Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Passion des livres
  • : Les coups de coeur de mes lectures. Venez découvrir des classiques, des romans français ou étrangers, du policier, du fantastique, de la bande dessinée et des mangas...et bien des choses encore !
  • Contact

Bienvenue sur mon Blog !




Internautes lecteurs, bonjour !

J'ai découvert l'univers des blogs très récemment. Je suis bibliothécaire et mon métier est donc de faire partager ma passion. Voici donc mes coups de coeurs et n'hésitez pas à me faire partager les vôtres !

Je vous parlerai surtout de littérature française et étrangère contemporaine sans oublier bien sûr mes classiques préférés...

Une rubrique est également réservée aux lectures pour adolescents ainsi qu'à la BD et aux mangas.

Bonne lecture !

 

 

Recherche

Archives

4 août 2005 4 04 /08 /août /2005 00:00

Editions POL, 2005

Jean Rolin est le frère de l'un des plus grands écrivains français contemporains, Olivier Rolin (voir la critique de Méroé).

Il se définit comme un écrivain-journaliste: ses oeuvres sont à mi-chemin entre la fiction et le documentaire. Dans son dernier récit Terminal Frigo, le narrateur voyage sur le littoral français, dans les zones portuaires en déclin: Le Havre, Dunkerque, Saint-Nazaire. Il y décrit le paysage si particulier et va à la rencontre des figures locales: les dockers, les syndicalistes, les clandestins.

Les descriptions des paysages sont magnifiques: Rolin a la passion de ces espaces en marge (il a écrit La clôture,un récit sur le périphérique): il décrit les installations rouillées par le temps et les usines désaffectées. Mais le charme de Terminal Frigo naît avant tout de l'humanisme qui se dégage des rencontres: histoire des luttes syndicalistes, portrait émouvant des clandestins...

Rolin se décrit comme un journaliste qui va à la rencontre des gens: le narrateur s'efface devant ses personnages et les laisse exprimer leur colère et la nostalgie du passé.

Ce très beau récit qui renouvelle le genre romanesque est à placer dans la lignée de l'oeuvre de François Bon qui rend lui aussi hommage à la classe ouvrière en voie de disparition (son dernier roman Daewoo évoque la fermeture des usines textiles dans la vallée de la Fensch)

Partager cet article
Repost0

commentaires