Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Passion des livres
  • : Les coups de coeur de mes lectures. Venez découvrir des classiques, des romans français ou étrangers, du policier, du fantastique, de la bande dessinée et des mangas...et bien des choses encore !
  • Contact

Bienvenue sur mon Blog !




Internautes lecteurs, bonjour !

J'ai découvert l'univers des blogs très récemment. Je suis bibliothécaire et mon métier est donc de faire partager ma passion. Voici donc mes coups de coeurs et n'hésitez pas à me faire partager les vôtres !

Je vous parlerai surtout de littérature française et étrangère contemporaine sans oublier bien sûr mes classiques préférés...

Une rubrique est également réservée aux lectures pour adolescents ainsi qu'à la BD et aux mangas.

Bonne lecture !

 

 

Recherche

5 octobre 2008 7 05 /10 /octobre /2008 15:17

PREMIER ROMAN

Les graffitis de Chambord

Editions Grasset, 2008

Voici un premier roman tout en sensibilité, savamment composé, sur la mémoire et l'oubli. Lorsque j'ai lu ce titre, je n'ai pu m'empêcher de le rapprocher du Secret de Philippe Grinbert. L'intrigue est bien sûr très différente mais il y a également cette réflexion les secrets familiaux oubliés qui ressurgissent par hasard, les secrets liés à la Shoah et à la Seconde Guerre Mondiale.

Le roman fait alterner trois voix, à trois époques différentes.

De nos jours, Trévor, vieux célibataire, semble être en fantôme  sans attache. Il erre dans son appartement cossu de Paris ; rien ne semble l'émouvoir, le toucher. Ses parents viennent de mourir, mais il ne sait rien de ses grands-parents. Un être sans attache, sans passé, sans origine...Un jour, il reçoit une mystérieuse enveloppe mais tarde à l'ouvrir...Nous ne saurons qu'à la fin ce qu'elle contient...

Roman à énigmes donc...Une  autre voix, Simon, prend la parole après la Guerre en 1948. "Le vieux juif de Chambord" l'invite dans le château pour lui parler de son père Isaac.

Enfin, entre les portraits de Trevor et la voix de Simon, le récit racontant la vie d'Isaac dans le réseau de résistance de Chambord...

Petit à petit, les trois histoires entrent en écho et le lecteur comprend peu à peu les liens qui unissent Trevor, Isaac et Simon...

Au centre de ce beau roman, une ode à la mémoire familiale, bien sûr, une réflexion profonde sur l'importance du  nom qui crée l'identité (Trevor ne comprend pas pourquoi il porte un nom américain), sur la transmission familiale (l'importance de "souche"Si Trevor est un être fantomatique, insensible, c'est parce qu'il y a des zones d'ombre dans son passé familial, il y a un "trou" qui le perturbe et l'empêche d'éprouver le monde.

Il y a aussi une magnifique réflexion sur la mémoire culturelle. Ici, pas d'évocation des fours crématoires mais comme dans Fahrenheit 451, des livres qu'on brûle, des écrivains sans livre et pour sauver la mémoire, des oeuvres d'art comme La Joconde ou La Vénus de Milo que l'on transporte du Louvre à Chambord pour sauver le patrimoine de l'humanité. Les graffitis sont une ode à la culture littéraire et artistique ; ils font référence aux centaines d'inscriptions qui sont gravés sur les murs de Chambord. Magnifique passage où le réseau de Chambord inscrit au burin des extraits de textes littéraires ou philosophiques pour que rien ne s'oublie ....

Le tout transmis sans une écriture très sensible, sans pathos, sans fioritures. Les phrases sont  courtes, très rythmées. Olivia Elkaïm convoque tous les sens ; les personnages sont souvent par exemple associés à des parfums, à la texture d'un vêtement ...Les objets, la nature est décrite avec précision, mais fugitivement, afin de créer l'atmosphère requise...

Un jeune écrivain à suivre ...

"Nous étions pitoyables, vraiment, dans notre tentative vaine et folle, de vouloir sauver la littérature, la philosophie, les idées. Parfois, nous imaginions le pire, un monde sans plus rien de ce que nous avions connu, sans plus rien de ce que nous avions aimé, plus rien de ce que nous avions lu ou appris. Nous étions pitoyables. Avec un couteau, un burin, nous gravions les phrases qui nous avaient marquées, afin qu'elles restent quelque part, dans la pierre, sauvegardées pour l'éternité"

Partager cet article

Repost 0

commentaires