moine de Santorin.

 

Blas de Roblès nous évade dans un ailleurs, pas simplement géographique ou historique. En lisant ces nouvelles, on passe une porte, celle de l'imaginaire et de la grande littérature, on se sent autre et plus riche. On entre dans un univers enchanteur intemporel...

 

Jugez-en plutôt par quelques exemples :

 

Un homme recueille d'un savant chinois un sac de riz ; il se rend compte que sur les grains de riz sont gravés tous les textes sacrés perdus de la Chine.

Un vieux fonctionnaire célibataire collectionne les plus belles femmes peintes pour "partir en voyage" la nuit tombée. Un homme passionné par les animaux empaillés rentre dans la boutique d'un taxidermiste bien particulier. Un moine détestant les femmes voit les reliques des saintes qu'il collectionne s'animer et devenir une femme vivante.....

 

C'est du grand art.Un talent pour la description inégalé, tout en rythmant parfaitement l'action. La chute des histoires est souvent très noire...

Signalons la technique du récit emboîte ; les nouvelles font souvent la part belle aux histoires racontées dans l'histoire par une autre personne....

 

Un grand écrivain méconnu à découvrir de toute urgence.

 

Partager cet article

Repost0
30 octobre 2011 7 30 /10 /octobre /2011 18:44

ETATS-UNIS

 

http://multimedia.fnac.com/multimedia/FR/images_produits/FR/Fnac.com/ZoomPE/3/4/3/9782742799343.jpg

 

Actes Sud, 2011

 

Le dernier roman de Paul Auster est un chef d'oeuvre qui s'inspire de notre société ultra contemporaine, et plus précisément de la crise de subprimes de 2008.

L'histoire pourrait se résumer ainsi : commment retrouver le sentiment de l'humanité (les valeurs amicales, familiales...) dans une société ultramatérialiste ?

 

Allez faire un tour du côté de Sunset Park, ce quartier à la dérive de Brooklyn. Vous y retrouverez l'ambiance de Brooklyn Follies, ce sens de la communauté à toute épreuve, avec la gravité en plus.

 

Les premières pages sont magnifiques ; Miles est employé par un entreprise spécialisée dans l'enlèvement de rebuts. Les familles qui ne pouvaient plus payer leurs maisons lors de la crise des subprimes ont dû quitter les lieux précipitamment, elles appartiennent désormais aux banques. alors il faut nettoyer les "déchets" abandonnés. Mais lui, Miles, poète dans l'âme, prend des photos de ces rebuts pour les immortaliser, continuer à faire vivre ces vies brisées...

 

En réalité, Miles est fils d'un éditeur réputé et d'une actrice de théâtre. Sa vie a basculé le jour où il s'est rendu responsable de la mort accidentelle de son demi-frère. Depuis, rongé par la culpabilité, il a coupé les ponts avec sa famille.

 

Mais obligé de quitter Miami suite à des problèmes avec la famille de sa (trop) jeune petite amie, il est invité à New-York par son copain de toujours, Big Nathan, qui l'a suivi pendant ses sept années d'errance.

A la tête de la géniale boutique L'hôpital des objets cassés (réparer les vieux objets tels stylos à encre, montres à gousset, machines à écrire, jouets à ressort, postes de radio), il l'invite à rejoindre un squat dans le quartier de Sunset Park en compagnie de deux autrres âmes en peine : une écrivain thésarde qui planche sur le film Les plus belles années de notre vie et une peintre amateur agent immobilier. Ensemble, ces vies à la dérive vont réapprendre à vivre. Et Miles va tenter de renouer avec ses parents.....

 

Paul Auster, le funambule, consacre ses chapitres à chacun de ses personnages. Ces derniers, emprisonnés au début dans leur intériorité, vont peu à peu s'ouvrir à l'autre dans cette vieille baraque qu'ils squattent.

Mais le hasard et la roue du destin jouent parfois des tours ....Ce dernier opus n'a rien à voir avec la légèreté et l'humour de Brooklyn Folies. Même si les valeurs de la communauté y sont exaltées avec brio, la fin laisse bien des interrogations....

 

Un très beau roman.


Partager cet article

Repost0