Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Passion des livres
  • : Les coups de coeur de mes lectures. Venez découvrir des classiques, des romans français ou étrangers, du policier, du fantastique, de la bande dessinée et des mangas...et bien des choses encore !
  • Contact

Bienvenue sur mon Blog !




Internautes lecteurs, bonjour !

J'ai découvert l'univers des blogs très récemment. Je suis bibliothécaire et mon métier est donc de faire partager ma passion. Voici donc mes coups de coeurs et n'hésitez pas à me faire partager les vôtres !

Je vous parlerai surtout de littérature française et étrangère contemporaine sans oublier bien sûr mes classiques préférés...

Une rubrique est également réservée aux lectures pour adolescents ainsi qu'à la BD et aux mangas.

Bonne lecture !

 

 

Recherche

16 décembre 2008 2 16 /12 /décembre /2008 20:41

Editions Grasset, 2007

Douce France

Karine Tuil signe ici un troublant roman aux accents kafkaïens ; à la fois un récit d'auto-fiction, un récit absurde sur l'administration française, un docu fiction et un plaidoyer contre le traitement inhumain des immigrés clandestins reconduits dans leur pays d'origine.

La narratrice se fait arrêtée par la police dans un magasin qui embauche des ouvriers clandestins. Dans la bousculade, elle perd ses papiers ; dans un accès de "folie", elle déclare qu'elle est roumaine. a partir de ce moment, le cauchemar commence : elle est emmenée au centre de rétention administratif de Roissy. Là où les immigrés clandestins attendent leur rapatriement vers leur pays d'origine. La-bas, elle fait la connaissance de Youri, un ouvrier biélorusse ....

Pourquoi a-t-elle commis cette acte de folie ? Tout simplement parce qu'elle se rappelle ses propres origines, fille d'immigrés juifs, de personnes traquées, qui ont du aussi refouler leurs coutumes, leur accent, leur langue afin de bien s'assimilier et de donner toutes ses chances à leur fille, la narratrice.

Cette dernière se sent au plus d'elle-même une personne qui a peur, qui se sent menacée ....à cause de "la mémoire, cette vieille juive hystérique". La narratrice se soumet docilement aux interrogatoires et découvre la condition des clandestins dans ces centres de rétention.

A noter que ce roman prend des allures de docu fiction lorsque l'on sait que Karine Tuil a visité le centre du Mesnil-Amelot, le seul qu'on l'a autorisée à visiter...

L'écriture est très incisive ; elle se veut un cri pour mettre en lumière tous ces écorchés vifs, ces hommes de l'ombre, ces nouveaux juifs errant. A la manière du roman social de Zola, Karine Tuil signe un "J'accuse" poignant qui se veut une plongée dans la réalité brute.

Tout en écrivant un écrit de société engagé, elle y mêle une dimension intimiste sur ses propres peurs refoulées, constitutives de l'identité juive. Et aussi sur son refus, sa peur de se dire juive. On y décelle un beau portrait de la première vague d'immigration, qui à force d'efforts et de refoulement de leur culture, se sont assimilés.

Le prétexte romanesque, une personne arrêtée par erreur, n'est pas sans rappeler les récits de Kafka ou encore le terrible Monsieur Klein de Joseph Losey.

Un récit coup de poing très bien mené.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Marc Lefrançois 18/12/2008 16:02

Bonjour! Je suis encore plus récent que vous dans l'univers des blogs car je viens juste de le créer (enfin, il y a dix jours). Pouvez-vous me dire comment vous avez fait pour apparaître aussi rapidement sous google? J'essaye de faire parler du mien mais ce n'est pas évident. Est-ce que vous pourriez me mettre dans vos liens? Sinon, si vous avez l'occasion de lire mon dernier roman (Botticelli code) ce serait sympa d'en faire ici une critique...MerciMarc