Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Passion des livres
  • : Les coups de coeur de mes lectures. Venez découvrir des classiques, des romans français ou étrangers, du policier, du fantastique, de la bande dessinée et des mangas...et bien des choses encore !
  • Contact

Bienvenue sur mon Blog !




Internautes lecteurs, bonjour !

J'ai découvert l'univers des blogs très récemment. Je suis bibliothécaire et mon métier est donc de faire partager ma passion. Voici donc mes coups de coeurs et n'hésitez pas à me faire partager les vôtres !

Je vous parlerai surtout de littérature française et étrangère contemporaine sans oublier bien sûr mes classiques préférés...

Une rubrique est également réservée aux lectures pour adolescents ainsi qu'à la BD et aux mangas.

Bonne lecture !

 

 

Recherche

19 août 2008 2 19 /08 /août /2008 12:28

ROYAUME-UNI - 1947

Sous le volcan

Editions Grasset, Les cahiers rouges

Incontestablement reconnu comme l'un des chefs d'oeuvre de la littérature anglo-saxonne du XXe siècle. Mais très souvent méconnu ou incompris.

Il est vrai que l'on entre pas facilement dans cette belle prose poétique mexicaine chahutée par l'ivresse de la tequila et du mescal.

Malcolm Lowry (1909-1957) reste justement célèbre pour ce roman culte ; sa vie fut marquée par un trio infernal : les voyages, l'alcool et la littérature. Souvent victime d'éthylisme avancé, il dut quitter plusieurs pays, comme le Mexique, pour violence commise sur autrui. Sa mort prématurée a pour origine son amour immodéré de l'alcool.

Sous le volcan, écrit entre 1936 et 1947, où il fut enfin publié, s'inspire de sa propre vie (en particulier son voyage au Mexique pour tenter de sauver son premier mariage), références autobiographiques qu'il mêle à de nombreuses références mythologiques, littéraires, musicales, historiques, philosophiques pour créer une trame symbolique très forte.

Malcolm Lowry définit son chef d'oeuvre comme une "Divine Comédie ivre". Il convient donc d'y voir davantage qu'une belle histoire d'amour ruinée par l'alcool.

Rappelons l'intrigue qui tient en 1 an, et exactement 12 mois, 12 heures et 12 chapitres. Le premier chapitre se déroule le jour des morts 1939, un an après les événements tragiques. Les 11 autres chapitres se déroulent sur une journée, dans la ville de Quauhnahuac, au Mexique, au pied de deux volcans mythiques et sont centrés sur le couple Geoffroy firmin/Yvonne qui s'est séparé un an plus tôt.

En ce jour des morts 1938, Yvonne revient après 1 de séparation. Le consul britannique Geoffroy Firmin expie une faute mystérieuse au Mexique ; il aurait laissé brûler vif des prisonniers allemands dans un vaisseau lors de la Première Guerre Mondiale ; marqué par cette faute originelle, il est à jamais marqué par ce péché et est exclu du paradis. Noyant ce remord dans le mescal et la tequila, le retour d'Yvonne semble être une promesse de retrouver le paradis perdu. Alors que ce même jour, il reçoit la lettre qui s'est perdue un an plus tôt où Yvonne lui déclamait son amour...Mais en ce jour de retrouvailles promises, le destin semble en avoir  décidé autrement...Alors que Firmin continue à se noyer dans l'alcool, Yvonne fait la connaissance de Hugh, le jeune frère de Firmin qui revient des combats de la guerre d'Espagne. Puis elle retrouve également son ancien amant, le cinéaste français Jacques Laruelle. Ensemble, ils vont
entamer une journée d'excursion autour du volcan et des gouffres du Mexique....

Cette Divine comédie ivre est l'histoire revisitée du paradis perdu. Tout au long de cette journée dramatique, l'auteur fait de multiples allusions à un jardin qu'il convient de ne pas détruire. Hors, il suffit de se souvenir du jardin de Firmin plein de broussailles et de feuilles mortes pour savoir que ce paradis est irrémédiablement perdu. Car, le couple est définitivement séparé comme le rappelle cette roche qu'ils observent tous les deux dans une vitrine, à jamais séparée en deux. La référence au mythe de l'androgyne est implicite ; pour retrouver l'unité,  le paradis perdu, il convient que le couple homme-femme se reforme. Mais les obstacles se succèdent, malgré la volonté indéniable des deux êtres. Obstacles de l'alcool, de la jalousie ou simplement des deux âmes individuelles.

Toujours est-il que si le paradis est perdu, il s'incarne dans le rêve d'Yvonne de s'établir avec Firmin dans une ferme sur pilotis au Canada, dans une île perdue. Ces descriptions, tel un vaste poème en prose, constitue sans doute les plus belles pages du roman ; Hymne aux paysages, à la nature verdoyante et lacustre, ce paradis n'est accessible que si le couple quitte Quauhnahuac.

Avant cela, il faudra traverser des étapes...Des jardins, des forêts des gouffres et des cantinas, ces célèbres débits de boissons mexicains. Autant de passages d'étape du fleuve des enfers ; l'auteur rappelle que sous le volcan, coule le Tartare...Firmin vit dans un enfer, celui du jardin détruit...

Dans cet univers brueghélien, tout respire la mort et la déréliction : nous sommes le jour des morts, les voyageurs croisent des morts sur leur chemin, l'image du gouffre est redondante. Enfer de l'amour perdu mais aussi de la charité perdue ; hormis Hugh qui veut changer le monde en intervenant pour sauver les républicains espagnols et sauver l'indien sur le chemin, Yvonne et Firmin incarnent l'égoïsme  (elle ne peut supporter de voir le sang et lui refuse d'intervenir); ce sont deux âmes solitaires qui ne parviennent pas à rejoindre autrui. ...

Enfer individuel mais aussi collectif ; car la déréliction d'Yvonne et de Firmin est corollaire au cataclysme espagnol ; c'est le grand mérite de Lowry d'annoncer le grand désastre...

Que dire de l'écriture ? Le délire éthylique fait penser à un long poème souvent difficile à comprendre mais tellement envoûtant. Ce texte d'une richesse inouïe mérite, je pense, plusieurs lectures, pour en apprécier toutes les références...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Alice aux pays des merveilles 19/05/2009 10:57

Salut, J'ai découvert ton blog il y a peu de temps et je l'apprécie beaucoup. En découvrant cet article sur Malcolm Lowry tu me fais très plaisir !! Je n'est pas encore lu ses livres mais ça ne saurait tarder. Ce que tu as écrit m'a encore plus donné envie de m'y mettre. Merci. Bonne continuation. Bises

Anne-Sophie 01/09/2008 12:52

Si ça t'intéresse, tu peux jeter un coup d'oeil là : http://www.lalettrine.com/article-16375563.htmlA bientôt,

Anne-Sophie 01/09/2008 00:01

Je suis complètement d'accord avec toi, ce texte est magnifique. Je te conseille, pas tout à fait dans le même genre, mais quand même : le son de ma voix de Ron Butlin. C'est une très bonne lecture également d'un auteur qui s'est inspiré de ce roman devenu un chef d'oeuvre.

Sylvie 01/09/2008 08:52


Je ne connais pas du tout ! Merci !


Priscillia 31/08/2008 22:22

Bonjour,Je passe en terminale L cette année et j'ai pour intention de travailler dans le metier du livre. Je me suis renseignée par-ci par-là cherchant des universités, etc quand finallement je me dit qu'il serait préférable de demander à une personne du métier. C'est alors que je m'adresse à vous et vous demande si vous pouviez me renseigner sur les etudes que vous avez faites aprés votre BAC, les avez vous trouvé particulièrement difficiles? ( si cela ne vous dérange pas biensûr). Pour que vos réponses restent confidentiels, pourriez-vous me répondre par e-mail.Par avance, merci.

Contre-feux 29/08/2008 17:25

Cher Sylvie, Connaissant et appréciant votre blog, nous
souhaitons vous présenter le site www.contre-feux.com, espace d'analyse et de débat pour mieux comprendre les problématiques
essentielles du temps présent. Nous collaborons avec un réseau de chercheurs et d'experts le plus
large possible. A l'occasion de la rentrée littéraire, nous vous proposons de publier
votre point de vue sur cet évènement : S'agit-il d'un simple coup marketing pour les éditeurs et les organes
de presse, ou d'une réelle manifestation de l'exception culturelle française ? Vous pouvez également nous envoyer vos critiques de livre, pour faire
découvrir à nos internautes un auteur, notamment étranger. Contre-feux a deux objectifs pour sa rubrique culture : faire découvrir
de nouveaux talents et créer le débat. Pour information, quelques articles publiés sur contre-feux : Un enfer nommé France Imre Kertész, la brume limpide Les Mémoires de Sollers : un très faux «Vrai
Roman» Notre format est le suivant : 5000 signes espaces compris pour une
analyse, avec court chapô et deux ou trois intertitres; 3000 pour un billet au style plus polémique, moins argumenté. Je reste à votre disposition pour toute information supplémentaire, Bien à vous, L'équipe de contre-feuxcontact@contre-feux.com