Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Passion des livres
  • : Les coups de coeur de mes lectures. Venez découvrir des classiques, des romans français ou étrangers, du policier, du fantastique, de la bande dessinée et des mangas...et bien des choses encore !
  • Contact

Bienvenue sur mon Blog !




Internautes lecteurs, bonjour !

J'ai découvert l'univers des blogs très récemment. Je suis bibliothécaire et mon métier est donc de faire partager ma passion. Voici donc mes coups de coeurs et n'hésitez pas à me faire partager les vôtres !

Je vous parlerai surtout de littérature française et étrangère contemporaine sans oublier bien sûr mes classiques préférés...

Une rubrique est également réservée aux lectures pour adolescents ainsi qu'à la BD et aux mangas.

Bonne lecture !

 

 

Recherche

16 décembre 2005 5 16 /12 /décembre /2005 19:59

Editions POL,1996

Valère Novarina est une voix unique dans la littérature française contemporaine. A la fois photographe, peintre, cinéaste et dramaturge, ses pièces ne cherchent pas à signifier le monde mais à honorer le langage poétique.

Voici la trame principale du Repas : une centaine de personnages burlesques se réunissent pour dévorer le monde: parmi eux, l'avaleur jamais plus, le mangeur d'ombre, l'enfant d'outre bec, la mangeuse ouranique , Jean qui dévore corps et L'homme mordant ça. Ces derniers se décident à manger le monde. Mais en dévorant le monde, ils réfléchissent sur la condition humaine: "lorsque nous mangeons, nous échangeons des choses mortes contre du vivant. Manger, c'est échanger la vie", "Nous dévorons le monde mais le temps nous dévore".

L'absurdité de la vie humaine est un prétexte pour énumérer sans fin des phrases et inventer des mots : le principe de ce théâtre est l'énumération de mots inventés (ici, des aliments): "nous mangeons des ramasilles, dec l'abonde, de la rapée et des aglands; beauseigne ! nous mangeons des banaches, des beluches, des babets, des barabans......". Le langage semble être la seule réalité du monde ce qui n'est pas sans rappeler le théâtre de Beckett.

Parler pour remplir le vide de la vie... Présence du burlesque mais aussi réflexion subtile sur la condition humaine...

Lecteurs rationnels, passer votre chemin... Par contre, Novarina, en oubliant la recherche du sens, réconcilie théâtre et invention poétique.

La parole de Novarina est à entendre. Mais il faut attendre la prochaine adaptation !

Partager cet article

Repost 0
Published by Sylvie - dans Théâtre
commenter cet article

commentaires