Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Passion des livres
  • : Les coups de coeur de mes lectures. Venez découvrir des classiques, des romans français ou étrangers, du policier, du fantastique, de la bande dessinée et des mangas...et bien des choses encore !
  • Contact

Bienvenue sur mon Blog !




Internautes lecteurs, bonjour !

J'ai découvert l'univers des blogs très récemment. Je suis bibliothécaire et mon métier est donc de faire partager ma passion. Voici donc mes coups de coeurs et n'hésitez pas à me faire partager les vôtres !

Je vous parlerai surtout de littérature française et étrangère contemporaine sans oublier bien sûr mes classiques préférés...

Une rubrique est également réservée aux lectures pour adolescents ainsi qu'à la BD et aux mangas.

Bonne lecture !

 

 

Recherche

28 mars 2006 2 28 /03 /mars /2006 10:32

ILE MAURICE - Littérature francophone

Moi, l'interdite

Editions Dapper, 2000

Ananda Devi est l'un des auteurs dont au a beaucoup parlé au salon du livre sur la littérature francophone.

Ne vous imaginez pas un livre exotique sur les beautés de l'île; il s'agit au contraire d'un petit roman très cruel sur la condition féminine.

"L'héroïne", née avec un bec de lièvre, est rejetée par sa famille car dans l'île, on s'imagine que les becs de lièvre sont porteurs de malédiction. Elle subit donc toutes sortes de vexation et va jusqu'à être enfermée dans le four à chaux du village. Dans ce four, elle va peu à peu perdre son humanité en se liant d'amitié avec des insectes et un chien. Puis elle va découvrir l'amour en la personne d'un marin marginal...mais ce bonheur sera de courte durée.

La cruauté du livre est contée avec une poésie immense. Tout d'abord, il y a la présence d'histoires légendaires grâce à l'affection de la grand-mère grenier (appelée comme car, paralysée, elle est aussi reléguée dans un grenier) qui raconte à sa petite fille l'histoire tragique d'un couple de princes indiens.

De même, l'histoire nous est racontée telle une légende: il n'y a pas d'indications temporelles, la narratrice se transforme peu à peu jusqu'à devenir une créature fantastique qui vit dans ses rêves.

L'écriture est magnifique et fait penser à une complainte : beaucoup d'images, de métaphores nous livrent le portrait d'une femme bafouée mais cependant très digne ; la laideur retombe sur son entourage très matérialiste qui ne pense qu'à se débarrasser des deux créatures marginales: la grand-mère paralysée et la fille au bec de lièvre. Le livre oppose ce matérialisme cruel aux dimensions légendaires des marginaux.

Je ne résiste pas à l'envie de vous faire lire les premières lignes du roman:

Les premières lignes

"Cette histoire couleur d'eau croupie n'a peut-être aucune réalité. Laissez-la s'écouler à travers la bonde de l'oubli. N'essayez- pas de la saisir. Elle parle de rêves déchus , et aurait un bruit de déchirure si l'on pouvait entendre le bruit secret des coeurs.

Ne prenez pas mal ce songe d'épines que je vous offre. Je suis celle dont on a chiffonné la voix et marqué le visage des griffures du regret. Je suis comme l'île qui chante sa propre mort. Cette violence n'est pas celle que l'on voit en soulevant un rideau : c'est celle d'un chair mise à nu"

La description de l'amour

" Ce qu'il a réveillé en moi de splendeur et d'étonnement, et brodé sur la trame misérable et noircie de ma peau d'arabesques de lumière. Il a percé de trous mon âme blindée contre le mépris du monde , afin d'y laisser entrer sa mâle chaleur et de toucher au plus mou, au plus doux, au plus désirable de ma personne, et je l'ai laissé faire"

Bonne lecture !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

anonyme 28/08/2008 22:32

Vous donnez vraiment envie de lire ce roman.j'espére pouvoir me le procurer dans les jours qui viennent.......