Archives

Recherche

Recommander

Bienvenue sur mon Blog !




Internautes lecteurs, bonjour !

J'ai découvert l'univers des blogs très récemment. Je suis bibliothécaire et mon métier est donc de faire partager ma passion. Voici donc mes coups de coeurs et n'hésitez pas à me faire partager les vôtres !

Je vous parlerai surtout de littérature française et étrangère contemporaine sans oublier bien sûr mes classiques préférés...

Une rubrique est également réservée aux lectures pour adolescents ainsi qu'à la BD et aux mangas.

Bonne lecture !

 

 

Vendredi 1 octobre 2010 5 01 /10 /Oct /2010 20:20

Un chef d'oeuvre sauvé de l'oubli

 

Les mers perdues

 

Editions Attila, 2010

 

Bande dessinée ? Sûrement trop réducteur ! Roman graphique ? Peut-être... Disons plutôt un fabuleux récit illustré par le grand illustrateur des Cités obscures, notamment. et aussi un carnet de voyages...

 

Les qualificatifs sont trop peu nombreux pour tenter de décrire ce magnifique objet ; signalons d'abord l'histoire de sa naissance, très originale.

Les jeunes éditions Attila, qui publient des "auteurs marginaux, pirates, maudits ou non traduits en français", mais surtout - ce qui nous intéresse plus ici - qui confient l’identité visuelle de leurs livres à de grands dessinateurs, décident un beau jour de faire redécouvrir Les Jardins statuaires un texte maudit de Jacques Abeille, auteur méconnu du grand public, texte qui a eu un destin pour le moins tragique ! Publié une première fois en 1982, victime de la faillite d'éditeurs ou de l'incendie des bureaux d'éditeurs , le tapuscrit a été égaré...Légende noire d'un texte sans nul autre pareil jusqu'à ce que les éditions Attila demandent à François Schuiten d'illustrer ce fameux romans.

 

A la lecture de ce dernier, Schuiten découvre d'étranges résonances avec son oeuvre ; il part rencontrer Jacques Abeille à Bordeaux et le convainc de faire un travail à quatre mains : Jacques Abeille écrit un court récit original s'inspirant des Jardins Statuaires (qui font initialement 500 pages !) et Schuiten l'illustre.

 

Ainsi naissent Les mers perdues, presque trente ans après le roman culte.

 

Bien sûr, Attila fait aussi paraître en même temps Les jardins statuaires.

 

Le récit des mers perdues tien à la fois du récit d'aventures, du conte philosophique, du récit fantastique et du carnet de voyage. On peut citer l'influence de Julien Gracq et de Tolkien.

 

Un dessinateur, un géologue et un écrivain sont rassemblés à la demande d'un étrange milliardaire qui ne se fait pas connaître pour tenir le journal d'une expédition dans un pays légendaire, celui des Mers perdues. Leur raison est mise à rude épreuve lorsqu'ils découvrent que ce pays légendaire existe vraiment...Ils découvrent les Hulains, les autochtones, de petits êtres qui les guident vers des cités étranges dominées par des immenses statues souvent effondrées ou alors défigurées par des maisons, des usines, des chemins de faire qui ont directement été construites sur ses dernières.

 

Quelle n'est pas la surprise des trois explorateurs quand la géologue découvre que ces statues n'ont pas été sculptées mais qu'elles ont été un jour vivantes et qu'elles ont poussées directement de la terre...

 

François Schuiten en territoire inconnu

 

 Emanations des puissances chtoniennes, elles ont été malmenées, détruites, torturées par la technique toute puissante des hommes.

 

Nos trois compères, happés par ce paysage fantastique, continuent leurs déambulations pour comprendre ce qui est arrivé aux statues...

 

L'interprétation de ce récit unique peut être multiple ; on peut sans aucun doute y voir une allégorie de l'histoire des rapports homme/nature passant d'une vénération à une exploitation sans borne.

Les fans de la littérature gracquienne y verront une méditation poétique pour des espaces abandonnés, où le regard humain est fasciné et amené à la rêverie.

Un peut aussi y voir un récit fantastique ou de fantasy, puisque les trois aventuriers découvrent un peuple méconnu.

 

 

 

  JPEG - 79.7 ko

 

J'ai commencé à lire Les jardins statuaires, le ton est très différent, très descriptif et l'action se passe dans des jardins de monastères où l'on cultive des statues...

 

Ici, c'est l'écrivain chargé de raconter le périple qui raconte l'histoire par lettre, à un ami, clandestinement, puisque son rapport ne soit pas aller dans d'autres mains que celles de l'étrange commanditaire...

Le récit, très fluide, fait donc alterner impressions subjectives et histoire de la découverte des statues.

 

Une des grosses découvertes de l'année...

 

 

 

Par Sylvie - Publié dans : Livres et auteurs à redécouvrir
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Retour à l'accueil

Commentaires

comme tu le dis, c'est fabuleux! Je ne connaissais pas, merci !  ;-)

Commentaire n°1 posté par Violette le 18/10/2010 à 15h16

Bonjour Sylvie,

Récement je suis tombé sur les jardins statuaires de J.Abeille à la fnac et j'ai tout de suite eu envie de le lire, puis plus tard je suis allée dans le rayon BD et j'ai découvert les mers perdues ou les illustrations m'ont beaucoup attirée. Du coup je ne sais pas lequel prendre entre les deux, d'après vous lequel est le mieux ?

merci de me conseiller, je vous ai donné mon adresse e-mail. A bientot

Commentaire n°2 posté par laura le 21/10/2010 à 20h50

Calendrier

Juillet 2014
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      
<< < > >>

Présentation

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés