Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Passion des livres
  • : Les coups de coeur de mes lectures. Venez découvrir des classiques, des romans français ou étrangers, du policier, du fantastique, de la bande dessinée et des mangas...et bien des choses encore !
  • Contact

Bienvenue sur mon Blog !




Internautes lecteurs, bonjour !

J'ai découvert l'univers des blogs très récemment. Je suis bibliothécaire et mon métier est donc de faire partager ma passion. Voici donc mes coups de coeurs et n'hésitez pas à me faire partager les vôtres !

Je vous parlerai surtout de littérature française et étrangère contemporaine sans oublier bien sûr mes classiques préférés...

Une rubrique est également réservée aux lectures pour adolescents ainsi qu'à la BD et aux mangas.

Bonne lecture !

 

 

Recherche

10 octobre 2006 2 10 /10 /octobre /2006 22:09

Editions POL, 1985

Textes écrits en 1945

Pour les lecteurs allergiques au style très elliptique de Duras, cet ensemble de textes autobiographiques écrits pendant la Seconde Guerre Mondiale peuvent être une bonne entrée en matière pour découvrir la vie de l'écrivain.

Ce sont des textes classiques qui ne soulèvent pas des problèmes de compréhension. Le premier texte qui donne son nom au recueil est le plus connu et le plus émouvant; il fut écrit en 1944-45, au retour du mari résistant de Duras, Robert Antelme, du camp de concentration de Buchenwald. Ce récit décrit l'attente terrible après la libération de Paris lorsque Marguerite se demande si "Robert L" est mort ou vif puis son retour tragique lorsqu'il n'est plus qu'une loque humaine, atteinte du typhus.

Rares sont les récits contant le retour des camps de la mort. Celui-ci, en évitant toute effusion lyrique, est pourtant rempli d'émotions. Même si elle choisit la sobriété, Duras nous apparaît en femme très fragile, éprouvée par l'attente interminable. Les phrases très courtes, hachées, ponctuées d'interrogations  épousent parfaitement l'état d'esprit très anxieux de Duras. Elle met l'accent sur la différence entre le calvaire des femmes qui attendent les déportés et la joie, la liesse qui accompagnent la fin de la guerre.

Les pages décrivant la lutte pour la vie de Robert Antelme sont magnifiques et très dures. A noter que ce dernier racontera son expérience concentrationnaire dans L'espèce humaine en 1948, bien avant la publication de La douleur. Chef d'oeuvre que je n'ai malheureusement pas lu.

Les autres récits nous font un portrait de Duras résistante très atypique : elle n'hésite pas à se faire invitée par un  membre de la Gestapo pour mieux le piéger. On la voit également assistant à la torture d'un collabo et séduite par un allemand arrêté à la libération.

Loin de l'hermétisme ou du scandale de certains écrits, La douleur nous rend plus proche cet immense écrivain.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

EVELYNE 06/01/2011 19:25



J'ai eu beaucoup de plaisir à le lire et à voir cette pièce jouée par Dominique Blanc sous la houlette de Patrice Chéreau, dommage qu'elle quitte son mari après tant de tribiulations et
d'attente.


Je conseille la lecture de ce livre.


Merci sylvie pour toutes les recherches et commentaires.



dda 14/10/2006 20:33

J'ai été marquée par cette lecture, il y un moment déjà. C'est vrai que je connais peu de livres parlant de cette période d'attente du retour des déportés. Ce livre est un bijou. Depuis sa lecture, je ne peux plus passer devant le Lutétia sans que je ne songe à La douleur. 
Je ne saurai trop conseiller la lecture d'un livre splendide, fort, dure aussi : Le non de Klara de Soazig Aaron, justement sur le retour d'une déportée.
Des livres qu'il faut lire absolument.

Sylvie 15/10/2006 12:23

Effectivement, j'ai lu Le non de Klara qui m'a littéralement bouleversée. Critique très prochainement...

Anne-Sophie 11/10/2006 16:39

Bonjour,je suis RAVIE de lire ton billet car La Douleur est le texte de Duras que je préfère : j'aime énormément la façon dont elle raconte le retour d'Antelme et son très pénible retour à la vie. C'est une écriture du sublime que l'on peut lire quand elle décrit l'évolution de la couleur et de la consistence des selles de ce rescapé des camps. Merci vraiment pour ta lecture d'un récit trop peu connu...Au palisir de te relire

Sylvie 12/10/2006 20:52

J'espère que cet article fera davantage connaître cette oeuvre méconnue. J'ai été frappée comme toi par la description des selles du rescapé. C'est vraiment poignant et en même temps très pudique.

Florinette 11/10/2006 12:35

De Marguerite Duras je garde un très bon souvenir d'Un barrage contre le Pacifique. J'aime beaucoup son style et sa sensibilité pour décrire les émotions.