Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Passion des livres
  • : Les coups de coeur de mes lectures. Venez découvrir des classiques, des romans français ou étrangers, du policier, du fantastique, de la bande dessinée et des mangas...et bien des choses encore !
  • Contact

Bienvenue sur mon Blog !




Internautes lecteurs, bonjour !

J'ai découvert l'univers des blogs très récemment. Je suis bibliothécaire et mon métier est donc de faire partager ma passion. Voici donc mes coups de coeurs et n'hésitez pas à me faire partager les vôtres !

Je vous parlerai surtout de littérature française et étrangère contemporaine sans oublier bien sûr mes classiques préférés...

Une rubrique est également réservée aux lectures pour adolescents ainsi qu'à la BD et aux mangas.

Bonne lecture !

 

 

Recherche

24 janvier 2010 7 24 /01 /janvier /2010 19:04


L'oiseau moqueur et autres nouvelles

Editions Denoël et d'ailleurs, 2008

Jean Rhys est née en 1890 aux Antilles britanniques d'un père anglais et d'une mère créole. Adolescente, elle s'installe à Londres.
Jeune femme libre aux amours orageuses, Jean Rhys est de toutes les bohèmes, de Paris à Vienne. Dans les années 30, elle publie successivement quatre romans, Quai des Grands-Augustins, Voyage dans les ténèbres, Bonjour minuit et Quartet.
Après un long silence, elle connaît enfin le succès avec La Prisonnière des Sargasses en 1966. Elle décède en 1979.

L'ensemble de son oeuvre est à l'image de sa vie : portraits de femmes et de personnes cabossées par la vie, entre solitude et alcoolisme, nostalgie du pays natal ; de très beaux portraits de femmes déchues, au grand coeur, mais trompées par les hommes et la vie en général.

Ce recueil est un ensemble de nouvelles douces-amères se déroulant le plus souvent dans les cafés années 30 de Paris et de Vienne. De très beaux portraits de cabossés qui ont dû subir la vindicte de leur entourage et de la société car ils étaient trop passionnés, qu'ils refusaient la demie-teinte. Tour à tour nostalgiques ou sarcastiques, les nouvelles honorent la tragique solitude qui magnifie les victimes. Une mention spéciale à Dorothy Dufreyne qui croise dans la nuit parisienne son alter ego solitaire et à cette pauvre femme qui regrette tant de ne pas s'être suicidée avec son beau Carlo dans la forêt...

Mélancolie, solitude...On pense parfois à des tableaux de Hooper avec ces femmes dans des bars aux regards rêveurs...

Une ode aux exclus...A découvrir

"L'envie sauvage qui la tenait de prendre sa revanche sur le genre humain s'était transformée en une extraordinaire lucidité. Elle venait de comprendre, encore maladroitement, mais pour la première fois, que seuls ceux qui n'ont plus d'espoir peuvent se permettre de ne plus mentir, que seuls ceux qui sont malheureux peuvent offrir de la sympathie ou en recevoir -qu'ils partagent l'amère et dangereuse volupté de la misère"

Partager cet article

Repost 0

commentaires

L'Emile 24/01/2010 19:46



Ca a l'air d'être un très beau livre, mais pour l'instant, j'ai plus envie de lire des livres pleins de peps. Alors je retiens
pour plus tard.