Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Passion des livres
  • : Les coups de coeur de mes lectures. Venez découvrir des classiques, des romans français ou étrangers, du policier, du fantastique, de la bande dessinée et des mangas...et bien des choses encore !
  • Contact

Bienvenue sur mon Blog !




Internautes lecteurs, bonjour !

J'ai découvert l'univers des blogs très récemment. Je suis bibliothécaire et mon métier est donc de faire partager ma passion. Voici donc mes coups de coeurs et n'hésitez pas à me faire partager les vôtres !

Je vous parlerai surtout de littérature française et étrangère contemporaine sans oublier bien sûr mes classiques préférés...

Une rubrique est également réservée aux lectures pour adolescents ainsi qu'à la BD et aux mangas.

Bonne lecture !

 

 

Recherche

10 juillet 2007 2 10 /07 /juillet /2007 23:23
Norvège, 1946

$titre - $auteur

Editions Flammarion

Tarjei Vesaas (1897- 1970) est l’un des plus grands écrivains norvégiens de ce siècle ; il fut à la fois poète, dramaturge et romancier.

La blanchisserie met en scène des couples qui se déchirent pour une histoire de jalousie. Dans un décor tout de blancheur, la noirceur des âmes va se révéler…

Dans une blanchisserie dont il est propriétaire, Tander va être attiré par la beauté de Vera, l’une de ses jeunes employées, elle-même courtisée par Jan, un jeune bûcheron. L’épouse de Tander surprend cette attirance et sur un coup de tête, marque une inscription infâmante dans la rue : Personne ne s’est jamais intéressé à Johan Tander.

Tander est persuadé que cette infamie vient de Jan et se prépare à le tuer pour se venger…

Quiproquos, honneur bafoué, passion, vengeance : les rancoeurs, les bassesses humaines se déploient dans le lieu de la blancheur lustrale, dans l’endroit où l’on lave le linge sale. Et tout l’art de Vesaas réside dans ce jeu de clair-obscur terrible : pour éviter la honte, Tander effacera l’inscription la nuit venue et attend le soir pour se venger. A la blancheur du linge, s’oppose la nuit qui tombe peu à peu sur le paysage et sur les cœurs…

L’âme semble être attirée par ce lieu de pureté : ainsi, le vieux Krister, mourant, souhaite s’allonger près de l’étendoir pour finir ses jours ; il ira jusqu’à voler une chemise blanche pour se recouvrir d’une voile de blancheur.

Avec la nuit qui s’approche, arrive le temps des règlements de compte, de la vengeance. L’obscurité amène le déchaînement des passions.

Tout se déroule en une journée ; l’écriture est rapide, concise ; le temps présent accélère la dramatisation.  Unité de lieu, de temps, d’action : nous ne sommes pas loin de la tragédie classique. Avec le cheminement du vieux Krister qui se cherche l’endroit idéal pour dormir, Vesaas livre une chronique d’une mort annoncée…

Je vous laisse découvrir le premier paragraphe pour vous faire découvrir cette étrange atmosphère : 

« Comme animé d’une force propre, presque luminescente, le linge blanc accroché aux fils ressort dans la pénombre estivale. Exposé à la rosée de la nuit et aux premiers rayons du soleil.

Il y a ici une petite ville autour de laquelle se sont agglutinées de nouvelles bourgades. Et c’est en contrebas de l’ensemble que se trouve la laverie, là où s’effectue l’étrange besogne.

L’obscurité s’épaissit. Les lumières environnantes s’éteignent une à une. Mais ici, il ne fait pas vraiment sombre car de l’étendoir émane une lueur de plus en plus vive que l’effet destructeur de la nuit rend spécialement précieuse »

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Thierry B 01/02/2009 11:13

Pour tester une librairie, je regarde toujours s'ils ont des livres de Vesaas, ce qui est très rare. J'ai lu "la blanchisserie", "les oiseaux" et "palais de glace", tous trois très bien, dans des registrs très différents : "palais de glace" est plein de mystère, presque fantastique, "les oiseaux" est un très grand roman, plein de nature et de symboles.

Sylvie 02/02/2009 10:56


Je n'ai pas encore lu Palais de glace.....


Cleanthe 03/02/2008 09:59

Je découvre votre blog et je constate avec plaisir que nous partageons de nombreux coups de coeur littéraires. Je crois que je vais être assidu à vous lire. Vesaas est un auteur que j'adore. Comme chez beaucoup d'écrivains scandinaves, on retrouve la fascination de la nature et du mystère qu'elle enveloppe, la brutalité des relations humaines perçant comme par en dessous de relations sociales lissées à l'extrême et une grande attention au regard des marginaux, des enfants, des fous. Mais là où il va le plus loin, c'est dans cet art qu'il a de ne presque pas en dire, tout devenant signe dans son écriture d'un drame en train de se jouer, mais jamais explicitée: le mouvement d'un linge séchant sur son fil, un vol d'oiseaux sauvages, et surtout les mots, les mots qu'emploient les personnages et qui sont fréquemment des mots piégés, révélant une intensité des sentiments - des sentiments interdits! - qu'aucun d'eux ne cherche à approfondir, parce qu'il y a des choses, on le sent, dont il vaut mieux ne pas parler. Connaissez-vous les autres livres de Vesaas? J'aime un peu moins les nouvelles (Le Vent du nord). Mais Les Oiseaux sont admirables; et Palais de glace sublime.

Sylvie 03/02/2008 15:37

J'ai lu les Oiseaux, un très beau souvenir. Et il faut absolument que je lise Palais de glace. Merci du conseil et de cette critique si fine !

katell BOUALI 12/07/2007 20:00

Comme je ne connais de la Norvège littéraire que les romans plociers, je note ce titre qui me semble bien intéressant!

Sylvie 14/07/2007 13:03

Tu peux regarder ma catégorie "Littérature scandinave" ! Il y a vraiment de "bons crus" : Selma Lagerlof et Sigrid Undset, ainsi qu'Ibsen. De très grands classiques