Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Passion des livres
  • : Les coups de coeur de mes lectures. Venez découvrir des classiques, des romans français ou étrangers, du policier, du fantastique, de la bande dessinée et des mangas...et bien des choses encore !
  • Contact

Bienvenue sur mon Blog !




Internautes lecteurs, bonjour !

J'ai découvert l'univers des blogs très récemment. Je suis bibliothécaire et mon métier est donc de faire partager ma passion. Voici donc mes coups de coeurs et n'hésitez pas à me faire partager les vôtres !

Je vous parlerai surtout de littérature française et étrangère contemporaine sans oublier bien sûr mes classiques préférés...

Une rubrique est également réservée aux lectures pour adolescents ainsi qu'à la BD et aux mangas.

Bonne lecture !

 

 

Recherche

12 décembre 2005 1 12 /12 /décembre /2005 10:16

Editions de l'Arpenteur, 1999

Si vous ne connaissez pas Autin-Grenier, ouvrez vite ses oeuvres ! C'est l'auteur français le plus impertinent que je connaisse ! Son oeuvre est vraiment unique et drôle dans le paysage assez triste de la littérature française contemporaine.

Ce titre rassemble de petits textes de quatre ou cinq pages alliant les poèmes en prose, les nouvelles, les récits et surtout de courts récits d'autofiction. Mais attention, il ne s'agit pas de l'autofiction que nous connaissons , sérieuse et prétentieuse, très pessimiste.

A chaque page, Autin-Grenier pratique l'humour, l'ironie et surtout l'autodérision. Le titre, déjà, annonce la couleur. Autin Grenier est l'anti-héros par excellence (l'un de ses titres s'appelle d'ailleurs Je ne suis pas un héros) qui passe ses journées à somnoler, déguster de l'andouillette et du vin et à se promener pour croquer de petits portraits en prose. Il demande qu'une chose: qu'on le laisse tranquille !

Il se présente ainsi à la page de titre: "Il se promène pour le moment entre la quarantaine rugissante et une cinquantaine bonhomme sur la brèche cependant et prêt à grimper sur la barricade" et dédie son livre à son chien !

La premier titre est significatif: Je n'ai pas grand chose à dire en ce moment !. Ce pas grand chose est magnifique et très drôle:il s'imagine que sa lutte contre la cigarette ressemble à une locomotive du Far-West luttant contre les Indiens, refuse qu'il devienne moulinette à légume et liquide vaisselle, veut se transformer en nègre pour refuser de devenir une andouillette qui attache au fond et a une érection lorsqu'il entend Arlette Laguiller à la radio !!

A l'humour, s'ajoute une bonne dose d'anarchisme: il n'hésite pas à comparer ses voisins à des porcs et crie "Vive Arlette !" à la fenêtre. Dans ses textes, il défend l'indépendance et l'impertinence du poète face à la médiocrité et la bonne conscience ambiante.

Le tout agrémenté par une langue magnifique utilisant brillamment la métaphore sans oublier le parler populaire. Ce livre est drôle, très drôle; je ne résiste pas à vous livrer quelques extraits:

En parlant de sa mère

"Lessivée, elle parvient à s'allonger, déformée et toute de traviole, sur son divan. C'est un lavis tragique d'Egon Shiele aperçu jadis à l'Albertina de Vienne. C'est de ce charnier que je viens , pour tenter sans espoir de gagner les étoiles"

Une parodie des poèmes en prose de Baudelaire

"Un jour comme ça, cerné par ce paysage trop étroit, je partirai...A sans cesse savonner les parquets, dégraisser les gamelles , je te préviens: tout déborde, explose et bientôt, je file à la ville chanter bêtement des chansons décadentes dans les cabarets russes ...A moi Baudelaire, musiques foraines, frites en cornet à la bonne franquette! J'étais poète et me voici maintenant tenant moulinette à légumes, détergent biodégradable, ...Trop, c'est trop, je pars !"

Le rêve du nègre

"Vraiment, le petit poète blanc aurait préféré être un grand nègre et cabrioler aux trois quats nus dans les traboules en savanes dans l'intimité des zébus et la frayeur des éléphants , plutôt qu'être né de cet occident moqueur et roturier qui compte et recompte ses privilèges dans l'arrière-salle d'une boutique depuis longtemps naufragée"

L'homme andouillette

"Alors, tout d'un coup, je me suis senti comme une andouillette abandonnée par ses parents. Et par l'humanité toute entière. Seul dans un poêlon oublié sur le gaz au creux duquel le beurre commencerait à brûler. Je réclamai une lichette de vin blanc pour adoucir cette douleur d'être né, aussi ce grésillement nauséabond de la vie autour de moi."

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Mapie 15/12/2005 13:04

Rien que le titre donne envie d'ouvrir le livre et d'aller voir si tout est aussi truculent !!