Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Passion des livres
  • : Les coups de coeur de mes lectures. Venez découvrir des classiques, des romans français ou étrangers, du policier, du fantastique, de la bande dessinée et des mangas...et bien des choses encore !
  • Contact

Bienvenue sur mon Blog !




Internautes lecteurs, bonjour !

J'ai découvert l'univers des blogs très récemment. Je suis bibliothécaire et mon métier est donc de faire partager ma passion. Voici donc mes coups de coeurs et n'hésitez pas à me faire partager les vôtres !

Je vous parlerai surtout de littérature française et étrangère contemporaine sans oublier bien sûr mes classiques préférés...

Une rubrique est également réservée aux lectures pour adolescents ainsi qu'à la BD et aux mangas.

Bonne lecture !

 

 

Recherche

Archives

30 octobre 2005 7 30 /10 /octobre /2005 00:00

ETATS-UNIS

Date de parution: 1949

Voici le roman le plus célèbre d'Ernest Hemingway avec Le vieil homme et la mer. L'action se déroule lors de la Première Guerre Mondiale sur le front italien. Le héros , Frédéric Henry (l'auteur lui-même) , jeune américain volontaire dans les ambulances, est grièvement blessé à la jambe. Lors de son hospitalisation, il fait la connaissance d'une jeune infirmière anglaise, Catherine Barkley. L'histoire d'amour commence ...

Après quelques semaines d'idylle clandestine, il repart sur le front. Lors de la retraite de l'armée italienne, il déserte. C'est l'adieu aux armes et le retour vers Catherine. Pour fuir les douaniers et l'armée, il traverse le lac de Côme et rejoigne la Suisse, pays neutre. Mais le destin finira par les rejoindre...

Ce roman est d'abord un magnifique récit d'apprentissage: au début de l'histoire, Frédéric croit uniquement à l'engagement envers la patrie. Il se refuse à aimer... A la fin, il a compris l'absurdité de la guerre et préfère déserter. L'adieu aux armes est le roman du désenchantement de la jeune génération américaine dans les années 20: tout comme John Dos Passos, Hemingway s'est engagé pour un idéal de justice. En Europe, il découvre la boucherie et le désarroi.

Ce roman intéressera également les lecteurs passionnés par l'Histoire de la Première Guerre Mondiale; rares sont les romans qui se déroulent sur le front italien et rendent compte de l'affrontement entre l'armée autrichienne et l'armée italienne.

Hemingway écrit dans un style très dépouillé: les descriptions vont à l'essentiel et l'essentiel du roman est constitué de dialogues. Nulle introspection, nul sentimentalisme. Sur un sujet ont ne peut plus romantique, Hemingway refuse toute dramatisation. On aime ou on aime pas. Pour moi, j'avoue que le style d'écriture est un peu léger...

Autre bémol: Catherine ne semble tout à fait dénoué de psychologie. Elle est béate devant Frédéric et n'a aucun recul critique. Je trouve que le roman aurait gagné en profondeur si Catherine n'était pas qu'une "gentille poupée". Pour ceux qui l'on lu, j'aimerai bien avoir votre avis...

Pour résumer, un bon roman mais quelques défauts tout de même...

Partager cet article

Repost0

commentaires

Claire 03/05/2011 20:07



Votre analyse est intéressante, mon point de vue diffère juste sur la personnalité et la place de Catherine.


Bien sûr, c'est tout d'abord un roman d'hommes, comme vous l'avez dit, puisqu'un roman "de guerre" mais la jeune femme occupe la majeure partie de l'oeuvre, en filigrane. C'est à elle qu'il pense
dans les tranchées et même s'il tient parfois des propos crus à son égard (en disant qu'il ne l'aime pas, par exemple), comment expliquer son agressivité envers Rinaldi qui en parle d'une manière
grossière juste après ?


Non seulement la jeune femme est intensément présente dans les pensées du narrateur, mais c'est une femme à la fois mère et enfant. Elle s'occupe de lui telle une mère (cf. Milan principalement)
et son espèce de folie douce la ramène à l'enfance. Elle voit la détresse du narrateur et lui offre un échappatoire. De plus, elle joue peut-être le rôle de l'épouse parfaite avec lui, mais elle
est bien plus indépendante que lui, malgré ce qu'elle lui dit : c'est lui qui va la retrouver au moment de la retraite. Elle quitte son amie Ferguson mais va lui rendre visite. Lui se retrouve
désoeuvré. De tout le roman, elle est très certainement la figure ou tout au moins une des figures les plus fortes. On a l'impression que dès le départ, elle a conscience de ce qui va se produire
entre elle et Frédéric...


Bien entendu, cela n'est que mon opinion personnelle et n'est donc nullement objective.



Thierry Beckrich 31/01/2009 18:55

J'ai trouvé ce livre mièvre et en retrait par rapport à ce que j'avais déjà lu d'Hemingway ("Le vieil homme et la mer", et surtout "Pour qui sonne le glas", qui est à mon avis incomparablement supérieur).

JEAN MARC 10/03/2008 23:36

Si on devait faire un palmares des plus beaux titres de la littérature, je vote HemingwayQue dites vous en effet du titre d'un de ses plus beaux récits "la vérité à la lumière de l'aube" ?en numéro 2 je vote ellroy pour les titres de la trilogie Hopkins :"a cause de la nuit" "lune sanglante" "la colline aux suicidés"because of the night c'est beau non ?

rotko 06/11/2005 09:57

A mes yeux le meilleur d'hemingway, c'est pour qui sonne le glas. Ses nouvelles sont aussi interessantes ,plus que le vieil homme et lamer, selon moi, mais difficiles d'accès. Kundera en parle fort bien dans testaments tardifs

cristof 02/11/2005 21:34

On peut en effet reprocher à Hemingway la légéreté de ses personnages feminins. A la lecture de "l'adieu aux armes", comme dans "pour qui sonne le glas", et d'autres, on ressent parfois comme une impression de "roman masculin", ou la femme n'a qu'une place relative. J'éprouve cependant un grand plaisir à la lecture des romans d'Hemingway : il s'en dégage une indéfinissable nostalgie, une énérgie incroyable... Mais il est vrai que "l'adieu aux armes" n'est peut être pas le plus "fougueux" de ses romans...