Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Passion des livres
  • : Les coups de coeur de mes lectures. Venez découvrir des classiques, des romans français ou étrangers, du policier, du fantastique, de la bande dessinée et des mangas...et bien des choses encore !
  • Contact

Bienvenue sur mon Blog !




Internautes lecteurs, bonjour !

J'ai découvert l'univers des blogs très récemment. Je suis bibliothécaire et mon métier est donc de faire partager ma passion. Voici donc mes coups de coeurs et n'hésitez pas à me faire partager les vôtres !

Je vous parlerai surtout de littérature française et étrangère contemporaine sans oublier bien sûr mes classiques préférés...

Une rubrique est également réservée aux lectures pour adolescents ainsi qu'à la BD et aux mangas.

Bonne lecture !

 

 

Recherche

20 août 2012 1 20 /08 /août /2012 12:04

ETATS-UNIS-1929

http://multimedia.fnac.com/multimedia/images_produits/ZoomPE/1/0/2/9782070369201.jpg

Le troisième roman de Faulkner est souvent considéré comme l'introduction à l'oeuvre du grand écrivain. 

Il est en effet de facture classique : narrateur unique et non polyphonie inaugurée par Faulkner quelques années plus tard, dialogues alternant avec des descriptions des paysages et des saisons. 

Par contre, il n'atteint à aucun moment l'ampleur lyrique d'un Lumière d'août ou d'un Absalon ! Absalon ! avec leurs longues phrases alambiquées. 

C'est plutôt du côté des personnages qu'il faut aller chercher le talent de Faulkner dans cette oeuvre, et sa capacité merveilleuse à décrire l'atmosphère d'une grande propriété du sud du Mississippi sur le déclin, après la Première Guerre Mondiale. La famille des Sartoris est une lignée maudite : aucun des hommes de la famille n'est mort tranquillement dans son lit. L'ancêtre a été tué pendant la guerre de Sécession, l'un de ses petits fils a sauté de son avion, face à l'ennemi, en 14-18. Il ne reste plus que Bayard, casse-cou solitaire, qui noie son vide existentiel, dans les courses automobiles. Il y entraîne d'ailleurs son grand-père, le vieux Bayard, vieil homme bougon et orgueilleux. 

Face à cette lignée de fanfarons qui jouent avec la mort, les femmes, à qui l'auteur voue une véritable sympathie : la jeune et discrète Narcissa, qui épousera Bayard fils et l'inoubliable Miss Jenny, tante du vieux Bayard, qui régente tout son petit monde dans la vieille propriété : le monde des serviteurs noirs et toute cette gente masculine bien turbulente. 

Les hommes, les femmes et le troisième cercle : les serviteurs noirs , eux aussi grands-pères, fils et petits-fils qui vont à la guerre, reviennent avec des idées d'indépendance et observent avec étonnement les fanfaronnades de leurs maîtres. 

Au centre de tout cela, un thème : la décadence du vieux monde, l'avènement du nouveau et peut-être la fin d'une lignée maudite avec la naissance d'un nouveau-né, revigoré avec le sang de la famille de Narcissa. 

Que raconte cette oeuvre ? Pas grand chose finalement, n'attendez pas de véritables rebondissements, il s'agit plutôt de la chronique d'une mort annoncée. 

C'est la forme que nous apprécierons le plus : la description de ces grandes scènes champêtres de chasse, de repas de Noël et surtout de petites scénettes pouvant faire penser à du théâtre : les admonestations de Miss Jenny, les serviteurs nègres qui observent derrière la porte les disputes de leurs maîtres, tout cela donne du piquant à la narration. Sans oublier la scène magistrale où le vieux Bayard se fait examiner par deux médecins, scène digne de Molière ! Oui, il peut y avoir du fantasque et du comique chez Faulkner. 

A noter aussi son immense talent pour décrire la sociologie d'une époque (les rapports entre les maîtres blancs et les serviteurs noirs, les conflits hommes/femmes) et la nature si particulière du Mississippi.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Chesnel Jacques 04/03/2016 15:56

je le relis régulièrement tous les cinq ans depuis que je l'ai découvert en 1948