Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Passion des livres
  • : Les coups de coeur de mes lectures. Venez découvrir des classiques, des romans français ou étrangers, du policier, du fantastique, de la bande dessinée et des mangas...et bien des choses encore !
  • Contact

Bienvenue sur mon Blog !




Internautes lecteurs, bonjour !

J'ai découvert l'univers des blogs très récemment. Je suis bibliothécaire et mon métier est donc de faire partager ma passion. Voici donc mes coups de coeurs et n'hésitez pas à me faire partager les vôtres !

Je vous parlerai surtout de littérature française et étrangère contemporaine sans oublier bien sûr mes classiques préférés...

Une rubrique est également réservée aux lectures pour adolescents ainsi qu'à la BD et aux mangas.

Bonne lecture !

 

 

Recherche

12 octobre 2006 4 12 /10 /octobre /2006 21:43

Le grand écrivain turc, Orhan Pamuk, vient de recevoir le Prix Nobel de Littérature.

A l'heure des négociations de l'entrée de la Turquie en Europe, ce prix est évidemment très politique. Rappelons qu'Orhan Pamuk a été condamné en Turquie pour avoir reconnu publiquement le génocide arménien ainsi que le massacre du peuple kurde.

Le grand écrivain turc a toujours mis les liens entre l'Orient et l'Occident au centre de son oeuvre, du XVIe siècle à nos jours. Son oeuvre dénonce toute sorte d'intégrisme et est un appel à la tolérance et aux échanges culturels.

J'ai lu deux romans de lui, Mon nom est rouge et Neige qui valent autant pour leur message que pour leur qualité littéraire. Car, n'en doutons pas, Pamuk est un grand écrivain et il mérite amplement ce prix, indépendamment du contexte politique.

Je vous propose donc de relire mes deux critiques parues sur mon blog . Avez-vous lu les oeuvres de Pamuk? Lesquelles?

Neige

Gallimard 2005 -Prix Médicis du roman étranger

Orhan Pamuk, l'écrivain turc le plus lu aujourd'hui en Europe (avec Yachar Kemal) est un écrivain engagé poursuivi par le gouvernement turc pour avoir dit publiquement que son pays était responsable de la mort de plusieurs milliers de kurdes et de millions d'Arméniens. Il risque de six mois à trois ans de prison.

 L'ensemble de ses romans examine les liens entre l'Occident et l'Orient que ce soit au XVIe siècle (Mon non est rouge-voir article) ou de nos jours.

C'est le cas de Neige son dernier roman: Ka, un poète - journaliste turc exilé politique en Allemagne, part faire un article à Kars, un village reculé de l'Anatolie; il veut enquêter sur un fait divers sordide: le suicide de jeunes femmes voilées. Il arrive à la veille d'élections municipales où s'affrontent nationalistes, islamistes et laïcs. Mais Ka est aussi venu pour de plus humbles raisons: rejoindre une ancienne camarade de fac, Ipeck, dont il est secrètement amoureux.  

A peine arrivé à Kars, il est témoin de l'assassinat du directeur de l'Ecole Normale qui a interdit le port du voile et d'un putsch militaire à l'occasion d'un spectacle de propagande. A partir de ce moment, il va être sollicité par les membres des deux factions adverses: les étudiants islamistes avec leur chef, Lazuli, amant de la soeur d'Ipeck d'un côté et les ultralaïcs de l'autre: l'acteur Sunay, acteur de théâtre s'improvisant dictateur d'un jour soutenu par les militaires.

Au sein de ces luttes intestines, Ka veut d'abord assurer son bonheur (repartir en Allemagne sain et sauf avec Ipeck) et écrire ses poèmes inspirés de la neige qui paralyse les routes et isole le village tombant peu à peu dans l'anarchie...

Dans cette atmosphère très poétique, Pamuk se garde bien de signer un roman manichéen: en effet, la lutte contre les islamistes est menée par des militaires anti-démocrates ou des acteurs fantoches, dictateurs d'un jour. Pamuk critique également les ultralaïcs qui prônent la lutte contre les islamistes au mépris de la démocratie. Les Occidentaux en prennent aussi pour leur grade en soutenant les militaires qui mâtent les islamistes et en regrettant l'absence de démocratie en Turquie. Les  laïcs prônant la démocratie méprisent la culture et les idéaux des orientaux...Ka, lui -même, est un héros ambigu se démenant au sein de ses luttes pour assurer son bonheur. Il devient l'intermédiaire entre les deux factions rivales. L'écrivain mêle habilement la quête du bonheur et de l'amour aux contraintes de l'engagement politique.

Ce titre peut être aussi vu comme un roman à suspens où l'étau se resserre progressivement sur Ka. Le destin est en marche dès les premières pages. S'y mêle une réflexion philosophique sur le lien entre le flocon de neige et l'être humain...

Un livre à lire de toute urgence à l'heure du débat sur l'entrée de la Turquie dans l'Union Européenne. A noter que Pamuk milite pour l' intégration...

Mon nom est rouge

Gallimard, 2001

Orhan Pamuk , grand écrivain turc contemporain, nous plonge dans la ville d'Istanbul au XVIe siècle. L'Empire Ottoman commence à s'ouvrir à l'extérieur en commerçant avec la République de Venise. Admiratif devant les portraits de la Renaissance, le sultan demande à ses miniaturistes de faire un portrait de lui à l'italienne. C'est alors que l'un des peintres du roi est assassiné...

Ce polar historique est basé sur le fossé culturel existant entre un Occident marqué par l'individualisme et l'amour de soi et un Orient ou Dieu est encore très présent. Pamuk nous fait découvrir tous les secrets des peintres de la cour du sultan. Pour eux, leur talent excelle lorsqu'ils sont arrivés à copier un modèle existant depuis l'Antiquité. Il n'y a donc aucune place pour la création et l'originalité de l'artiste. La création de l'artiste est une notion typiquement occidentale née à l'époque de la Renaissance.

En Orient, à l'époque des sultans, le talent est d'abord basé sur la mémoire: un génie devra reproduire à l'identique les modèles codifiés. Devenir aveugle demeure ainsi la sublime récompense: le peintre, guidé uniquement par ses propres mains et ses souvenirs, doit arriver à se remémorer le modèle. Il existe d'ailleurs des peintres qui se sont volontairement crevé les yeux...

Dans la cour du sultan, les peintres sont prêts à tout pour obtenir la place de premier peintre du sultan; ce roman enquête sur ces luttes internes à la cour. Les lecteurs romantiques seront également ravis: l'enquêteur doit retrouver l'assassin s'il veut épouser la fille du directeur de l'école des peintres.

Ce roman foisonnant, polyphonique (les narrateurs sont les différents peintres suspects) ravira les lecteurs férus d'Art et d'Histoire et aussi de romans d'aventures !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

gambadou 16/10/2006 08:51

Moi aussi j'ai normalement du mal à lire le Nobel. Mais là, il se trouve que j'ai lu Neige avant que l'auteur ne soit nobélisé, donc sans a priori.
C'est un beau livre, à l'écriture très orientale, tout en douceur, entouré par la neige dans une sorte de huis-clos et pourtant avec des sentments très forts.
C'est aussi un livre très particulier et original. Difficile d'en faire un commentaire, mais pour celui là, sincèrement, il ne faut pas être bloqué par le nobel.

Anne-Sophie 15/10/2006 11:57

Bonjour,je suis ravie que ce Nobel soit remis à Pamuk et symboliquement le Nobel me semble important, c'est bien plus qu'une reconnaissance ou une récompense, c'est un symbole de notre société, notre vission du monde...Bon week end et à très bientôt

Sylvie 15/10/2006 12:34

Il est vrai que le Nobel n'est pas un prix comme les autres. Il récompense l'oeuvre complète d'un écrivain alors qu'en général, les prix littéraires ne récompensent qu'un livre qui ne rentre pas bien souvent dans la postérité....
D'autre part, le Nobel de Littérature récompense des écrivains assez engagés dans la société qui "ont leur mot à dire" pour faire avancer les choses : c'est le cas des derniers lauréats : Gao Xingjiang , un écrivain dissident qui a dénoncé le régime chinois, Elfriede Jelinek qui s'en est pris à l'extrème droite autrichienne ; Harold Pinter s'est prononcé contre la guerre en Irak et enfin, Orhan Pamuk est un écrivain turc qui milite pour la reconnaissance du génocide arménien. La plupart ont connu l'exil ou la censure....

Trungpa 14/10/2006 00:12

j'ai toujours eu du mal avec le Nobel de littérature. Déjà les récompenses des concours je trouve ça moyen mais un Nobel, c'est pire. Ce n'est que mon avis.