Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Passion des livres
  • : Les coups de coeur de mes lectures. Venez découvrir des classiques, des romans français ou étrangers, du policier, du fantastique, de la bande dessinée et des mangas...et bien des choses encore !
  • Contact

Bienvenue sur mon Blog !




Internautes lecteurs, bonjour !

J'ai découvert l'univers des blogs très récemment. Je suis bibliothécaire et mon métier est donc de faire partager ma passion. Voici donc mes coups de coeurs et n'hésitez pas à me faire partager les vôtres !

Je vous parlerai surtout de littérature française et étrangère contemporaine sans oublier bien sûr mes classiques préférés...

Une rubrique est également réservée aux lectures pour adolescents ainsi qu'à la BD et aux mangas.

Bonne lecture !

 

 

Recherche

12 août 2005 5 12 /08 /août /2005 00:00

SUEDE

 Voici le premier roman du célèbre auteur de polars suédois. C'est le seul que j'ai lu (il faut dire que je ne suis pas trop amatrice de romans policiers, vous avez vu la pauvreté de ma rubrique !)  et il faut dire que je n'ai pas été déçue.

Voici l'intrigue: un couple de personnes agées est sauvagement agressé dans leur ferme. Avant de mourir, la vieille dame a le temps de prononcer le mot "étranger". Les policiers orientent donc leurs recherches sur la communauté étrangère du petit village suédois. Ces soupçons vont alors déclencher une vague de racisme sans précédent....

Le talent de Mankell repose sur le mélange du polar à la description politique et sociale de son pays. La Suède, pays réputé pour son modèle social-démocrate stable , nous livre les failles de son système. Même si l'intrigue ne brille pas par les rebondissements, Mankell a le mérite d'insister sur les problèmes contemporains tels que l'immigration clandestine et le racisme.

 
Repost 0
Published by Sylvie - dans Romans policiers
commenter cet article
11 août 2005 4 11 /08 /août /2005 00:00

ETATS-UNIS

Date de parution: 1946

Carson Mc Cullers (1917-1967) est la plus grande écrivain sudiste de la première moitié du XXe siècle avec William Faulkner. Elle met en scène des personnages attachants, marqués par la solitude. Ils sont en quête d'un ailleurs mais cette poursuite se révèle souvent bien vaine.

Frankie Addams est un livre magnifique sur le passage difficile de l'enfance à l'âge adulte. A la fin de la Seconde guerre Mondiale, Frankie est une fillette de douze ans qui a grandi trop vite: elle mesure déja  1,64 m et est exclue par ses anciens amis.Souffrant d'un mal-être mystérieux,  elle rêve de quitter la petite ville sudiste dans laquelle elle se sent enfermée et de voyager à travers le monde.

Le récit raconte deux jours de la vie de Frankie , deux jours qui pourraient bien changer sa vie. Car son frère ainé va se marier demain et Frankie rêve de partir avec le couple pour parcourir le monde. L'essentiel du roman a pour cadre la cuisine d'une vieille maison sudiste: Frank livre à Bérénice, sa gouvernante noire, son désir de fuite et aussi sa conception du monde: pour elle, chacun devrait pouvoir changer d'identité, de nom à sa guise. Il s'agit donc de voyages à travers le monde mais aussi de voyages intérieurs: car, pour Mc Cullers, nous sommes d'abord prisonniers de nous-mêmes: identité définie, métier, ancrage dans un endroit précis. Bérénice expose sa condition de femme noire dans un pays inégalitaire. Il reste les rêves de chacun pour s'évader....

Le récit est construit autour des pensées intérieures, de la révolte de Frankie et des dialogues entre les personnages. Le mariage, événement qui pourrait changer la vie de Frankie occupe finalemement peu e place dans le roman.

Le charme de l'oeuvre repose sur les personnages attachants auxquels le lecteur s'identifie ( Bérénice et ses cinq maris et surtout Frankie , fillette de douze ans, mais à la maturité troublante) et également sur l'atmosphère sudiste du roman: présence de la musique jazz, des bars où se réunissent les soldats, présence attachante de la communauté noire (comme Big Mamma, la voyante qui tire les cartes à Frankie). Plus qu'une réflexion sur l'enfance, ce roman est une méditation sur le rapport à l'autre, le besoin de passer autre sa solitude pour se trouver un alter ego: comme le dit Frankie, son frère et sa belle-soeur sont "le nous à moi". De même, elle n'envisage pas de fuir sans personne. On retrouve le thème du chef d'oeuvre de Mc Cullers, Le coeur est un chasseur solitaire....

 
Repost 0
9 août 2005 2 09 /08 /août /2005 00:00

CUBA

Alejo Carpentier(1904-1980), l'un des grands pontes de la littérature sud-américaine (et caribéenne),est le plus grand écrivain cubain de ce siècle.  Il est l'inventeur du réalisme magique avec Gabriel Garcia Marquez. Mais dans ce roman historique, nulle présence du fantastique. Plutôt une épopée dans les îles caraïbes.

Le siècle des lumières nous conte l'histoire des îles caraïbes (Guadeloupe, Martinique, Cuba, Guyane....) du début de la Révolution Française jusqu'aux guerres napoléoniennes. Les Français révolutionnaires, engagés dans la guerre de course avec les Anglais qui veulent récupérer les îles, abolissent l'esclavage en partie pour se concilier leurs colonies. Voici donc les idéaux de 1789 confrontés au plus pur des pragmatismes....La Révolution marque donc l'émancipation des îles caraïbes mais celle-ci est de courte durée. L'esclavage sera rétabli et le bagne de Cayenne sera créé....

Alejo Carpentier nous fait connaître ces événements peu connus de la Révolution Française à travers le destin de trois personnages idéalistes mais très tôt confrontés aux désillusions: Victor Hughes, le personnage historique central, était le Commissaire de la République chargé de bouter les anglais hors de la Guadeloupe: il organisa la révolte des esclaves en 1774 et abolit l'esclavage sur ordre de la Convention. Il changera ensuite de cap en devenant gouverneur de Cayenne...

Autour de cette figure historique énigmatique, gravitent deux jeunes adolescents cubains, un frère et une soeur, qui quittent la Havane coloniale pour défendre les idéaux révolutionnaires.

De l'espoir à la déception, Carpentier nous donne une image captivante de l'application des idéaux de 1789. C'est également un portrait d'une génération idéaliste au début puis peu à peu déçue par la tournure des événements.

Un livre fondamental pour comprendre le "mécanisme" de la Révolution, écrit dans une langue colorée magnifique, évoquant le climat et les épices des îles....

 

Repost 0
9 août 2005 2 09 /08 /août /2005 00:00

MEXIQUE

Voici l'un des grands chefs d'oeuvre de la littérature sud-américaine écrit par le grand écrivain mexicain Carlos Fuentes. Il s'agit d'une immense fresque historique (et fantastique) retraçant les bouleversements qu'a connu l'Espagne au XVe siècle avec la découverte de l'Amérique.

Sur près de 1000 pages , il met en scène le déclin de l'Espagne (l'inquisition, l'expulsion des maures et des juifs) mais situe le début et la fin du roman à Paris dans une atmosphère apocalyptique: toutes les femmes, jeunes ou vieilles, sont en train d'accoucher; on attend l'élu qui pourra créér un nouveau monde, symbole du multiple, de la diversité et de la tolérance; on le reconnaîtra à sa croix rouge peinte sur son dos....

Mais l'élu a déja failli réaliser ce nouveau monde au XVe siècle lorsque trois jeunes hommes sont apparus mystérieusement à la Cour Espagnole pour revigorer le sang royal. Ils portent lui-aussi une croix rouge sur le dos....

Il faut dire que la famille royale est bien mal en point : le roi ascétique(Philippe II qui n'est jamais nommé) s'est retiré dans son monastère de l'Escurial. Sa mère, Jeanne La Folle, est en deuil et vit dans la crypte depuis la mort de charles Quint (elle se promène avec son cercueil...) La jeune femme de Philippe II se sent bien seule....

C'est alors qu'un beau jeune homme apparaît miraculeusement sur le rivage: il raconte au roi qu'il a découvert un nouveau monde. Le roi refuse de s'investir et laisse ses courtisans dépravés conquérir l'Amérique. La possibilité de créer une Espagne protéiforme a été abandonnée au profit d'une Espagne une et catholique.

Cette fresque foisonnante et baroque retrace toute l'histoire de l'Espagne: elle convoque les grands mythes comme Dom Juan ou Dom Quichotte , Charles Quint et Christophe Colomb. Fuentes convoque le rêve millénaire d'un monde multiple sur un ton apocalyptique: le nouveau monde attend de se concrétiser sur terre....

Terra Nostra est incontestablement l'une des plus grandes oeuvres du XXe siècle: d'une richesse culturelle incommensurable, c'est aussi un formidable condensé de toute notre histoire européenne. Il y a également une réflexion intéressante sur la conception du temps qui pour Carlos Fuentes est cyclique: le "messie" peut revenir s'il n'a pas été accepté sur terre à un certain moment. De même, sa conception du monde est binaire: soit nous créons un monde uni , intolérant et pauvre (ce qu'a fait l'Espagne au XVe siècle), soit nous acceptons un monde protéiforme, symbole de richesse...

Repost 0
9 août 2005 2 09 /08 /août /2005 00:00

ESPAGNE

Voici un merveilleux récit d'anticipation sur le monde de l'art: en 2006, les oeuvres picturales représentant des paysages et des portraits ne font plus recettes: elles sont progressivement remplacées par des toiles vivantes qui sont peintes, transformées, louées ou vendus à des particuliers et exposées dans des musées. C'est ce qu'on appelle l'hyperdramatisme. Lors d'une exposition du grand maître Bruno Van Tysch, une toile va être dérobée et détruite. Pour le dire autrement, une jeune fille va être enlevée et sauvagement assassinée....Pendant ce temps, Clara, une jeune modèle, rêve de devenir l'égérie de Von Tysch....

Mêlant habilement le genre fantastique au polar, Somoza nous tient en haleine sur plus de cinq cents pages. Le récit est habilement construit: les chapitres consacrés à l'enquête policière alternent avec ceux consacrés à l'apprentissage de Clara. Et les deux intrigues finissent bien sûr par se recouper...Les personnages gardent leur jardin secret et le lecteur en arrive à soupçonner les personnes chargées de l'enquête.

Le talent de Somoza repose sur la création d'un monde artistique avec ses propres techniques et son vocabulaire spécifique: les jeunes filles-toiles s'abandonnent avec extase à la chirurgie esthétique. Elles sont apprêtée (préparation de la toile) et restaurée. Quant à l'hyperdramatisme, il est composé de plusieurs courants: l'art shock consiste à faire intervenir violemment le public sur la toile (violence, viol) tandis que le natural-humanisme laisse les toiles "libres": elles peuvent bouger lorsqu'elles en ont envie, manger etc....Il y a également l'art-décoration : le corps humain se transforme en lampe, chaise ou table de salon...

Ce roman d'anticipation (certes dans un avenir très proche en 2006 !!!) plonge le lecteur dans une réflexion sur la chirurgie esthétique mais aussi sur le goût contemporain pour l'exibitionnisme (téléréalité...). Somoza insiste sur l'euphorie du public et l'hypnotisme des modèles: c'est une gloire pour une jeune fille d'être peinte et exposée...L'intrigue est tout à fait crédible: Somoza n'a fait que surenchérir une pratique déja courante en art: transformisme de Orlan, Body art, exhibitionnisme de Sophie Calle...

Pour les amateurs d'art, s'ajoute une réflexion très intéressante sur l'histoire de l'art: d'abord lié à la mort et à la destruction (peintures sacrificielles de la Préhistoire, peintures dans les tombes en Egypte ancienne...), l'art a voulu ensuite atteindre le beau et peindre l'homme à partir de la Renaissance. Puis au XXe siècle, après Auschwitz et la mort de l'homme, l'artiste n'a pu que peindre la destruction....Somoza a préfacé son oeuvre avec une phrase significative de Rilke: "Le beau n'est que le commencement du terrible".

Enfin, les personnages ont une réelle profondeur psychologique (Somoza a d'abord été psychiatre..): ils se débattent avec les démons de leur passé et avec leur parenté....

Vous l'avez compris, un roman fondamental à découvrir.....

 

Repost 0
7 août 2005 7 07 /08 /août /2005 00:00

Voici l'une des oeuvres les plus connues de Raymond Queneau avec le roman Zazie dans le métro . Elle est de nous jours jouée dans de nombreux théâtres et cabarets.

Il s'agit de raconter 99 fois la même histoire de manière différente:

Le narrateur rencontre dans un bus un jeune avec un chapeau décoré d'une tresse au lieu d'un turban. Ce dernier va échanger des mots vifs avec un autre voyageur. Puis il descend et rencontre un ami qui lui conseille de remonter le bouton de son pardessus.

Vont alors se succéder les histoires en anglicanisme, italianisme, botanique, gastronomique, paysan, alexandrins, verlan, injurieux.....Queneau , membre de l'Oulipo, était un maître en jeux de mots; cette oeuvre est un hommage rendu au pouvoir de la littérature et de la poésie qui peut voir un événement différent à l'infini. Il en ressort bien sûr un humour grinçant provenant des injures des voyageurs et de la situation cocasse.

Cette oeuvre est souvent étudiée en classe pour montrer aux élèves ce que le goût des mots et la poésie: la primauté de la forme sur le fond, le jeu sur les mots pour ranconter des choses banales...Une façon plaisante et remplise d'humour de découvrir la nature de la poésie....

Repost 0
Published by Sylvie - dans Poésie
commenter cet article
7 août 2005 7 07 /08 /août /2005 00:00

Editions Gallimard Poésie ( première parution en 1942)

Francis Ponge est l'un des plus grands poètes français du XXe siècle. Vivant depuis toujours dans la plus parfaite discrétion, loin des médias et des cercles littéraires, il est mort à l'âge de 89 ans en 1988.

Son oeuvre la plus connue, Le parti pris des choses fait naître la poésie des objets banals comme la baguette de pain ou le cageot du marché. Usant de comparaisons et de métaphores, il transforme ainsi la banalité en ode à la poésie. Chaque poème est dédié à un objet: une huitre, une bougie, une orange, une cigarette ou à des petits animaux: papillons, mollusques, escargots...

Ainsi le pain devient:

"une masse amorphe en train d'éructer (qui)fut glissée pour nous dans le four stellaire, où durcissant, elle s'est façonnée en vallées, crêtes, ondulations, crevasses"

Le morceau de viande:

"Chaque morceau de viande est une sorte d'usine, moulins et pressoirs à sang

Tubulures, hauts-fourneaux, cuves y voisinent avec les marteaux-pilons, les coussins de graisse

(...) des ruisseauxà ciel ouvert charrient des scoriesavec le fiel..."

Cette oeuvre poétique facile d'accès, refusant l'hermétisme, part de notre quotidien le plus banal pour nous transporter vers un ailleurs poétique. Lorsque vous lisez Francis Ponge, vous comprenez que la poésie peut naître n'importe où et nous accompagner tous les jours. Grâce à lui, l'infiniment petit devient grand et beau.

 

Repost 0
Published by Sylvie - dans Poésie
commenter cet article
7 août 2005 7 07 /08 /août /2005 00:00

Première publication en 1983

Inutile de rappeler que Nathalie Sarraute est l'un des plus grands écrivains du XXe siècle. Traversant notre siècle (1900-1999) , elle a contribué à révolutionner la conception de la littérature avec la parution de Tropismes en 1939: les tropismes désignent de vagues mouvements de la conscience (colère, surprise) provoqués par les actions d'autrui. Elle abandonne toute narration classique (pas de chronologie, absence de personnages définis, pas d'histoire) au profit de petites séquences narratives racontant des mouvements de conscience, des états d'âme...

Pour découvrir son oeuvre, je vous conseille vivement la lecture d'Enfance : ce récit magnifique, facile d'accès par rapport aux autres récits de Sarraute, est cependant représentatif de sa conception de la littérature.

D'abord parce qu'elle renouvelle le genre autobiographique: la narration est assurée par l'écrivain et son double qui critique ce genre littéraire: il craint l'enjolivement et les méfaits de la mémoire; il a un rôle de modérateur pour éviter toute idéalisation de l'enfance. C'est une occasion pour Sarraute de critiquer ce genre et son souci de véracité.

Donc pas de récit chronologique de 2 à 12 ans par exemple. Il s'agit de soixante dix séquences qui ont pour point de départ des souvenirs-sensations.Chaque séquence explore donc les soubresauts de la conscience de la fillette:joie, frustration, tristesse provoqués par une phrase, une odeur, ces tropismes qui provoquent une réaction positive ou négative chez la petite Nathalie. Un ballon, l'odeur de l'herbe, un mot: Sarraute part de l'infiniment petit pour ensuite se remémorer ses souvenirs.

Le père, la belle-mère, la mère sont convoqués; ce sont eux en particulier qui sont à l'origine des tropismes: une phrase blessante ou au contraire un cadeau, une surprise...

Il y a des moments magiques propres à chaque récit de l'enfance : la description d'un lancé de ballons, la découverte de la nature et surtout la magie des paysages russes. Nathalie Sarraute, née en Russie, s'inspire de la tradition littéraire russe: Enfance de Tolstoï et de Gorki.

Repost 0
5 août 2005 5 05 /08 /août /2005 00:00

ESPAGNE

Publié en 1942 (Prix Nobel de Littérature en 1989)

Voici l'oeuvre littéraire espagnole la plus lue au monde après Don Quichotte de Cervantès. Elle fit scandale à sa sortie en 1942 en pleine période franquiste et fut censurée pour immoralité.

Le roman est la confession d'un paysan rustre d'Estrémadure qui croupit en prison après avoir commis plusieurs meurtres: il peint son enfance malheureuse entre un père violent et une mère alcoolique, ses malheurs (la mort de son fils adoré...) jusqu'au meurtre final.

Camilo-José Cela veut d'abord mettre en scène la fatalité qui a marqué Pascal Duarte du signe de la mort; même lorsqu'il veut mener une vie saine, le destin en décide autrement.

Le titre choisi n'est d'ailleurs pas innocent: il s'agit de décrire avant tout le milieu dans lequel vit Pascal Duarte qui contribue à expliquer ses actes désespérés.

Si bien que le lecteur est partagé en l'horreur et la pitié: le lecteur ressent de la sympathie pour Duarte qui se confesse par écrit et trouve enfin la paix. Au fur et à mesure de son récit, Duarte fait ses digressions qui s'adressent au lecteur: souci de véracité, peur de mélanger les différents souvenirs...je pense que la fascination qu'exerce encore sur nous l'oeuvre repose sur le fait que c'est un paysan quasiment illettré qui s'adresse directement à nous. Nous sommes placés sans la peau d'un tueur et nous sommes amenés à penser et agir comme lui...

 

Repost 0
5 août 2005 5 05 /08 /août /2005 00:00

ESPAGNE

Editions Grasset, 2003

Voici un roman passionnant à la fois roman historique, roman d'amour, roman policier et roman fantastique qui a pour cadre la ville de Barcelone de 1944 à 1946, en pleine période franquiste. ....On a évoqué l'influence du Maître et Marguerite de Boulgakov ou encore Le portrait de Dorian Gray d'Oscar Wilde.

Mais il s'agit d'abord d'un bel hommage rendu à l'amour des livres: le narrateur, le jeune Daniel Sempere, est guidé par son père, modeste libraire, dans un étrange lieu: Le cimetière des livres oubliés. Le petit garçon de 10 ans doit recueillir un livre qu'il doit sauver de l'oubli...il tombe sur L'ombre du vent du mytérieux Julian Carax.

Après l'avoir dévoré avec plaisir, il est interpellé par un homme étrange, une sorte de fantôme au visage brûlé: il lui intime de détruire ce livre...

Daniel va alors enquêter sur le mystérieux auteur....Sa vie va ressembler étrangement à celle de Julian...La vraie vie va ressembler au plus rocambolesque des romans d'aventure. ...

Le roman est magnifiquement construit: différents récits de vie s'emboîtent mais sans en rendre la lecture difficile. Les personnages secondaires sont aussi très bien décrits autour des règlements de compte entre républicains et franquistes.

Daniel Sempere grandit au fur et à mesure de l'intrigue: L'ombre du vent est un vrai roman d'apprentissage; le héros découvre la vie au contact des intrigues de la littérature....

Suspens et mystère sur fond de roman historique : vous serez conquis !

 

Repost 0