Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Passion des livres
  • : Les coups de coeur de mes lectures. Venez découvrir des classiques, des romans français ou étrangers, du policier, du fantastique, de la bande dessinée et des mangas...et bien des choses encore !
  • Contact

Bienvenue sur mon Blog !




Internautes lecteurs, bonjour !

J'ai découvert l'univers des blogs très récemment. Je suis bibliothécaire et mon métier est donc de faire partager ma passion. Voici donc mes coups de coeurs et n'hésitez pas à me faire partager les vôtres !

Je vous parlerai surtout de littérature française et étrangère contemporaine sans oublier bien sûr mes classiques préférés...

Une rubrique est également réservée aux lectures pour adolescents ainsi qu'à la BD et aux mangas.

Bonne lecture !

 

 

Recherche

27 octobre 2006 5 27 /10 /octobre /2006 11:41

Editions Stock, 2006

Eric Faye est sans doute l'un des auteurs français contemporains les plus talentueux. C'est un auteur très discret qui a encore un lectorat trop confidentiel ; j'avais écrit un article il y a plus d'un an sur Les lumières fossiles. ; la plupart de ses oeuvres mettent en scène des personnages solitaires, à la marge de la société et ses romans ont souvent une teinte fantastique.

Dans ce dernier roman, Eric Faye prend pour personnage un anti-héros, un célibataire esseulé employé des postes. Antoine Blin respire l'ennui dans son petit appartement miteux. Sa vie sociale se résume à l'apéritif chez de "faux amis" qui l'invitent une fois par an pour lui donner les clefs de leur appartement quand ils partent en vacances. Ses réponses à des petites annonces se sont soldées par un lamentable échec.

Mais un beau jour, le destin d'Antoine Blin va basculer...Un homme étrange l'interpelle dans un jardin public pour lui demander s'il veut adhérer au syndicat des pauvres types. Un seul condition : reconnaître sur papier qu'il est un pauvre type....Le but de cette association : rassembler tous les pauvres types pour qu'ils constituent une force sans précédent capable de défier la société bien pensante qui a réussi...

Mais voila qu'Antoine Blin est courtisé par une autre puissance : une émission de téléréalité lui propose l'élection de Monsieur Tout Le Monde : la célébrité pendant un an et...un séjour de six mois au Panthéon après sa mort !!!

La puissance d'attraction de la téréalité va être bien plus forte que celle des pauvres types...

Eric Faye construit une intrigue très originale autour d'un thème d'actualité en évitant toute caricature. Au contraire du J'habite la télévision de Chloé Delaume, diatribe prétentieuse contre la bêtise télévisuelle, Faye décrit avec beaucoup de talent et d'humanité un être solitaire qui perd pied. L'histoire est d'ailleurs précédée d'un texte d'Emmanuel Bove, l'écrivain trop méconnu qui a su si bien décrire l'humanité des petites gens (voir Le pressentiment) :

"Je n'ai rien demandé à l'existence d'extraordinaire. Je n'ai demandé qu'une seule chose. Elle m'a toujours été refusée. J'ai lutté pour l'obtenir, vraiment. ... Cette chose n'est ni l'argent, ni l'amitié, ni la gloire...C'est une place parmi les hommes, une place à moi, une place qu'ils reconnaîtraient comme mienne sans l'envier ...Elle serait tout simplement respectable"

Dans cet univers tragique, Faye décrit avec tendresse ce Monsieur Tout Le Monde ; la description de son morne quotidien donne lieu à de très belles pages ; l'écrivain est beaucoup plus acerbe lorsqu'il s'en prend aux nouveaux riches avides de voyages organisés et de promotions internes. Sans vous dévoiler toute l'intrigue, on peut dire que le roman repose sur une réflexion philosophique très intéressante de nos sociétés contemporaines : la dégénérescence du concept de peuple qui après avoir eu une portée politique très importante au XIXe siècle, est aujourd'hui méprisé par des pouvoirs avides de le manipuler et de le transformer en consommateur docile.

Mais ce roman est bien plus qu'une thèse philosophique ! Il est bourré d'originalité (comme cette odeur que sent Antoine Blin sur lui, sans doute celle de la médiocrité ou le séjour de 6 mois au Panthéon !) et de rebondissements : il y a beaucoup de suspens et aussi une sorte d'enquête policière.

Ce roman est à ce jour le plus profond et le plus émouvant que j'ai lu de ceux qui s'inspire de la téléréalité. Car Faye n'a pas pris pour point de départ une émission de téléréalité ; il est au contraire parti du réel des gens et en a cherché l'origine tout en évitant de faire un roman à thèse; et de plus, il propose une solution bien originale pour vaincre la toute puissance de l'attraction télévisuelle. A vous de la découvrir !  

Partager cet article

Repost 0

commentaires

florine 15/11/2006 19:17

Bonjour !
Je travaille moi aussi dans une bibliothéque, cela fait maintenant quelques semaines que je connais votre site.
J'ai découvert ce livre ici et je me suis empréssée d'aller l'acheter pour le lire... j'ai beaucoup aimé le style et les réflexions abordés. Il m'a quelquefois fait pensé à Martin Page avec son titre "comment je suis devnu stupide". Outre le prénom qu'ils ont en commun je trouve que le personnage principal ressemble assez au héros (ou anti-héros) de M. Page.
Bien à vous,
Florine
 

Anne-Sophie 30/10/2006 14:41

Bonjour Sylvie,juste un petit mot pour te signaler que c'est Nuala O'Faolan qui a eu le prix Femina étranger.Si tu veux connaître les autres lauréats, jette un coup d'oeil sur mon blogTRès bonne journée et à bientôt

Sylvie 30/10/2006 19:32

Merci pour cette info, c'est chouette que ce soit elle : Chicago May est un magnifique portrait de femme !

hervé 30/10/2006 05:13

J'aime beaucoup cet auteur tant lumière fossileque Phare. Je suis d'accord avec toi sur lecôté malheureusement confidentiel de son oeuvre

Gaspard 29/10/2006 22:40

J'en avais entendu parler, je crois que je vais le lire. Merci.

Anne-Sophie 27/10/2006 22:29

Je suis bien d'accord avec toi, je n'ai pas du tout aimé la démarche de Chloé Delaume...Il faudra que je tente ce roman d'Eric Faye. J'avais lu Phare, il y a quelques années, ça m'avais beaucoup plu.Au plaisir de te relire