Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Passion des livres
  • : Les coups de coeur de mes lectures. Venez découvrir des classiques, des romans français ou étrangers, du policier, du fantastique, de la bande dessinée et des mangas...et bien des choses encore !
  • Contact

Bienvenue sur mon Blog !




Internautes lecteurs, bonjour !

J'ai découvert l'univers des blogs très récemment. Je suis bibliothécaire et mon métier est donc de faire partager ma passion. Voici donc mes coups de coeurs et n'hésitez pas à me faire partager les vôtres !

Je vous parlerai surtout de littérature française et étrangère contemporaine sans oublier bien sûr mes classiques préférés...

Une rubrique est également réservée aux lectures pour adolescents ainsi qu'à la BD et aux mangas.

Bonne lecture !

 

 

Recherche

10 juillet 2005 7 10 /07 /juillet /2005 00:00

Chili

 

Edition Christian Bourgois, 2005

Roberto Bolano est l'un des écrivains chiliens les plus doués de sa génération avec Luis Sepulveda.  Quittant son pays en 1974 avec l'arrivée au pouvoir de Pinochet, il a parcouru le monde (Mexique, Italie, France) avant de s'installer définitivement à Barcelone. Sa mort en 2003 a été l'occasion de le faire connaître en France notamment grâce à Christian Bourgois.

La piste de glace se présente sous la forme d'un roman policier mais l'auteur en contourne toutes les règles: nous savons dès les premières pages qu'un meurtre a été commis mais nous ne saurons qu'à la fin les noms de la victime et du tueur !

Bolano construit son roman de roman de manière polyphonique en faisant alterner trois voix :

-un écrivain chilien émigré sur la Costa Brava ( double de l'auteur) qui s'est reconverti en vendeur de bijoux et propriétaire d'un hôtel-camping

-Un poète mexicain éxilé sans papier embauché par son ami (l'écrivain chilien)comme veilleur de nuit dans le camping

-Un politicien véreux qui tombe amoureux de la belle patineuse Noria et lui fait construite illégalement une patinoire dans une magnifique villa désafectée...(en détournant des fonds publics...)

Les destins de ces trois personnages vont finir par se croiser... Des personnages secondaires comme la chanteuse au couteau et une vieille tsigane vont venir compléter cette savoureuse galerie de portraits.

Ce faux roman policier est construit à la manière d'un labyrinthe: le lecteur découvre peu à peu les liens qui unissent les différents personnages. Bolano dresse le portrait d'une Costa Brava corrompue ou les politiciens sont racistes et démagogues. Mais si l'amour apportait la rédemption...

L'auteur nous tient en haleine jusqu'à la fin en nous surprenant: la victime et le meurtrier ne sont pas ceux que l'on croyait...

Un roman à découvrir à la fois pour sa construction originale et pour son intrigue palpitante et ses personnages attachants...

Repost 0
10 juillet 2005 7 10 /07 /juillet /2005 00:00

Editions Verticales, 2000

Voici l'un des romans les plus originaux que j'ai lu depuis des années !

Le narrateur est un suicidaire qui ne sait pas comment s'y prendre pour mettre fin à ses jours: le revolver, la pendaison, la défenestration, tout y est passé !

Jusqu'au jour où il a eu une idée géniale: celle d'inviter chez lui plusieurs veuves meurtrières qui ont tué leur mari. Chacune a son caractère: l'ingénu, la grincheuse...Elle vont peu à peu mutiler le corps de leur fiancé; lui retirer d'abord un doigt de pied puis un membre. A la fin, il aura complètement disparu !

Ce roman vaut d'abord pour son intrigue rocambolesque d'un humour ravageur. Pierre Senges fait preuve d'une érudition à toute épreuve tant du point de vue anatomique (à la fin du livre, vous saurez tout sur les os et les menbres) que d'un point de vue historique et philosophique. Senges emploie un langage très précieux mais qui reste facile à lire.

N'ayez pas peur du morbide ! Vous allez vous régaler !

Repost 0
10 juillet 2005 7 10 /07 /juillet /2005 00:00

Prix Goncourt des Lycéens  et Grand prix des lecteurs Elle 2005

Ce roman est l'un des grands succès de l'année littéraire 2005. C'est un roman très délicat ur les secrets familiaux inavouables mais qui finissent toutefois par être découverts...

Le narrateur est un jeune adulte qui écrit quelques années après les révélations familiales qui ont bouleversé son enfance. Depuis son plus jeune âge, l'enfant a éprouvé un manque; il s'est alors inventé un frère idéal.

Il va bientôt découvrir que ce n'est pas un hasard si son inconscient lui a fabriqué ce frère...

Même si le lecteur peut trouver l'histoire familiale un peu abracadabrante, Grimbert a le mérite d'écrire avec beaucoup de pudeur une intrigue mélodramatique. Il a eu aussi l'intelligence de mêler la petite histoire avec la grande en nous parlant des camps de concentration.

L'histoire se rélève peu à peu même s'il ménage peu de suspens. Mais nous nous identifions sans problème à cette histoire autobiographique très touchante.

Repost 0
10 juillet 2005 7 10 /07 /juillet /2005 00:00

Prix Femina 1995

La sortie cette semaine du film La moustache est l'occasion pour nous de redécouvrir un autre roman d'Emmanuel Carrère adapté en 2000 par Claude Miller: La classe de neige.

Le titre nous fait penser à un roman d'évasion et à la joie des enfants. Mais Emmanuel Carrère a choisit un titre trompeur pour nous conter une histoire terrible sur le monde de l'enfance.

Nicolas est un enfant solitaire qui appréhende le fait de partir avec sa classe. Ses craintes sont accentuées par le fait que son père choisit de l'emmener lui-même en voiture car il craint l'accident de car. Une fois arrivé sur place, l'enfant se rend compte qu'il a oublié son sac de voyage dans le coffre de la voiture. Les moniteurs tentent en vain de le joindre.Il semble avoir disparu...

Au cours du séjour, Nicolas est en proie à d'étranges cauchemars et pressentiments: des enfants enlevés et dépecés, la mort de son père etc... et semble souffrir de somnanbulisme. Tout laisse à croire qu'un drame va se produire...

Emmanuel Carrère installe progressivement la peur dans l'esprit de son personnage et du lecteur.Il entre dans l'esprit de l'enfant qui d'une part subit la pression du groupe (il fait pipi au lit...) et celle de ses lubies (il a l'habitude de lire des histoires fantastiques de meurtres ce qui a des influences sur ses rêves). L'histoire plonge peu à peu dans l'horreur mais Carrère ne fait que l'effleurer; c'est d'abord l'intériorité de Nicolas qui l'intéresse.

La classe de neige est un roman terrifiant sur l'enfance; le destin de Nicolas poursuivra le lecteur longtemps après la dernière page refermée....

Repost 0
8 juillet 2005 5 08 /07 /juillet /2005 00:00

Afrique du Sud

DAPPER Editions, 1999

C'est l'un des romans les plus beaux et les plus émouvants que j'ai lu cette année ! Quelle découverte ! Roman d'amour, roman social  et roman historique au coeur de l'apartheid.

Toloki est un sans-abri qui possède pour toute richesse un chariot de supermarché sur les quais de Johannesburg. C'est un pleureur professionnel: à chaque enterrement, il entame quelques plaintes pour quelques aumônes. Il fait cela par vocation de façon sincère: il a toujours eu un visage empli de tristresse...Une belle occasion pour l'écrivain de nous faire découvrir les coutumes funéraires des africains....

Il faut dire qu'il y a énormément de morts dans la grande ville où l'apartheid fait rage. Les noirs sont relégués dans les bidonvilles des ZAUN, zones d'urbanisation pour les noirs. La révolte a commencé mais le mouvement pour l'indépendance n'est pas uni: un chef traditionnel veut prendre le pouvoir et se livre à des massacres ethniques sans merci. Les premiers visés sont les migrants de l'exode rural pour qui la ville semble être un eldorado...

Toloki n'a donc pas de quoi chômé. Un jour, , il retrouve Noria qui enterre son fils de cinq ans, assassiné par des bandes rivales. Noria qu'il a connue enfant dans leur village d'origine. Il va réapprendre à vivre à cette femme meurtrie. Le récit fait alterner le présent et le passé lorsque Noria était encore la peinbêche du village et qu'elle donnait du plaisir aux hommes.. Mais aujourd'hui, Noria a bien changé.

L'auteur greffe une histoire d'amitié et d'amour au coeur de la jungle urbaine. Toloki incarne la compassion et l'empathie dans une Afrique violentée. L'auteur analyse avec brio les luttes au coeur du mouvement d'indépendance (faits largement méconnus).

A ce réalisme tragique, il mêle des éléments fantastiques ( Noria est enceine pendant quinze mois. De par son chant, elle fait naître l'esprit créateur de Toloki. Les morts viennent visiter les vivants dans leurs rêves...).

La relation entre Toloki et Noria est emplie de poésie: le jeune homme colle dan le bidonville des magazines montrant de belles maisons; chaque soir, il fait visiter à Noria le jardin, la cuisine....

Zakes Mda nous livre un vrai chef d'oeuvre:: en parlant de la mort du début à la fin, il réussit à écrire un roman empli d’espoir et de magie. Les dernières pages sont exquises !

Repost 0
8 juillet 2005 5 08 /07 /juillet /2005 00:00

Voici une littérature encotre très méconnue du grand public. Quelques grands noms comme Ahmadou Khourouma (Côte d'Ivoire), Ousmane Sembene (Sénégal émigré en France) ou Mongo Beti (Cameroun) sont internationalement connus.

Mais aujourd'hui, beucoup de romans africains sont publiés. A signaler le formidable travail des éditeurs comme Présence Africaine, Dapper Editions ou Serpent à plumes qui nous font découvrir aujourd'hui de nouveaux talents.

Je vous propose de découvrir trois gands classiques ainsi que des oeuvres moins connues mais tout aussi passionnantes.

Xala de Ousmane Sembene (Sénégal)

Voici un roman très cocasse qui dénonce la puissance des nantis africains ! Ousmane Sembene, écrivain sénégalais émigré en France depuis de nombreuses années, est également un cinéaste internationalement reconnu (voir le récent Mooladé qui dénonce la pratique de l’excision). C’est un auteur engagé qui dénonce les aberrations de la société africaine.

 

Xala est d’abord un roman burlesque : Xala désigne l’impuissance sexuelle ! Un élu local qui fête son troisième mariage se voit incapable d’honorer sa jeune épouse. Pour lui, c’est un sort qui a été jeté par ses deux premières femmes. Il va donc essayer de tout faire pour les faire avouer en consultant de multiples marabouts et sorcières qui lui conseillent des remèdes bien comiques. Et si cette impuissance était le fait d’une malédiction due aux malversations du puissant monsieur ?

 

Sur un ton comique, Ousmane Sembene dénonce les rapports sociaux qui minent l’Afrique : des nantis issus de la classe politique s’enrichissent sur le dos des plus pauvres. Mais cette malhonnêteté pourrait bien se retourner contre eux.

 

A découvrir absolument !

La grève des battù de Aminata Saw Fall, Serpent à plumes (Sénégal)

 

Dans la même veine que Xala d’Ousmane Sembene, voici un roman très drôle empli d’originalité sur les rapports sociaux en Afrique.

 

Pour remporter les prochaines élections, un homme a décidé d’expulser tous les mendiants de la ville… Mais cette décision va se retourner contre lui : lorsqu’il consulte les marabouts pour trouver les bons remèdes facilitant son élection, les sorciers de la ville lui conseillent de donner l’aumône à des mendiants ! Il va donc les faire revenir en ville... Mais étant au courant de son programme politique, les mendiants décident de se mettre en grève…

Toute la société s’en trouve alors bouleversée…

 

L'auteur sénégalaise nous livre avec humour la nature des rapports sociaux africains: riches et pauvres semblent interdépendants...

 

Une vive dénonciation des politiques sécuritaires mises en place par les puissants....

Allah n'est pas obligé de Ahmadou Kourouma (Côte d'Ivoire)

 

Ce livre a remporté le Goncourt des Lycéens en 2000. Le grand écrivain ivoirien nous livre le portrait d'un jeune adolescent qui pour survivre devient soldat. A l'aide de son petit dictionnaire Robert et d'un crayon, il nous livre chaque jour un récit de sa vie au coeur de la guerre civile au Libéria.

Pour rendre son récit le plus vraisemblable possible, Kourouma a choisi de faire parler l'enfant-soldat à la première personne: il emploi un langage mélangeant le patois et le français.

Ce livre empli de sincérité dénonce les guerres civiles  et la condition des enfants africains.

 

Mission terminée, Mongo Beti (Cameroun)

Ce roman confronte deux visions de Afrique: celle de la campagne et celle de la ville: un adolescent poussé par son père à faire des études vient de rater son bac. Il revient donc tout penaud au village en ayant craignant les réprimandes du père.

Un événement impromptu va finalement éviter la confrontation entre le père et le fils: la jeune femme de l'oncle a fugé avec un beau jeune homme. C'est au jeune étudiant que revient la charge de ramener la fugueuse au bercail...

Au cours de ses pérégrinations à la campagne, l'étudiant de la ville va découvrir la vraie vie: il va progressivement se rendre compte que son savoir acquis n'est qu'abstraction vaine. Dans le village, il va faire un nouvel apprentissage, celui de la vraie vie: il va ainsi découvrir l'érotisme et l'amitié.

Mongo Beti dénonce l'idée d'ascension sociale qui fait perdre l'authenticité des jeunes africains; des parents s'acharnent sur leurs enfants sans tenir compte de leur personnalité....L'exode rural n'est pas forcément la solution...

On pourrait qualifier ce roman de rétrograde: l'écrivain pourrait en effet prôner un retour aux valeurs ancestrales. Mais le message du roman est beaucoup plus subtil qu'il n'en a l'air. Mongo Beti dénonce d'abord l'enseignement tel qu'il a été créé par le système colonial. Lorsque le jeune garçon expose son savoir à la communauté des vieillards du village, il ne parvient pas à transmettre son savoir et à expliquer des mots vides de sens pour les paysans.

Un beau roman d'apprentissage dénonçant les méfaits du système scolaire coupé de la réalité...

Repost 0
6 juillet 2005 3 06 /07 /juillet /2005 00:00

Editions Mnemos, 2000: Tome I: Le Lion de Macédoine

Tome 2: Le prince noir

Tome 3: L'esprit du chaos

Cette trilogie mêle savamment histoire de la Grèce antique et héroïc-fantasy. Les amateurs de romans historiques y trouveront donc aussi leur compte!

Le premier tome débute au temps de l'hégémonie de Sparte: un jeune métèque (les étrangers dans une ville grecque), Parménion défit tous les spartiates de souche aux épreuves sportives. Mais son origine étrangère lui empêche toute élévation dans l'échelle sociale...Un jour, sa fiencée est tuée par un spartiate. L'heure de la vengeance a sonné... Parménion, jeune général, passe du côté de l'ennemi et part en Macédoine où l'attend le célèbre Philippe de Macédoine.

C'est à partir ce ce moment que commence le roman d'héroïc-fantasy: le Prince Philippe semble être sous l'emprise de l'esprit du mal, le Dieu Noir . Pour combattre l'esprit du mal, Parménion va devoir entrer dans le monde supra-naturel.

Après avoir vaincu l'armée spartiate, Parménion aura une autre mission: celui d'élever le jeune prince, Alexandre de Macédoine et de l'aider à vaincre le Dieu Noir. Nous assistons alors à des batailles surnaturelles mettant en scène Parménion, Xénophon, Alexandre et des créatures fantastiques. ..

Le grand mérite de Gemmel est d'avoir mêler la fantasy à une description minutieuse de la société grecque du IVe siècle avant Jésus-Christ. Sparte, Thèbes, Athènes sont décrites avec réalisme ainsi que le contexte socio-politique de l'époque: exclusion des métèques, description de l'apprentissage spartiate avec l'éphébie, rivalité et guerres entre les différentes cités ainsi que la mort des cités avec l'avênement de l'empire macédonien...

La fantasy s'installe peu à peu; un bon moyen de découvrir l'Héroïc-fantasy sans être pour autant déconcerté!

 

Repost 0
6 juillet 2005 3 06 /07 /juillet /2005 00:00

 

Editions Serpent à plumes, 2003

Voici un autre exemple du talent de Fabrice Colin. Dans cet ouvrage, l'auteur ne nous emmême plus vers le futur mais à Paris au moment de l'Exposition universelle de 1889, l'année où la Tour Eiffel a été construite.

Fabrice Colin est à l'un des représentants d'un nouveau genre fantastique:le STEAMPUNK qui consiste à créer un monde mélangeant le passé et le futur. ainsi, en 1889, Paris regorge d'engins volants et d'automates vivants dignes de l'oeuvre de George Lucas ! Il puise son inspiration dans les romans de Jules Verne mais ses romans se déroulent dans le passé.

Dans Confessions d'un automate mangeur d'opium, le fantastique se mêle à une intrigue policière. Une jeune comédienne, Marguerite Saunders, enquête sur la mort de sa meilleur amie, tombée d'une montgolfière sur le toit du Palais Garnier. Cette mort inexpliquée ne semble pas accidentelle...

La jeune femme va être aidée dans son enquête par son frère Théo, médecin dans un asile d'aliénés. Il vont alors suivre les pas d'un savant fou qui semble être à l'origine de la création d'automates ayant des réactions d'humains...

A l'intrigue policière se superpose une réflexion sur les méfaits de la science quant à l'usage de produits dangereux. Ainsi, l'opium et l'éther semblent faire un mélange détonnant....

Enfin, une histoire d'amour rocambolesque  se greffe à tous ces ingrédients. Sans oublier l'épisode de la guerre des Boers qui a conduit à la folie plus d'un soldat...

La narration polyphonique faît alterner les voix de Marguerite Saunders et de l'automate mystérieux.

Un magnifique roman mélangeant les genres et les influences. Fabrice Colin et Mathieu Gaborit savent mettre la science fiction à la porté des non aficionados...

 

Repost 0
6 juillet 2005 3 06 /07 /juillet /2005 00:00

Editions Mango jeunesse, collction "autres mondes", 2003

Fabrice colin, né en en 1972, est l'un des écrivains français de science-fiction et d'héroïc-fantasy les plus prometteurs; il a déja une quinzaine de nouvelles et onze romans à son actif.

Voici l'un de ses romans de science-fiction.

Dans ce récit écrit pour la jeunesse, quatre orpelins, deux filles et deux garçons, vivent depuis leur plus jeune âge dans un cratère martien entouré d'une forêt infestée d'ogres. Leur mère d'adoption, Mademoiselle Grace, leur a interdit de sortir de leur bunker afin de les protéger du monde extérieur. Les enfants sont donc confinés depuis toujours dans leur paradis artificiel. Mais depuis quelques mois, ils ont envie de découvrir le monde extérieur...

Le lecteur se pose alors de multiples questions. Pourquoi Mademoiselle Grace les empêche-t-elle de sortir et de découvrie le monde extérieur? Qu'est devenu la terre?

Les quatre enfants semblent avoir de vagues souvenirs de leur enfance qui se ressemblent étrangement.. Va alors se poser la question de leur origine...

Commence alors une belle réflexion sur la notion de paradis: peut-on vivre éternellement dans un paradis artificiel sans être tenté par la connaissance de la vérité et par l'affrontement au danger?

Les quatre enfants téméraires ne reculeront devant rien pour connaître leur véritable origine. Le récit mêle de façon originale une réflexion sur les manipulatons génétiques et la bioéthique à une mythologie inspirée du christianisme (la notion de paradis) et à des légendes incas. Le titre fait référence à un savant fou inca.. Mais n'en disons pas plus !

Ce livre peut être aussi bien lu par les enfants que par les adultes. Les amateurs du Meilleur des mondes d'Huxley y retrouveront quelques similitudes...

Repost 0
6 juillet 2005 3 06 /07 /juillet /2005 00:00

André Dhôtel (1900-1911)

André Dhôtel est né dans un village des Ardennes. Il a mené parallèlement une carrière d'enseignant et une carrière d'écrivains en publiant environ soixante dix ouvrages.

André Dhôtel a été redécouvert l'année dernière par la nouvelle publication de deux de ses oeuvres. Les jeunes générations ne le connaissent pas mais son oeuvre a été pourtant cournnée de nombreux prix: Prix Fémina pour Le pays où l'on arrive jamais en 1955 , Grand Prix de Littérature Jeunesse et Prix de l'Académie Française. Il a publié de nombreux contes, nouvelles et romans dont une partie pour la jeunesse.

Son oeuvre a longtemps été associée à la littérature jeunesse ou au régionalisme. Depuis peu, des sites Internet, des associations font redécouvrir la richesse de cet auteur méconnu. Son oeuvre est publiée aux éditions Gallimard et Phébus.

Dhôtel met souvent en scène des personnages assez marginaux qui vivent dans leur propre monde. Certains romans tirent vers le fantastique: thématique du rêve, de l'apparition...

En voici un exemple....

L'azur, Gallimard Folio

Emilien Dombe est engagé comme chef de culture dans une petit hameau ardennais, Rieux. Les terres agricoles semblent être laissées à l'abandon. Si les habitants semblent être atteints d'une douce langueur et peu enclains au travail, c'est parce qu'une légende plane sur le village: une jeune femme fantômatique rôderait dans les parages depuis des décennies. Lorsqu'elle fait son apparition devant quelqu'un, la vie de ce dernier s'en trouve chamboulée...

Emilien Dombe, incarnant la rationalité, est d'abord sceptique. Il est venu à Rieux en tant que paysan scientifique chargé de rendre les terres arables; il doit lutter à la fois contre les friches et les superstitions.  Mais le scientifique se laissera peu à peu envoûter par la magie des lieux...

Lorsque nous ouvrons un livre d'André Dhôtel, on peut se dire qu'il ne s'y passe pas grand-chose. Mais, finalement, le lecteur est envoûté comme le héros par une étrange atmosphère.

Les amateurs de romans du terroir y trouveront largement leur compte: description de villages isolés, recours à de vieilles légendes...

Cet oeuvre oscille entre lyrisme et fantastique, littérature du terroir et conte merveilleux. Un bon point de départ pour découvrir l'oeuvre de cet écrivain méconnu.

Repost 0