Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Passion des livres
  • : Les coups de coeur de mes lectures. Venez découvrir des classiques, des romans français ou étrangers, du policier, du fantastique, de la bande dessinée et des mangas...et bien des choses encore !
  • Contact

Bienvenue sur mon Blog !




Internautes lecteurs, bonjour !

J'ai découvert l'univers des blogs très récemment. Je suis bibliothécaire et mon métier est donc de faire partager ma passion. Voici donc mes coups de coeurs et n'hésitez pas à me faire partager les vôtres !

Je vous parlerai surtout de littérature française et étrangère contemporaine sans oublier bien sûr mes classiques préférés...

Une rubrique est également réservée aux lectures pour adolescents ainsi qu'à la BD et aux mangas.

Bonne lecture !

 

 

Recherche

9 février 2006 4 09 /02 /février /2006 21:26

Gallimard 1926

Jules Supervielle (1884-1960) est l'un des plus grands poètes de ce siècle. Né en Uruguay, il partagea sa vie entre ce pays et la France. On lui doit des recueils de poèmes, des contes, des romans et des pièces de théâtre.

Bien qu'il ait créé pendant la période d'éclosion du surréalisme, il ne fit jamais partie du mouvement. Je vous invite à découvrir sa biographie et sa bibliographie sur le site de notre ami Gentle:

http://poetique.over-blog.com/article-1716656.html

Je viens pour ma part de lire l'un de ses romans, Le voleur d'enfants qui fut aussi adapté au cinéma et en pièce de théâtre avec Marcello Mastroianni.

Voici l'histoire: Philémon Bigua,un colonel d'origine sud-américaine est en exil à Paris avec sa femme. Le couple étant stérile, il se porte au secours des enfants malheureux en les "volant" à leurs parents. Les enfants volés sont accueillis comme des rois. Un jour, il recueille sous la pression du père alcoolique une belle jeune fille qu'il adopte. Cette dernière va venir perturber la vie bien rangée de ce couple hors la loi....La jalousie va s'installer entre le père adoptif et les fils adoptés...

Le génie de Supervielle trouve son origine dans le fait que nous avons au début l'impression de lire une farce burlesque ou un conte : les parents donnent volontiers leurs enfants, la maison du colonel ressemble à une pouponnière. Cette partie n'est pas sans évoquer l'oeuvre de Queneau.

Puis l'élément perturbateur s'installe sans que l'auteur change de ton puis la tragédie finit par arriver. La prose est d'une simplicité exemplaire ce qui ne retire en rien le talent de conteur de Supervielle.

Nous retrouvons également la double culture de Supervielle puisque le colonel Bigua parle constamment de la pampa et des estancias sud-américaines.

Un petit roman à connaître, qui ne ressemble à aucun autre.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

JU 19/04/2016 19:50

JE VEUX RÉSUMÉ!!!! S'IL VOUS PLAîT!!!

Jacky 30/04/2010 20:07



Je viens de terminer la lecture de "Le voleur d'enfants". J'ai aimé mais ne me suis rendu compte qu'il s'agissait d'une oeuvre importante qu'à partir de la centième page (sur 212) environ.
Supervielle traite avec beaucoup de pudeur et de retenue un sujet délicat, puisqu'il s'agit de l'amour que peut porter un adulte vieillissant à une toute jeune fille. Et cela, sous forme d'un
conte tout de même dérangeant puisque la jeune fille n'aurait pas dû accorder son pardon à Joseph. Enfin peut-être pas puisque cette histoire ne se veut pas leçon de morale...



gentle13 10/02/2006 10:07

Bien sûr sylvie, d'ailleurs à ce sujet j'ai déjà écris un article sur lui, je connais l'éloge qu'il a écrit en 1911 dont voici un extrait :
Puis ces mouches, cette sorte de mouches, et le dernier étage du jardin...On appelle. J'irai...Je parle dans l'estime.
- Sinon l'enfance, qu'y avait-il alors qu'il n'y a plus?
Plaines ! Pentes ! Il y avait plus d'ordre ! Et tout n'était que règnes et confins de lueurs. Et ombreset la lumière étaient le plus près d'être une même chose...Je parle d'une estime...Aux lisière le fruit pouvait choisir sans que la joie pourît au rebord de nos  lèvres..
Ceci est une célébration de l'enfance. Pour Alexis Leger(alias Saint-John Perse) Il a une haute conception du langage poétique, alors que certain comme Francis Ponge ne conçois le poéte que comme un artisan.
Amité
Paul