Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Passion des livres
  • : Les coups de coeur de mes lectures. Venez découvrir des classiques, des romans français ou étrangers, du policier, du fantastique, de la bande dessinée et des mangas...et bien des choses encore !
  • Contact

Bienvenue sur mon Blog !




Internautes lecteurs, bonjour !

J'ai découvert l'univers des blogs très récemment. Je suis bibliothécaire et mon métier est donc de faire partager ma passion. Voici donc mes coups de coeurs et n'hésitez pas à me faire partager les vôtres !

Je vous parlerai surtout de littérature française et étrangère contemporaine sans oublier bien sûr mes classiques préférés...

Une rubrique est également réservée aux lectures pour adolescents ainsi qu'à la BD et aux mangas.

Bonne lecture !

 

 

Recherche

14 novembre 2005 1 14 /11 /novembre /2005 00:00

Gallimard, 1996

Voici une œuvre bien étrange signée de mon écrivain favori, Sylvie Germain. Si vous aimez la philosophie et le mysticisme avec un brin de fantastique, ce roman étrange est pour vous !

 

Le roman se déroule à Prague et met en scène Ludvik, un homme désabusé par la vie qui vient de vivre un rupture amoureuse. Ayant longtemps vécu à l’Ouest, il décide de revenir dans son pays d’origine. Exerçant le métier de traducteur, il retrouve son vieux maître Joachim qui lui a transmis l’amour des mots. Mais le destin et le temps les a séparés ; il retrouve un homme à l’article de la mort qui semble sujet à des tourments très étranges…Devenu un homme égoïste, il ne s’en soucie guère et vaque à ses occupations quotidiennes.

 

Puis de jours en jours, il assiste à des phénomènes étranges : un libraire, une femme de ménage, un jeune enfant l’interpellent et lui tiennent des propos étranges sur la vie et la symbolique du sel…D’abord abasourdi, il se laisse peu à peu bercé par cette ambiance d’irréalité. Puis il apprend que son ami est décédé.

 

Et si ce vieil homme avait la possibilité d’influencer sa vie outre-tombe ? Il reçoit une lettre bien étrange. ..

 

Il s’agit avant tout d’une magnifique histoire d’amitié défiant l’âge et le temps ainsi qu’une belle histoire de rédemption ; Ludvik ressortira transfiguré de cette avanture, ayant compris le véritable sens de la vie, la force de vaincre son dégoût de la vie et son égoïsme.

Le texte est parsemé de passages bibliques et de légendes hassidiques comme ce joli conte qui dit que lorsque deux personnes se rencontrent, deux étoiles dans le ciel forment un ange…

 

Il s’agit d’un beau roman humaniste qui délivre un message de vie : les passages sur la symbolique du sel sont assez hermétiques mais je crois qu’au-delà de la totale compréhension, le lecteur est happé par l’atmosphère ésotérique du texte…

Partager cet article

Repost 0

commentaires

anne marie boulanger 08/03/2008 00:29

Plagiat ? I Muvrini / Sylvie Germain.   JFB : page 46, Umani. Je me souviens de lui, un être sobre en majesté qui semblait converser avec le vent, face à la mer dans le déclin du jour. Il semblait habiter le temps avec patience avec la solitude d’un arbre, traînant sans fin des songes sous son écorce usée .   SG : page 15, page 16 , Eclats de sel. Un hêtre sobre en majesté qui conversait avec le vent, avec le vide, avec sa propre ombre, dans le déclin du jour.. ..Il habitait le temps avec ténacité,avec patience, tramant sans fin des songes sous son écorce grise,tissant et enlaçant les fils ligneux de sa mémoire séculaire.   JFB : page 46, Umani. Dans mon enfance, j’avais voué à cet homme-là une admiration si vive que je l’avait considéré comme un père second, un père diagonal qui m’aurait remis au monde. Je l’écoutais avec ferveur.   SG : page 18, Eclats de sel. …Ludvik avait voué à cet homme une admiration si vive qu’il l’avait considéré comme un père second, un père diagonal, qui l’avait remis plus pleinement ou du moins autrement , au monde …   JFB : page 47, Umani. Il était un nomade, mais de la race des nomades immobiles, ceux pour qui la moindre fleur est un jardin, ceux pour qui la moindre goutte d’eau est une source, ceux pour qui un vieux portrait accroché au mur est un pays aux étendues illimitées.   SG : page 18, Eclats de sel. …Joachim Brum, avait été un nomade, de la race des nomades immobiles, ceux pour lesquels la moindre fleur s’ouvre en jardin, une goutte d’eau contient un fleuve, le tremblement d’une ombre ou d’une lueur sur un mur se fait une invitation au rêve ; ceux pour lesquels un tableau est un pays aux étendues illimitées…