Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Passion des livres
  • : Les coups de coeur de mes lectures. Venez découvrir des classiques, des romans français ou étrangers, du policier, du fantastique, de la bande dessinée et des mangas...et bien des choses encore !
  • Contact

Bienvenue sur mon Blog !




Internautes lecteurs, bonjour !

J'ai découvert l'univers des blogs très récemment. Je suis bibliothécaire et mon métier est donc de faire partager ma passion. Voici donc mes coups de coeurs et n'hésitez pas à me faire partager les vôtres !

Je vous parlerai surtout de littérature française et étrangère contemporaine sans oublier bien sûr mes classiques préférés...

Une rubrique est également réservée aux lectures pour adolescents ainsi qu'à la BD et aux mangas.

Bonne lecture !

 

 

Recherche

26 juin 2006 1 26 /06 /juin /2006 21:28

ARGENTINE

Roman publié en 1948

Voici l'un des plus grands chefs d'oeuvre de la littérature sud-américaine. Le roman est bien différent de la littérature Latina que nous connaissons, illustrée par le réalisme magique cher à Garcia Marquez. Ici, nulle trace de fantastique. Sabato nous plonge au contraire d'une manière extrêmement réaliste dans les méandres d'une conscience torturée.

Juan Pablo Castel confesse de sa prison le meurtre de la femme dont il était fous amoureux. Comment en est-il arrivé à commettre cet acte désespéré?

Lors d'une exposition, Juan Pablo remarque qu'une jeune femme admire un détail de l'un de ses tableaux qui n'a jamais été remarqué par les critiques d'art : une fenêtre montrant une femme méditant devant la mer. Elle s'enfuit sans que Juan n'ait pu lui adresser la parole. Depuis ce jour, il ne pense qu'à la retrouver en inventant de multiples stratagèmes. Un jour, il la retrouve par hasard : elle s'appelle Maria Iribarne Hunter. Une étrange relation commence alors : la passion se double d'interrogations constantes sur la véritable nature de Maria. Lorsque le célèbre peintre découvre que sa bien aimée est mariée à un aveugle (ce qu'elle lui avait caché) , la jalousie commence à s'immiscer dans sa conscience tortueuse....

Juan devient fou non pour cause de raison défaillante mais au contraire parce qu'il raisonne trop : à chaque action de Maria, il analyse le moindre de ses gestes et invente à partir de là de multiples hypothèses (Maria est une putain, Maria a de multiples amants...). La narration est le récit de ses doutes et de ses interrogations. On pourrait n'y voir qu'un simple drame de la jalousie. Il s'agit de beaucoup plus que cela.

Le titre Le tunnel est extrêmement métaphorique : il désigne le puit intérieur sans fonds des angoisses et des peurs du peintre. Le tunnel est la prison où se débat le narrateur, la porte infranchissable qui empêche toute communication, toute compréhension du monde extérieur. Juan Pablo Castel n'aime pas l'humanité, n'aime pas le milieu artistique ni " tout groupe constitué". Par manque de confiance en lui, il invente mille stratagèmes pour entrer en contact avec Maria : passer par un ami intermédiaire, faire en sorte que ce soit elle qui engage la conversation. Toute communion entre les êtres demeure impossible car une zone d'ombre empêche la fusion des âmes.

Ce roman majestueux, salué comme un chef d'oeuvre par Albert Camus et Graham Greene, regorge de citations formidables sur le nature humaine. Rarement la littérature nous aura plongés de façon si naturelle, si réaliste dans la conscience d'un personnage qui déteste le monde tout en se détestant lui-même.

Je ne résiste pas à l'idée de vous livrer quelques extraits :

"Je retournais chez moi avec la sensation d'une solitude absolue. Généralement, cette sensation d'être seul au monde s'accompagne chez moi d'un orgueilleux sentiment de supériorité : je méprise les hommes, je les vois sales, laids, incapables, avides, grossiers, mesquins ; ma solitude ne m'effraie pas, elle est pour ainsi dire olympienne. Mais, ce jour là, ma solitude était la onséquence de ce qu'il y avait de pire en moi, de mes bassesses. Dans ces cas-là, je sens que le monde est méprisable, mais je comprends que moi aussi, je fais partie de ce monde.... Et je ressens une certaine satisfaction à éprouver ma propre bassesse et à admettre que je ne suis pas meilleur que les monstres répugnants qui m'entourent. "

La métaphore du tunnel....

" Et c'était comme si nous avions vécu tous deux dans des galeries ou des univers parallèles, sans savoir que nous avancions l'un à côté de l'autre, comme des âmes semblables suivant un rythme semblable, pour nous rencontrer au bout de ces galeries, devant une scène peinte par moi comme une clé destinée à elle seule, comme un message secret lui disant que je l'attendais et que les galeries s'étaient enfin rejointes et que l'heure de la rencontre était venue. ...Quelles stupides illusions avais-je pu me faire ! Non, les galeries restaient toujours parallèles , même si maintenant le mur qui les séparait était comme un mur de verre et si je pouvais voir Maria comme une silencieuse et intouchable créature...Non, même ce mur n'était pas toujours transparent : parfois, il redevenait de pierre noire et alors je ne savais ce qui se passait de l'autre côté, ce qu'elle devenait dans ces intervalles sans nom, quels événements étranges avaient lieu ; et je pensais même qu'à ces moments là, son visage changeait et qu'une grimace moqueuse le déformait et que peut-être il y a avait des rires échangés avec un autre et que toutes ces histoires des galeries n'était qu'une ridicule invention à laquelle j'étais seul à croire et qu'en tous cas, il n'y avait qu'un tunnel, obscur et solitaire : le mien, le tunnel où j'avais passé mon enfance, ma jeunesse, toute ma vie. Et dans un des ces passages transparents du mur de pierre j'avais vu cette jeune femme et j'avais cru naïvement qu'elle avançait dans un autre tunnel parallèle au mien, alors qu'en réalité elle appartenait au vaste monde, au monde sans limites de ceux qui ne vivent pas dans des tunnels. "

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

sophiemoreau 29/12/2015 16:55

la solution à vos problèmes de vie sociale (Fâ)
dagbohounon1@live.fr

le fâ en réalité est l’harmonisation de la sagesse universelle en un mot, le fâ est un guide, un éclaireur qui permet d’avoir une vision claire par rapport à un individu depuis sa conception jusqu’à sa mort et même 16 ans après sa mort. Le fâ nous permet également d’avoir des visions précises sur des préoccupations précises telles que le mariage, le voyage. C’est une lumière des hommes qui tire sa source du grand nom divin.

vous avez des problèmes avec votre mari
vous avez des problèmes à trouver l'homme idéal
vous avez besoin de travail
vous voulez connaitre si la personne avec qui vous êtes ressent de l'amour pour vous
vous voulez retrouvez une connaissance que vous avez perdu de vue
vous avez une maladie
vous cherchez à avoir un enfant depuis des années
sachez que le Fâ est la solution n'importe quel problème dans lequel vous êtes vous trouverez la satisfaction

Voici son mail: dagbohounon1@live.fr

nadia 11/01/2010 07:20


Salut, je trouve ton blog très très bien, et je voulais te féliciter et te remercier pour cette formidable et utile initiative !
Je voulais savoir aussi si tu pouvais me conseiller certain livres parlant de la VIE, car je suis en classe préparatoire et c'est le thèmle que nous avons en philosophie cette année. Merci d'avance
bisous


sophiemoreau 29/12/2015 16:56

la solution à vos problèmes de vie sociale (Fâ)
dagbohounon1@live.fr

le fâ en réalité est l’harmonisation de la sagesse universelle en un mot, le fâ est un guide, un éclaireur qui permet d’avoir une vision claire par rapport à un individu depuis sa conception jusqu’à sa mort et même 16 ans après sa mort. Le fâ nous permet également d’avoir des visions précises sur des préoccupations précises telles que le mariage, le voyage. C’est une lumière des hommes qui tire sa source du grand nom divin.

vous avez des problèmes avec votre mari
vous avez des problèmes à trouver l'homme idéal
vous avez besoin de travail
vous voulez connaitre si la personne avec qui vous êtes ressent de l'amour pour vous
vous voulez retrouvez une connaissance que vous avez perdu de vue
vous avez une maladie
vous cherchez à avoir un enfant depuis des années
sachez que le Fâ est la solution n'importe quel problème dans lequel vous êtes vous trouverez la satisfaction

Voici son mail: dagbohounon1@live.fr

bribri 14/09/2009 17:24

A propos du bouquin "le tunnel"je ne suis pas OK, Sylvie, avec ton interprétation du livre..Je pense que Juan est complétement névrosé, à la limite de psychose interprétative........Il doit se soigner,,il existe encore des psy..Avec n'importe quel femme, il y aura le même souci,,,,,Il ne peut pas vivre, dans ses conditions, tout interpréter à sa manière, sans se soucier d ela réalité,,il vit dans son monde,,et pour moi, c'est cela la folie.......l

Clo 01/03/2009 16:07

Je viens tout juste d'acheter El Tùnel publié dans sa langue d'origine ! Je suis tombée sur ce site en essayant d'en savoir plus sur l'auteur  , Sàbato que je ne connaissais  pas. Belle manière de pratiquer mon espagnol d'après les commentaires que j'ai pu lire sur le livre et son auteur. Alors à plus tard , car je ne manquerai pas de partager mes sentiments au sujet du livre

cristina 06/09/2008 20:07

J ai lu bc du Sábato, il es formidable, je suis de l Argentine, quelle autre chose je peux dire ici, moi je suis fiere de lui.