Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Passion des livres
  • : Les coups de coeur de mes lectures. Venez découvrir des classiques, des romans français ou étrangers, du policier, du fantastique, de la bande dessinée et des mangas...et bien des choses encore !
  • Contact

Bienvenue sur mon Blog !




Internautes lecteurs, bonjour !

J'ai découvert l'univers des blogs très récemment. Je suis bibliothécaire et mon métier est donc de faire partager ma passion. Voici donc mes coups de coeurs et n'hésitez pas à me faire partager les vôtres !

Je vous parlerai surtout de littérature française et étrangère contemporaine sans oublier bien sûr mes classiques préférés...

Une rubrique est également réservée aux lectures pour adolescents ainsi qu'à la BD et aux mangas.

Bonne lecture !

 

 

Recherche

4 octobre 2009 7 04 /10 /octobre /2009 12:29

ETATS-UNIS -Rentrée littéraire 2009

Lark et Termite

Editions Christian Bourgois

L'un des grands romans étrangers de cette rentrée littéraire, sélectionné notamment pour le Prix Télérama-France Culture.
Jayne Anne Philipps a été jusqu'alors un écrivain assez confidentielle en France. Ce magnifique roman devrait lui faire gagner ses lettres de noblesse.

On évoque au sujet de Lark et Termite, l'influence de Virginia Woolf et surtout de Faulkner : roman choral à quatre voix, monologues se croisant à 10 ans d'intervalle, description d'une famille dans l'Amérique profonde, en Virginie Occidentale, noirceur des destins, onirisme d'une relation fusionnelle entre un frère et une soeur.

Juillet 1950 en Corée du Sud. Juillet 1959 dans une petite ville de Virginie Occidentale. Symphonie chorale, 4 ou 5 voix se répondent : le caporal Leavitt, mobilisé en Corée du Sud pour évacuer les populations civiles du Sud sous les bombes de l'armée du nord, agonise dans un tunnel sous les bombardements d'avions alliés...A l'agonie, il songe à des scènes très sensuelles avec sa femme Lola, qui est sur le point d'accoucher.

Neuf ans plus tard, 3 voix puis à la fin, une cinquième.
Lark, l'alouette, un modèle de bonté qui s'occupe de son petit frère Termite, handicapé autiste. Prenant des cours de secrétariat, elle a parfois des rêves de fuite mais elle refuse de se séparer de Termite.

Termite, l'enfant autiste, dont l'auteur retranscrit à merveille son flux de conscience, concert de sensations, enfant passionné par les tunnels, par un mystérieux flacon en forme d'homme lune et par des rubans bleus.

Enfin, Nonie, la tante, qui a recueilli les deux enfants il y a des années.
Des personnages secondaires, hommes pour la plupart. Le lecteur découvre peu à peu les liens  qui unissent les personnages ; les secrets familiaux se dévoilent. Les deux enfants découvriront peu à peu leur origine après une scène d'inondation quasie biblique. En arrière plan, le drame de la guerre de Corée, période historique rarement évoquée dans la littérature américaine.

Lark et Termite, c'est bien sûr une histoire très touchante, un amour fusionnel entre une soeur et son frère, une tragédie familiale, des secrets. C'est aussi une puissance d'écriture mêlant roman social, psychologique et onirisme.
Dans une écriture sensuelle et tragique, Jayne Anne Phillips retranscrit des atmosphères à travers des leitmotivs, des correspondances à des années d'intervalle : il y a d'abord le tunnel ferroviaire qui est le lien entre les époques, entre le père et le fils ; le père mourra dans ce tunnel, Termite est fasciné par un tunnel en Virginie, par les trains et la rivière qui le traversent. Aboutissement et fin dans une histoire, signe du départ, de l'ouverture neuf ans plus tard.
L'auteur décrit l'eau, l'air, le ciel, le brouillard ; à travers le regard de Termite, c'est une écriture d'atmosphère, de la sensation qui naît.

Ce roman est ancré dans des lieux bien précis, il y a à des années d'intervalle, une unité de temps et de lieu ; 4 jours en 1950, 4 jours en 1959. Un tunnel, un restaurant où travaille Nonie, une vieille barraque où vivent Lark et Termite, un vieux bar du sud où l'on entend les airs du juke-box. Après une inondation (qui n'est pas sans rappeler l'inondation de Si je t'oublie Jérusalemde Faulkner), les horizons s'ouvrent : ouverture du tunnel, départ, fin du roman.

La noirceur du roman est sublimée par la présence de l'imaginaire qui donne au roman une dimension onirique : flux de conscience de l'enfant autiste saisissant les couleurs, les bruits et les atmosphères, figure imaginaire d'un être qui peut personnaliser l'envie de départ, rêve de la mère disparue, rêve de retour aux origines, correspondances thématiques entre les époques.

Un très grand texte qui gagne à être découvert.

En conclusion, une phrase symbolique du roman :

" Regarde à l'intérieur, c'est à l'intérieur que tu es vraiment.....Ne crie plus, jamais, ils te trouveront si tu cries. Ne bouge plus. Ecoute"

Partager cet article

Repost 0

commentaires

clochette 13/02/2010 00:00


Je suis en train de le lire, tu en parles si bien, il est tellement magnifique ce roman, j'espère que dans ta bibliothèque, tu le conseilles souventt.


Les lectures d'Amandine 04/10/2009 22:52


Bonjour, félicitations pour ce joli blog. Je désire te mettre dans mon blog? Est tu d'accord? Vas faire un tour  sur mon blog si tu en a envie. Bisous Amandine