Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Passion des livres
  • : Les coups de coeur de mes lectures. Venez découvrir des classiques, des romans français ou étrangers, du policier, du fantastique, de la bande dessinée et des mangas...et bien des choses encore !
  • Contact

Bienvenue sur mon Blog !




Internautes lecteurs, bonjour !

J'ai découvert l'univers des blogs très récemment. Je suis bibliothécaire et mon métier est donc de faire partager ma passion. Voici donc mes coups de coeurs et n'hésitez pas à me faire partager les vôtres !

Je vous parlerai surtout de littérature française et étrangère contemporaine sans oublier bien sûr mes classiques préférés...

Une rubrique est également réservée aux lectures pour adolescents ainsi qu'à la BD et aux mangas.

Bonne lecture !

 

 

Recherche

8 juin 2008 7 08 /06 /juin /2008 12:24

TURQUIE

Le livre noir

Edition Gallimard "Du monde entier", 1995

Voici un roman envoûtant, mystérieux, labyrinthique sur la ville d'Istanbul et la civilisation turque. Nous avons l'impression de pénétrer dans un livre insaisissable, sans fin.

L'intrigue prend à la fois des allures d'intrigue policière et de roman d'apprentissage, de découverte de soi.
Le point de départ est simple : Galip, un jeune avocat, part à la recherche de Ruya, sa femme , qui a disparu. Est-ce un jeu ? Ou au contraire, un drame ?

Galip part à sa recherche dans les ruelles d'Istanbul en tentant de retrouver également Djelal, le demi-frère de Ruya, un célèbre journaliste. Mais celui-ci semble avoir aussi disparu.
Galip va se plonger dans les différents écrits et chroniques de Djelal. Ce dernier étant un adepte du houroufisme, secte religieuse qui affirme que tout est signe et symbole, et qui cherche à découvrir des secrets derrière chaque lettre et chaque visage. Galip va donc chercher dans chaque texte, dans les visages du peuple d'Istanbul, dans les maisons, les ruelles, le secret de la disparition de ces deux êtres.

A la manière d'une grande fresque tels Les Mille et une nuits,les personnages foisonnent, les intrigues se répondent les unes aux autres. Les chapitres montrant la déambulation de Galip dans les ruelles d'Istanbul alternent avec ceux des chroniques de Djelal.

Réflexion sur l'identité humaine en même temps que sur l'identité turque, ce roman foisonne de références historiques, littéraires, religieuses. Le leitmotiv central est "être si-même". Mais ce projet est vain lorsque l'on sait que tout le monde rêve d'être un autre et que la civilisation turque cherche à imiter l'occident.

Comment être vraiment soi-même ? Qui suis-je en tant qu'individu ? C'est tout le secret recherché du livre. On rêve d'être quelqu'un d'autre, on le devient progressivement en s'oubliant. Même les écrivains, les sultans, les stars de cinéma cherchent à imiter quelqu'un d'autre. Comment redevenir soi-même ?

On retiendra de ce roman une magnifique réflexion sur l'image et le regard. Si tout est signe, symbole, il faut chercher à décrypter le secret caché derrière chaque chose, derrière chaque visage, chaque texte. Tout est énigme, le roman y compris.

Le cinéma occupe une place de choix dans la réflexion du roman : le narrateur, aussi bien que Djelal sont passionnés de cinéma ; mes ces images sublimes, les stars sont accusées d'avoir fait perdre sont identité à la population turque. Lorsque chacun se met à imiter les gestes occidentaux du cinéma, on perd son moi profond et toute la tradition d'un pays...

On retiendra également une description très noire d'Istanbul : les rues sont boueuses, enneigées, sales et les passants sont tristes et mélancoliques. L'écrivain se met en phase avec la doctrine apocalyptique du houroufisme sur la fin des civilisations. Istanbul se meurt car l'on a perdu le secret des êtres et des choses. Il suffit de partir à leur quête pour réveiller la ville...

Un roman difficile, qui souvent nous échappe comme un labyrinthe infini. Mais quel plaisir ! Nous avons l'inpression de partir à la découverte de nous-mêmes, de la civilisation turque et en même temps de lire un roman à énigmes !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Meg 13/05/2010 16:16



Roman envoûtant qui donne l'impression d'être dans un labyrinthe : celui de la ville d'Istanbul, celui du passé du protagoniste, celui de Djélal, celui du passé de la Turquie. Tout se
superpose- comme les 3 plans qui finissent par dessiner un visage de vieillard - , s'empile - et l'auteur de faire des énumérations, des listes. C'est complexe comme un canevas, comme une coupe
géologique où les strates apparaissent par superposition. Les chapitres sur le hourifsme sont magiques et rappellent les recherches de F. de Saussure sur le code secret de la langue. A
plusieurs reprises, ce roman m'a fait penser Istanbul le récit autobiographique de Pamuk. Il faut avoir du temps pour se plonger dans ce roman et ne pas altérer le charme qui naît au fur
et à mesure de la lecture.



clarinette 13/06/2008 09:27

J'ai essayé de le lire il y a quelque temps. J'ai abandonné au bout d'une vingtaine de pages. Je ne suis pas rentrée "dedans"...J'ai du passer à côté de quelques chose !

kathel 11/06/2008 09:31

J'avais bien aimé "Neige" du même auteur, bien que lui ayant touvé quelques longueurs... Ton billet me donne envie de lire celui-ci.