Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Passion des livres
  • : Les coups de coeur de mes lectures. Venez découvrir des classiques, des romans français ou étrangers, du policier, du fantastique, de la bande dessinée et des mangas...et bien des choses encore !
  • Contact

Bienvenue sur mon Blog !




Internautes lecteurs, bonjour !

J'ai découvert l'univers des blogs très récemment. Je suis bibliothécaire et mon métier est donc de faire partager ma passion. Voici donc mes coups de coeurs et n'hésitez pas à me faire partager les vôtres !

Je vous parlerai surtout de littérature française et étrangère contemporaine sans oublier bien sûr mes classiques préférés...

Une rubrique est également réservée aux lectures pour adolescents ainsi qu'à la BD et aux mangas.

Bonne lecture !

 

 

Recherche

4 mai 2006 4 04 /05 /mai /2006 18:29

Editions Verdier, 2006

Ce petit bijou de 40 pages n'est pas à proprement parlé un roman: l'auteur met sur le devant de la scène le psychiatre lyonnais Ferdière qui a soigné Antonin Artaud à Rodez entre 1943 et 1946 sur les conseils de Robert Desnos. L'Histoire retient de lui le côté sombre du personnage; son acharnement sur Artaud , son traitement à base d'électrochocs. Il l'a cependant remis sur le "droit chemin" en l'accueillant en Aveyron: non seulement, il l'a sauvé d'une mort certaine car le régime de Vichy laissaient mourir de faim les aliénés, mais il lui a permis également de réécrire à nouveau. C'est Artaud qui a "rompu les amarres".

Emmanuel Venet, lui même psychiatre, réhabilite l'image de cet être trop méconnu et insiste notamment sur ses liens avec les cercles littéraires des années 20-40 (André Breton, Desnos, Michaux...). Avant de devenir psychiatre, il fréquenta le milieu surréaliste et écrit des petits textes. Mais conscient qu'il n'a aucun talent, il se réfugie dans la psychiatrie. Il n'en oublie pas pour autant la littérature ; il encourage la création artistique des aliénés au même titre de Dubuffet. Son échec avec Artaud lui vaut des ennemis ; il devient l'anti-héros, le poète et le psychiatre raté. Mais le lecteur, lui, retient l'image d'un homme humble qui s'est engagé au service de la littérature. L'auteur est finalement moins intéressé par le psychiatre qu'il se retient bien de juger que par l'homme qui s'est engagé aux côtés des parias de la société.

La démarche de Venet , cette sorte d'hagiographie des humbles, n'est pas sans rappeler une oeuvre majeure de Pierre Michon, Vie de Joseph Roulin, titre publié également chez Verdier.

Avant Venet, Michon a choisi de mettre au second plan le génie créateur, Van Gogh, pour faire le portrait du méconnu Joseph Roulin, facteur alcoolique ami de Van Gogh que ce dernier a peint. Ces deux oeuvres sont le portrait de vies humbles que Emmanuel Venet résume ainsi de manière magistrale :

"Coupable Ferdière? Oui, si c'est pécher que de laisser la langue intacte et de mourir sans oeuvre, non pas recroquevillé sur son énigme mais s'offrant en pâture à tous ceux que la poésie brûule ou nourrit.

Coupable d'être resté à hauteur d'homme malgré la tentation de se faire plus grand que soi et la volupté de se faire haïr"

Une oeuvre vraiment originale qu'il convient de découvrir....

Partager cet article

Repost 0

commentaires