Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Passion des livres
  • : Les coups de coeur de mes lectures. Venez découvrir des classiques, des romans français ou étrangers, du policier, du fantastique, de la bande dessinée et des mangas...et bien des choses encore !
  • Contact

Bienvenue sur mon Blog !




Internautes lecteurs, bonjour !

J'ai découvert l'univers des blogs très récemment. Je suis bibliothécaire et mon métier est donc de faire partager ma passion. Voici donc mes coups de coeurs et n'hésitez pas à me faire partager les vôtres !

Je vous parlerai surtout de littérature française et étrangère contemporaine sans oublier bien sûr mes classiques préférés...

Une rubrique est également réservée aux lectures pour adolescents ainsi qu'à la BD et aux mangas.

Bonne lecture !

 

 

Recherche

Archives

22 septembre 2006 5 22 /09 /septembre /2006 20:37

Gallimard, « Série noire » 1982

Jean Amila, qui a également écrit sous le nom de Jean Meckert (1910-1995), est le premier à avoir publié dans la mythique collection de polars des éditions Gallimard. Il est l’inventeur du « polar à la française » à forte connotation sociale .Des écrivains engagés tels que Didier Daeninckx se réclament d’ailleurs de son héritage.

 

Dans Le boucher des hurlus, il met en lumière les assassinats programmés des mutins de 1917 qui ont refusé de partir au front et s’en prend ainsi aux généraux qui envoyaient leurs hommes à la boucherie. Amila a été l’un des premiers à réhabiliter ces soldats jugés traîtres de la patrie. Il faut savoir qu'il est lui-même fils de mutin...

 

L’histoire se déroule juste après la Grande Guerre : une femme de mutin fusillé et son jeune fils de 8 ans habitent  dans un immeuble près de la porte de Bagnolet. Tous les jours, ils doivent subir les brimades et les insultes des commères du coin qui n’hésitent pas à les traiter de « Boches » ou de « Bolchevicks ». Un jour, la maman se fait blessée à coup de parapluie par la méchante « Mère Venin ». Elle réplique et le soir même, elle se fait arrêter par la police pour trouble de l’ordre public sous les yeux médusés du petit Michou. Le gamin est alors placé dans un orphelinat : il y retrouve une bande de pauvres gamins orphelins de guerre qui doivent subir tous les jours les jérémiades des curés et le discours patriotique. Après son arrestation, sa mère a perdu la tête et est internée dans un hôpital psychiatrique.

 

Avec une bande de copains, il ne pense plus qu’à s’évader, d’autant plus qu’il vient de découvrir le nom de celui qui est responsable de la mort de son père. A partir de là, il n’a plus qu’une idée en tête : tuer le « boucher des hurlus » (les Hurlus désignent le lieu dit où a été fusillé son père) pour venger sa famille. …

 

Voici donc le petit Michou partant avec ses copains pour une folle épopée vengeresse : ils iront jusque dans les champs dévastés de l’Argonne pour voler un pistolet de soldat et venger tous ces hommes morts pour rien…

 

Cette magnifique histoire est vue à travers le regard d’un enfant de huit ans marqué par la vie. Elle nous est racontée dans un langage populaire des années 20 très authentique où chaque phrase respire la révolte et la haine contre les curetons et les soldats !

Il y a des moments truculents comme par exemple lorsque les quatre gamins sont recueillis par un groupe de prostituées venues divertir une garnison de soldats !

 

L’originalité du récit réside dans le fait qu’Amila ne prend pas directement pour cadre les mutineries de 1917 mais les répercussions de ces événements sur les familles innocentes des mutins. La guerre s’est ainsi prolongée bien après 1918…L’auteur montre qu’une mentalité patriotique s’est peu à peu installée dans les années 20, exaltant les vertus des généraux et oubliant les morts inutiles. Le Boucher des Hurlus est le récit d’une enfance sacrifiée sur l’hôtel de la patrie…

 

Un récit capital et précurseur sur un pan oublié de l’Histoire jusqu’à la réhabilitation tardive des mutins de 17 dans les années 2000….

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

G
Repéré cet écrivain né à Courbevoie en lisant un excellent bouquin de Patrick Pécherot intitulé Petit éloge des coins de rue(une pépite)édition folio à 2 euros. Il restait un Boucher des Hurlus à la FNAC St Lazare, je l'ai commencé dans le train, un régal !
Répondre
F
Ce roman m'intrigue, j'irais voir à la biblio en espérant qu'il y soit. ;-)
Répondre
S
Je pense qu'ils l'auront , c'est le roman le plus connu d'Amila ...