Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Passion des livres
  • : Les coups de coeur de mes lectures. Venez découvrir des classiques, des romans français ou étrangers, du policier, du fantastique, de la bande dessinée et des mangas...et bien des choses encore !
  • Contact

Bienvenue sur mon Blog !




Internautes lecteurs, bonjour !

J'ai découvert l'univers des blogs très récemment. Je suis bibliothécaire et mon métier est donc de faire partager ma passion. Voici donc mes coups de coeurs et n'hésitez pas à me faire partager les vôtres !

Je vous parlerai surtout de littérature française et étrangère contemporaine sans oublier bien sûr mes classiques préférés...

Une rubrique est également réservée aux lectures pour adolescents ainsi qu'à la BD et aux mangas.

Bonne lecture !

 

 

Recherche

1 février 2007 4 01 /02 /février /2007 17:50

Ouvrage écrit en 1938

Mangeclous

Editions Gallimard Folio

Je continue ma "dévoration" de l'oeuvre sublime d'Albert Cohen. Après l'émouvant Livre de ma mère, le sublime Belle du seigneur, voici le comique et grotesque Mangeclous.

Je vous demandais il y a quelques jours des exemples de livres drôles, en voici un de taille !

Mangeclous est en fait l'un des cousins du héros de Belle du Seigneur, Solal. On sait que celui-ci est devenu sous-secrétaire général de la Société des Nations à Genève. Une belle ascension pour ce fils de juifs de Céphalonie.

Dans cette île grecque, les cousins et oncles de Solal, surnommés "les Valeureux" reçoivent un télégramme mystérieux de Suisse : un message codé qui ressemble à une chasse au trésor ! Et lorsque l'on parle d'argent dans le milieu juif, ce n'est pas une mince affaire ! Jugez-en plutôt par la description des quatre Valeureux : Mangeclous, un épicurien insatiable et mythomane de première qui se racle les dents avec des clous, Sartiel, l'oncle de Solal, l'inventeur fou, Salomon, le timide qui apprend à faire la brasse dans une bassine et Mathiathias, le timoré. Sans oublier Rachel, la femme de Mangeclous, ogresse hypocondriaque de 120 kilos, qui passe sa vie à répertorier ses médicaments ! Il y a aussi l'ami de Mangeclous, un marseillais coureur de jugons et très mythomane !

Voila donc notre folle équipe partie pour une grande épopée burlesque qui les mènera de Grèce en Suisse ; car Solal, le futur amoureux d'Ariane est bien sûr derrière tout ça ! Première étape : le décryptage du message. Deuxième étape : départ pour la Suisse et choc des cultures entre les emphatiques juifs orientaux et les austères Genevoix .....Puis réception du magot !

Ce livre est un véritable chef d'oeuvre ! Il y a tout d'abord le langage qui imite au plus près les accents : celui du juif oriental ou celui du marin marseillais.

Il y a ensuite le grotesque, le caractère bouffon des personnages et de l'intrigue. Cohen parodie l'épopée lorsqu'il décrit les quatre cousins partir à la recherche d'une banque suisse bien sûre qui leur abriterait leur magot caché dans un sac de poireaux et de carottes...Ou bien encore lorsque les quatre héros crient pouvoir fonder une république juive ....

Mais c'est dans la description des personnages que réside toute la bouffonnerie. Et le plus génial, c'est que Cohen installe ce grotesque en 1936, en évoquant la menace hitlérienne sur les juifs. Mangeclous se dit à la fois sioniste, fasciste et communiste selon le contexte ! De même, Cohen insiste sur le tragique de toute ascension sociale (comme dans Le livre de ma mère) : Solal se cache de tout le monde car il a honte de ses cousins.

Il y a un côté rabelaisien dans le personnage de Mangeclous : tout d'abord son appétit féroce ( il n'hésite pas à dévorer une pot de marmelade devant ses enfants en les privant de nourriture !), sa tendance scatologique (son discours mémorable sur l'absurdité de la poésie amoureuse : il imagine le comte Wronsky se cachant d'Anna Karénine pour rôter et faire des vents !!!!) et sa verve insatiable.

A préciser que je lis Albert Cohen dans le plus parfait désordre : il faut commencer par Solal (' l'ascension de Solal) puis vient ensuite Mangeclous et enfin Belle du seigneur.

Je ne résiste pas à vous faire part de plusieurs extraits :

Mangeclous et l'amour

" Qu'il vienne le romancier qui montrera le prince Wronsky et sa maîtresse adultère échangeant des serments passionnés et parlant haut pour couvrir leurs borborygmes et espérant chacun que l'autre être seul à borborygmer. Qu'il vienne, le romancier qui montrera l'amante changeant de position en se comprimant subrepticement l'estomac pour supprimer les borborygmes tout en souriant d'un air égaré et ravi. Qu'il vienne, le romancier qui nous montrera l'amant, prince wronsky et poète, ayant une colique et tachant de tenir le coup, pâle et moite, tandis que l'Anna lui dit sa passion éternelle."

L'appétit gargantuesque

" Grâces soient donc rendues à la Société des Nations dont je comprends maintenant l'utilité et le rôle humanitaire. Ce n'est pas Société des Nations qu'il faut dire, mais Satisfaction des Nourris et Satiété du Nombril et Saturation de Nouilles ! Seigneur amphitryon, dispensateur de voluptés alimentaires et de festins gustatifs de la langue et du gosier, je n'oublierai jamais ce grand jour où j'ai absorbé, résorbé, avalé, croqué, grignoté, dévoré, goûté, happé, gobé, bâfré, consommé jusqu'à gonflement dangereux des parois stomacales et dilatation suprême. de votre munificence j'ai subsisté, brouté, ruminé et vécu et me suis rempli à la satisfaction des entrailles et papilles linguales et me suis réellement et véritablement régalé, restauré, repu, rassasié, assouvi, gorgé, gavé, empli et sustenté. Oh, je penserait toute ma vie à de telles résorptions et intussusceptions ! Certes, je m'en suis glissé en mon tuyau digestif, et mon estomac en restera farci jusqu'à la fin de ses jours. ...Au nom de mon estomac adoré, merci ! Et je vais m'asseoir non sans avoir crié alléluia de tous mes intestins satisfaits !"

Vite, dévorez-le !!!!

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Fabienne 09/10/2010 18:45



Je lis en ce moment Mangeclou, acheté un peu au hasard, et je viens d'achever la sène de Wronsky. J'ai vraiment ri et ai lu ce passage à toute la famille. Mais en dehors du
caractère rabelaisien, je trouve aussi de l'humour juif dans : j'en veux à Dieu de ne pas exister ( de mémoire) ou les hommes naissent mauvais et la Société les rend pires...


Cohen déteste -t-il vraiment les femmes à ce point ? c'est le 1er livre que je lis de lui.



Remi 09/12/2008 20:52

Je l'entame après avoir dévoré le magnifique et bouleversant Solal, cet auteur est fou je l'aime avec ses phrases grandiloquentes et déjantés... Belle du seigneur sera comme un accomplissement, apres ces deux merveilleux bouquins...

JEAN MARC 10/03/2008 23:28

j'y vais justement ce soir

Alice 06/02/2007 21:16

Et moi qui l'avais oublié dans ton post de l'humour dans la littérature! c'est mon prof de français qui me l'a fait lire et j'avais adoré! Maintenant Belle du seigneur m'attend patiemment dans ma bibliothèque...

katell BOUALI 03/02/2007 12:01

Merci pour cette belle critique de ce livre fascinant de Cohen. ce fut le premier roman de cet auteur à être tomber entre mes mains et l'atmosphère hilarante et picaresque m'avait enchantée.