Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Passion des livres
  • : Les coups de coeur de mes lectures. Venez découvrir des classiques, des romans français ou étrangers, du policier, du fantastique, de la bande dessinée et des mangas...et bien des choses encore !
  • Contact

Bienvenue sur mon Blog !




Internautes lecteurs, bonjour !

J'ai découvert l'univers des blogs très récemment. Je suis bibliothécaire et mon métier est donc de faire partager ma passion. Voici donc mes coups de coeurs et n'hésitez pas à me faire partager les vôtres !

Je vous parlerai surtout de littérature française et étrangère contemporaine sans oublier bien sûr mes classiques préférés...

Une rubrique est également réservée aux lectures pour adolescents ainsi qu'à la BD et aux mangas.

Bonne lecture !

 

 

Recherche

25 juillet 2007 3 25 /07 /juillet /2007 17:30

1937



 

 




Editions Gallimard, collection L'imaginaire

Voici l'un des tout premiers romans de Raymond Queneau, l'auteur de Zazie dans le métro. Il s'agit d'un récit autobiographique qui règle ses comptes avec la doctrine surréaliste et André breton. On se souvient que Queneau a fait partie un temps de l'aventure surréaliste et, qu'au nom, de la liberté de l'esprit, il claqua la porte !

Il s'agit tout d'abord d'un récit satirique qui règle ses comptes avec le sectarisme des surréalistes et des communistes. Queneau y apparaît dans la peau d'un jeune mathématicien un peu paumé qui revient de l'armée et, bien qu'ayant sympathisé avec des potes communistes et anarchisants, hésite à s'engager. Il vit donc des subsides de son oncle fortuné et hésite également à s'engager dans le mariage après avoir rencontré la dite Odile. 

L'histoire est très simple donc ; on apprécie surtout l'humour à toute épreuve de l'auteur. Les surréalistes/communistres règlent leurs comptes entre différentes sectes et mouvances à coup de tracts et d'excommunication. On pénètre dans un bar où l'esprit de Lénine nous parle ! Mais alors : peut-on être adepte du spiritisme et communiste en même temps ? On sait bien que pour Marx, la religion est l'opium du peuple !
La scéance de spiristisme est vraiment un grand moment ! On retrouve le goût de Queneau pour les mathématiques (le narrateur s'interroge sur de multiple théorie bien compliquées !) et surtout son amour de la langue et des jeux de mots. Il s'amuse ainsi à énumérer les différentes sectes et groupuscules que veut rassembler un copain !

Voici un savoureux extrait de cet inventaire :

"les polysystématiseurs

les co-matérialistes phénoménophiles

les télépathiciens dialecticiens

...les spirites incubophiles

les révolutionnaires assymétriques purs

les polypsychistes intolérants ....

On apprécie également une savoureuse description de la vie parisienne de la jeunesse des années 30 : discussion dans les cafés de Montmartre par exemple.

Ce roman, dénonciation de tout sectarisme, est aussi un roman d'apprentissage : le personnage y apprend peu à peu la liberté en refusant de s'allier à tel ou tel parti  et il trouve sa voie dans l'amour !

Une lecture d'été bien rafraichissante !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

sylvain 24/06/2010 19:01



Oui, certes poétique, mais... Quel était donc ce roman qui se déroulait sur une péniche ?



Luca 20/09/2007 21:53

Ça devrait être vraiment très intéressant… j’aime beaucoup les jeux de mots et les sujets absurdes comme dans la pièce théâtrale « La Cantatrice Chauve » par Eugène Ionesco, tu l’as lu ?  Maintenant, je suis en train de lire « Zazie dans le métro », qu’est-ce que tu en penses ? Luca